Vaccination au Japon : une affaire avant tout politique ?

Par Pablo Benavides-Barkate

Après la mise en circulation au niveau mondial du vaccin contre la COVID-19, le Japon semble une fois de plus afficher un certain retard dans la distribution par rapport à des pays comme les États-Unis ou la Chine. Le gouvernement, qui a pourtant compris l’importance du vaccin dans l’endiguement de la pandémie, prévoit en effet les premières vaccinations vers la fin du mois de février au mieux, en priorité pour le personnel médical en première ligne et les personnes âgées. Continuer la lecture

Le système médical japonais au bord de la crise

Par Victoria Charpentier

Alors que le 11 mars 2021, cela fera un an que l’épidémie de COVID-19 a été déclarée pandémie par l’OMS, la situation globale ne semble pas s’être améliorée. Le Japon, moins touché que les pays européens ou les Etats-Unis, peine à faire face à l’augmentation de cas d’infection du virus. Fin décembre 2020, on recensait un peu plus de 230 000 cas et environ 3 500 décès dans l’année. Début février 2021, en date du 7 février, on atteint 403 435 cas identifiés et un total de 6 338 décès. Continuer la lecture

COVID-19 au Japon : gestion de la crise ou crise dans la gestion ?

Par Pablo Benavides-Barkate

Un an après l’explosion au niveau mondial de l’épidémie de COVID-19, le Japon semble avoir moins souffert en terme d’infections et de décès comparativement à la population totale du pays (396 429 cas recensés pour 6020 morts à l’écriture de ces lignes1) que les États-Unis ou l’Europe, bien que l’on ait pu assister à une soudaine hausse à la mi-janvier. Continuer la lecture

J.O. 2020 : Métropolis, prémonitoire ?

– Les soutiers des J.O. –

Par Solène BOUYJOU

A l’approche des Jeux Olympiques 2020 de Tôkyô, le ministère des Terres, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (kokudo kōtsūshō国土交通省) annonce des investissements dans la construction de 475 milliards d’euros, soit une hausse de 2,1% de 2017 & 2018[1]. Selon une enquête de ce ministère, l’investissement dans la construction a culminé au cours de l’exercice de 1992 (avec environ 700 milliards d’euros), mais a continué de diminuer depuis 1993 et a été divisé par deux à nouveau en 2010[2]. Avec la triple catastrophe du Nord-Est du Japon, les investissements augmentèrent en 2011 ; puis, la politique du premier ministre Abe et ses « Abénomics » (アベノミクス), ainsi que la perspective des Jeux Olympiques de 2020 relancèrent le financement des constructions. Ainsi la demande a considérablement augmenté : développement des infrastructures ainsi que la rénovation et la construction d’installations commerciales et d’hébergements … le secteur du bâtiment se porte bien. Et il va de même pour l’industrie hôtelière : rénovation d’hôtels, de construction de nouveaux destinés à une clientèle d’affaires et arrivée de chaînes étrangères. Continuer la lecture

Tôkyô 2020 : quels financements pour les J.O. ?

Par Alison Georgin

Le Japon a été désigné comme vainqueur face à ses concurrents (Istanbul et Madrid) suite au vote final annoncé par le président du Comité International Olympique (CIO) Jacques Rogge le 7 septembre 2013, permettant ainsi au pays d’organiser les Jeux Olympiques (J.O.) d’été à Tôkyô en 2020. Après les avoir organisés en 1964, le Japon a accueilli deux éditions d’hiver (en 1972 à Sapporo et en 1998 à Nagano). Le Japon avait choisi d’être à nouveau candidat malgré l’appréhension suscitée par la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, en dépit de la crainte d’un nouvel échec (en référence à la candidature malheureuse en vue de l’organisation de ceux de 2016 à Rio).

Continuer la lecture

De l’Après-Guerre et de l’Empereur

Par Pierre-Etienne de Lazzer

Pour les forces alliées, le problème de l’empereur a été l’une des premières questions à être abordée, et ce bien avant la fin de la guerre. Et c’est probablement aussi celle qui a été la plus controversée. Dès 1943, des planificateurs du département d’État américain s’interrogent sur ce qu’il doit advenir de l’empereur après la guerre. Continuer la lecture

La genèse de la Constitution de 1947

Par Pierre-Etienne de Lazzer

Il y a certes eu, au Japon la question de l’empereur, mais l’idée de changements politiques pour les pays de l’Axe est apparue relativement tôt dans le conflit. Il est possible de voir des prémices de cela dans la Charte de l’Atlantique signée en 14 août 1941 qui préconise, tout en restant laconique, une politique plus libérale et pacifiste. Mais, spécifiquement pour le Japon, les premières remarques remontent à 1943 et, au mois d’octobre, Hugh Borton (1903-1995), l’un des spécialistes du Japon travaillant à la planification de l’après-guerre, énumère plusieurs points concernant les changements politiques.

