Aux origines du rôle éducatif des muséums d’histoire naturelle japonais

Par Hugo IRLIK

En 1919, dans la ville de Gifu (Gifu-shi 岐阜市), vit le jour le premier musée entièrement dédié aux insectes, le premier insectarium du Japon [1]. Portant le nom de son créateur Nawa Yasushi 名和靖 qui occupait la fonction d’entomologiste, le Musée entomologique Nawa (Nawa konchû hakubutsukan 名和昆虫博物館) fut alors l’un des héritiers de la volonté du ministère de l’éducation de l’époque : la création de « musées locaux » (kyôdo hakubutsukan 郷土博物館) dans les zones les plus reculées, avec comme principal objectif l’éducation [2]. Le fait que ce rôle soit attribué aux musées date de bien avant la création de ces « musées locaux ». En effet, dès leur apparition, les musées d’histoire naturelle du Japon avaient déjà pour but principal l’éducation scolaire et sociale du peuple [3].

Une question se pose alors : à quand remonte donc cette volonté d’instruire le peuple à l’aide des musées ? Bien que le terme même de « musée » (hakubutsukan 博物館) ne serait apparu qu’au début de l’ère Meiji (1868-1912) [3], il existait déjà à l’époque Edo (1604-1868) des expositions de spécimens en tout genre dans les grandes villes [4].

Ainsi, le but de cet article sera de présenter, dans les grandes lignes, l’origine des musées d’histoire naturelle au Japon, mais aussi de montrer d’où leur vient ce rôle éducatif.

1.  Des expositions de l’époque Edo aux premiers musées de Meiji

La date à laquelle les musées qualifiés de « modernes » sont apparus au Japon est relativement floue. Durant l’époque Edo déjà, il existait des « expositions » thématiques (hakurankai 博覧会) qui avaient principalement lieu dans les plus grandes villes d’antan comme Edo 江戸, Kyôto 京都 ou encore Ôsaka 大阪 [5]. L’origine de ces expositions est assez difficile à dater, mais on estime que les premières expositions de ce genre avaient lieu à Nagasaki 長崎市, ville ouverte au commerce extérieur et point de croisement de différentes cultures [6]. Se succédaient alors diverses curiosités animales et végétales venues d’Occident (essentiellement Pays-Bas) et de Chine [6]. En réalité, la première exposition de ce genre a être recensée fut celle de 1757, ayant eu lieu dans la ville d’Edo. Elle n’était, certes, pas encore ouverte au public, mais elle rassemblait plantes médicinales, animaux et autres minéraux provenant de tout le Japon [7]. Dérivant de ces fameuses expositions, il est admis que le premier musée moderne japonais a vu le jour en octobre 1871, dans le temple Yushima Seidô (湯島聖堂) de la ville de Tôkyô 東京, bien qu’il s’apparentait plus au départ à un centre d’observation du « Département d’histoire naturelle du ministère de l’Éducation » (Monbushô hakubutsukyoku 文部省博物局) [8]. Autrement dit, ce musée faisait plutôt office de lieu où était rassemblés divers spécimens et matériaux en tout genre que de musée ouvert au peuple.

En outre, ces premiers musées modernes du Japon n’étaient pas purement japonais. En effet, il serait plus juste de dire qu’ils étaient en réalité des supports dans lesquels se croisaient deux orientations : d’un côté, ils possédaient une orientation inspirée du style occidental, aussi bien dans la forme que dans le fond, et d’un autre côté, ils avaient aussi pour volonté d’exprimer autant que possible la culture du Japon en présentant divers spécimens propres à l’archipel [3]. Ainsi, si ces musées trouvaient souvent leur origine dans l’histoire naturelle occidentale, notamment grâce aux divers spécimens et ouvrages importés d’Occident ils étaient aussi la suite logique des expositions biologiques et géologiques qui étaient organisées durant la fin de l’époque Edo.

Initialement, ces premiers musées étaient donc des lieux rassemblant tout matériaux et spécimens considérés comme pertinents au regard des divers départements d’histoire naturelle (hakubutsugaku no bumon 博物学の部門) afin d’être, par la suite, présentés au public [3].

2.  L’éducation scolaire et sociale du peuple comme but premier ?

De manière générale, les musées d’histoire naturelle ont toujours eu quatre grands rôles : la collecte, la conservation, la recherche et l’éducation [10]. Cependant, lors de l’apparition des premiers musées d’histoire naturelle de l’ère Meiji, le rôle qui leur fut attribué était globalement assez incertain. En réalité, il serait plus juste de dire que deux écoles s’opposaient. D’un côté, certains, comme Machida Hisanari 町田久成 (1838-1897), juge et politicien du gouvernement Meiji considéré comme le premier japonais à avoir évoqué l’idée de la création de musées au Japon, voulaient avant toute chose en faire des lieux de recherche et de conservation [11]. D’un autre côté, d’autres personnes, tel que Tanaka Fujimaro 田中不二麿 (1845-1909), vice-ministre de l’Éducation en 1873-1874, s’opposaient farouchement à cette idée et désiraient faire des musées des lieux mettant l’accent sur l’intérêt public [9]. Autrement dit, des lieux pouvant être librement utilisés par la population, et pouvant être utiles dans l’éducation scolaire et sociale du peuple [9].