Continuer la lecture

Shugendô, le renouveau post Seconde guerre mondiale (1)

 

Par Pierre-Etienne de Lazzer

Le 26 juillet 1945, la Déclaration de Potsdam est signée par Harry Truman (1884-1972), président des États-Unis, Clement Attlee (1883-1951), premier ministre britannique, et approuvée par Tchang Kaï-chek (1887-1975), Président du gouvernement central de la république de Chine. L’Union Soviétique ne la signera pas mais en acceptera néanmoins le contenu. Continuer la lecture

Tôkyô 2020 : la chasse aux toilettes commence

Par Elsa Pecqueur

Il y avait eu en 2017 un appel pour l’augmentation des toilettes « universelles [1] » ou dites « transgenres » (daredemo toire) [2], visant à satisfaire la demande des usagers japonais mais également à offrir un accès plus simple aux personnes à mobilité réduite, dans Tôkyô avant les Jeux Olympiques (JO) de 2020. À nouveau en 2018, le Japon décide de s’attaquer à ses toilettes. Continuer la lecture

Tôkyô 2020 : une campagne qui fait un tabac !

Par Elsa Pecqueur

À l’approche des Jeux Olympiques (JO) qui se dérouleront à Tôkyô en 2020, le Japon s’est promis de faire évoluer sa législation sur le tabac [1]. En effet, le pays s’est fait pointer du doigt par de nombreuses organisations internationales, telle que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), concernant son taux de tabagisme [2]. Bien que fumer dans les rues de Tôkyô soit globalement interdit, la ville grouille néanmoins de restaurants, de bars ou encore de cafés enfumés, faisant du Japon un des pays développés les plus à la traîne en la matière. Continuer la lecture

À qui profite le dessin animé ?

Par Jonas Andreys

Dans l’article précédent [1], nous avons vu que la culture populaire japonaise contemporaine du manga, du dessin animé et du jeu vidéo servirait de tatemae 建前 aux Japonais afin de donner aux touristes étrangers et principalement occidentaux l’image qu’ils attendent du Japon lors des JO 2020. Nous pouvons dire que c’est là un usage de la culture contemporaine nippone à visée extérieure. En effet, elle est destinée au public non Japonais. Cependant cette communication centrée en apparence sur les étrangers l’est également sur les Japonais. Mais comment ? Continuer la lecture

Tôkyô 2020 : des personnages de fiction comme tatemae

Par Jonas Andreys

La réception du flambeau de Rio 2016 par Shinzô Abe 晋三阿部 (1954-), le premier ministre du Japon a été particulièrement remarquée. Déguisé en Super Mario, il semblait lancer au monde le message suivant : les personnages célèbres de la culture populaire japonaise contemporaine seront à l’honneur.[1] Cela montre indubitablement la conscience des Japonais de ce que leur culture populaire est mondialement connue et appréciée. Mais ne pouvons-nous pas aller plus loin ? En effet, pourquoi se montrer aux yeux du monde sous l’apparence d’un personnage porteur de clichés italiens pour recevoir le flambeau annonçant les JO de Tôkyô 2020 ? Ainsi, exit l’ancien Japon. Cherchent-ils à afficher un pays intégré à un niveau international, accepté des étrangers ? Voilà ce que les personnages fictifs de la culture populaire japonaise contemporaine peuvent aider à accomplir. Continuer la lecture

Tôkyô 2020 : le plan d’invasion barbare

Par Elsa Pecqueur

Le 11 octobre 2016, le journal Mainichi Shinbun relate un événement qui a choqué bon nombre de gens au Japon comme à l’étranger. En effet, sur la ligne de l’Aéroport international du Kansai à Ôsaka, un conducteur de train âgé d’une quarantaine d’années a créé la polémique en diffusant le message suivant à ses passagers :

« Aujourd’hui, il y a beaucoup de clients étrangers dans le train, nous nous excusons auprès des clients japonais pour la gêne occasionnée.» [1] . Continuer la lecture