Bien que Machida et Fujimaro ne réussirent pas réellement à se mettre d’accord sur le rôle principal que devaient entretenir ces premiers musées, ils parvinrent tout de même à un accord final duquel naquit en 1877 un petit musée dans le quartier de Ueno 上野 dans la ville de Tôkyô : le Musée de Tôkyô (Tôkyô hakubutsukan 東京博物館) dont le rôle était de servir de ressource pédagogique aux écoles [12]. Par ailleurs, quelque temps après son ouverture, son nom changea et il devint alors le Musée de l’éducation de Tôkyô (Tôkyô kyôiku hakubutsukan 東京教育博物館).

Dans les années qui suivirent, les musées devinrent lentement mais sûrement des outils éducatifs, et furent rattachés au ministère de l’Éducation. Le gouvernement Meiji pris alors plusieurs décisions afin de promouvoir l’éducation populaire, notamment par le biais des musées [13]. Cette « culture du musée » (hakubutsu bunka 博物館文化), comme elle était appelée, se plaça comme extension du milieu scolaire et les expériences et l’apprentissage pratique fut mis en exergue [13]. Ainsi, ces musées éducatifs, allant des plus imposants situés dans les grandes villes aux« musées locaux » des campagnes, devinrent alors des institutions soutenant la politique d’éducation nationale et des outils concrêts dans l’éducation de la population et dans la diffusion du savoir scientifique dans tout le pays [13].

 

Bien que l’apparition officielle des musées d’histoire naturelle remonte à l’ère Meiji, il existait déjà à l’époque Edo des expositions thématiques de divers produits et matériaux naturels qui commençaient à toucher du doigt l’idée même de musée, autrement dit, des lieux d’expositions destinés au public. Avec l’ouverture des frontières japonaises et l’importation de savoirs occidentaux qui en découla, ces expositions commencèrent lentement à s’officialiser jusqu’à donner en 1871 la première institution pouvant arborer le nom de « musée » au Japon. Cependant, bien qu’en partie inspirés des musées occidentaux, les premiers musées d’histoire naturelle japonais eurent un rôle différent. Plutôt que d’être des lieux mettant l’accent sur la recherche et la conservation comme cela était le cas pour leurs équivalents d’Europe et d’Amérique, ils furent rapidement rattachés au ministère de l’Éducation, et devinrent alors des lieux ayant un rôle éducatif central.


Bibliographie

[1]  Site internet du musée entomologique Nawa (Nawa konchû hakubutsukan 名和昆虫博物館), disponible en ligne à l’adresse web suivante : http://www.nawakon.jp/, dernière consultation le 03/02/2022.

[2] NAMIMATSU Nobuhisa 並松信久, « Kindai nihon ni okeru hakubutsukan seisaku no tenkai 近代日本における博物館政策の展開 » (Le développement de la politique muséale dans le Japon moderne), Kyôto sangyô daigaku nippon bunka kenkyûjo kiyô 京都産業大学日本文化研究所紀要 (Bulletin de l’Institut de recherche de la culture japonaise a l’université de Kyoto), 2016, volume 21, p. 252-291, 263.

[3] Ibid., p. 252-253.

[4] Site internet de l’université de Tôkyô (Tôkyô daigaku 東京大学), disponible en ligne à l’adresse web suivante : https://www.lib.u-tokyo.ac.jp/html/tenjikai/tenjikai2011/mushi.html, dernière consultation le 03/02/2022.

[5] Ibid.

[6] Nagasaki Musuem of History and Culture, « Un siècle d’exposition 1851-1970 » (Hakurankai no seiki 1851-1970 博 覧 会 の 世 紀 1851-1970), disponible en ligne à l’adresse web suivante : http://www.nmhc.jp/exhibition/2021/hakurankai/, dernière consultation le 04/02/2022.

[7] Wikipédia, « L’histoire des expositions au Japon » (Nihon no hakurankai no rekishi 日本の博覧会の歴史), sourcé comme provenant de l’ouvrage [L’histoire naturelle dans la civilisation en Europe de l’Ouest et au Japon (Bunmei no naka no hakubutsugaku Seiô to Nihon 文明のなかの博物学西欧と日本 ) de NISHIMURA Saburô, 1999], disponible en ligne à l’adresse web suivante : https://ja.wikipedia.org/wiki/%E5%8D%9A%E8%A6%A7%E4%BC%9A#cite_note-1, dernière consultation le 04/02/2022.

[8] UEDA Kyoichiro 上田恭一郎, « Hakubutsukan ga konchûgaku ni hatashite kita yakuwari 博物館が昆虫学にはたしてきた役割 » (Le rôle que les musées ont joué dans le domaine de l’entomologie), Japanese journal of entomology, Kitakyûshûshi tate shizenshi – rekishi hakubutsukan 北九州市立自然史・歴史博物館(Muséum d’histoire naturelle et d’histoire humaine de Kitakyûshû), 2018, volume 21/1, p. 59-69, 63.

[9] NAMIMATSU , op. cit., p. 283.

[10] UEDA, cit., p. 59.

[11] NAMIMATSU , op. cit., p. 255

[12] Ibid., p. 256.

[13] Ibid., p. 258-259.



Citer ce billet
mondejapon (2022, 6 mars). Aux origines du rôle éducatif des muséums d’histoire naturelle japonais. Les mondes japonais. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlzu