Au stade larvaire de l’éducation entomologique au Japon

Par Hugo IRLIK 

Dans les dernières directives sur le programme scolaire des écoles élémentaires publiées par le MEXT [1] en 2017, on apprend dans une partie intitulée « Les êtres vivants qui nous entourent » (Mi no mawari no seibutsu 身の回りの生物) qu’il est question pour les écoliers Japonais de découvrir le monde des insectes [2]. Autrefois intitulée « Insectes et Plantes » (Konchû to shokubutsu 昆虫と植物) [3], cette partie donne l’occasion aux enfants d’apprendre à reconnaître les différentes caractéristiques de la classe « Insecta » mais aussi d’observer et analyser les différents stades de vie de ces petites créatures à six pattes. Déjà, durant le siècle précédent, cette étude des insectes occupait une place importante dans la vie scolaire des Japonais, allant de simples devoirs d’été nécessitant de capturer et observer un ou des spécimens insectoïdes [4], jusqu’à la création, par des passionnés, de clubs scolaires ayant pour principal objectif de capturer, élever ou encore étudier ces animaux [5].

Une question se pose alors : s’il semble admis que les insectes font et faisaient intégralement partie du programme scolaire des jeunes Japonais, à quand remonte la présence de ces petits êtres chitineux dans les manuels de science et cours de récréation ?

1.  Époque Edo : balbutiements de l’éducation entomologique dans les écoles

S’il est communément admis que l’éducation moderne au Japon a vu le jour au début de l’ère Meiji (Meiji jidai 明治時代 1868 – 1912) avec l’établissement du Gakusei 学制 (litt. système éducatif), texte fondateur du système éducatif moderne, il existait déjà durant l’époque Edo (Edo jidai 江戸時代 1604 – 1868) une certaine forme d’éducation généralisée dans tout le pays. En effet, selon Christian Galan (né en 1960), professeur et chercheur spécialiste dans l’histoire de l’éducation japonaise, « l’époque Edo fut marquée par un réseau d’écoles couvrant tout le pays et par l’acceptation d’une grande partie de la population de la nécessité de l’éducation » [6].

Lors des cours, les enseignants utilisaient plusieurs types d’ouvrages scolaires en tout genre, dont les ôraimono 往来物, terme faisant référence aux livres et manuels scolaires qui furent utilisés jusqu’au début de l’ère Meiji [7]. Les ôraimono de type nayose 名寄 (litt. liste de noms) par exemple, présentaient des suites de noms propres ou de termes relatifs à un thème, tels que des noms de végétaux ou d’animaux qui étaient classés méthodiquement [7]. Les premiers manuels accompagnés de diverses explications sur leurs caractéristiques physiques ou sur leur développement au cours de la vie [8].

Enfin, au-delà du cadre scolaire, l’époque Edo marqua aussi le début des études entomologiques au Japon. Bien que, d’un point de vue académique et scientifique, ces dernières étaient assez limitées, il existait déjà des clubs et autres associations qui se consacraient à l’étude des insectes [9]. Les membres passaient alors leur temps libre à les collecter et les identifier, puis ils immortalisaient leurs trouvailles et collections grâce à des peintures qu’ils annotaient d’observations, dates et noms de lieux, rendant ainsi ces ouvrages très semblables aux konchû zukan 昆虫図鑑 (livres ou guides illustrés sur les insectes) d’aujourd’hui et pouvant ainsi être adaptés à l’éducation [9].

1.  L’émergence de l’enseignement scientifique durant l’ère Meiji

En novembre 1867, le dernier shogun de l’époque Edo, Tokugawa Yoshinobu 徳川慶喜(1837 – 1913), abdique volontairement et met fin au bakufu 幕府 (litt. gouvernement shogunal) imposé par ses prédécesseurs. Lors de l’année suivante, en 1868, la restauration de Meiji (Meiji ishin 明治維新) est mise en place. Pour le Japon, cela marque le début de l’ouverture du pays et de l’entrée dans la modernité. Par la suite, en 1872, c’est avec l’instauration du Gakusei, que voit le jour un système scolaire moderne qui va lentement changer le paysage éducatif japonais établit durant l’époque Edo.   L’enseignement scientifique,   a quant à lui émergé   en   1886 suite à l’« Ordonnance sur les écoles élémentaires » (shôgakkô rei 小学校令) qui s’est accompagnée d’une forte importation de méthodes et manuels scolaires occidentaux sur la question [10]. Le terme de « science » (rika 理科 ou rigaku 理学) commence alors à être utilisé dans le programme scolaire et dans les manuels.

Suite à l’« Ordonnance sur les écoles élémentaires », le programme et le contenu de l’enseignement scientifique dans les écoles primaires fut subdivisé en plusieurs matières : la physiologie (seiri 生理), la chimie (kagaku 化学), l’étude de l’histoire naturelle ou monde vivant (hakubutsu 博物), la physique (kyûrigaku 究理学) ou encore la santé (yôjô 養生). L’ensemble de ces matières étant ainsi regroupées sous le terme rigaku [11].

L’étude du monde du vivant de manière générale et du monde des insectes de manière plus spécifique était alors ouvertement indiqué dans cette ordonnance de 1886. En effet, dans un article publié en 2015, le professeur Maeda Yoshihito 前田善仁 relève dans « la huitième ordonnance du ministère de l’éducation de 1886 » (Monbushô rei dai 8 gô, 1886 nen 文部省令第 8 号、1886 年) une référence claire à cette étude des insectes :

理科ハ、果実、穀物、菜蔬、草木、人体、禽獣 ・ 虫魚 ・ 金銀、銅鉄等、人生ニ最モ緊切ノ関係アルモノ。
La science abordera [l’étude] des fruits, des céréales, des légumes, des plantes, des arbres, du corps humain, des oiseaux, des animaux, des insectes, des poissons, de l’or, de l’argent, du cuivre, du fer et de toutes autres choses qui ont un rapport avec la vie humaine.

Il est aussi possible d’observer un exemple concret de cela dans les manuels de l’époque. Par exemple, dans « La science à l’école primaire, volume 2 » (shôgaku rigaku 小學理科. 卷 2) écrit et publié par Nishimura Masaburo 西村正三郎編 en 1895, le chapitre 8 intitulé « Les changements morphologiques des insectes » (konchû no hentai 昆虫の變體) présente la façon dont évoluent certaines espèces d’insectes comme le papillon (chô 蝶) ou de manière plus générale, d’autres arthropodes comme les araignées (kumo 蜘蛛) qui, malgré leur appartenance à l’ordre des Araneae, semblent être regroupées dans la même classe que les insectes (Insecta) [13].

Ces exemples témoignent ainsi d’un début officialisé de l’étude des insectes à destination des jeunes Japonais d’autrefois.

 

Si cet article a montré que, déjà à l’époque Edo, il était possible pour les enfants Japonais d’en apprendre plus sur les insectes à l’aide des ôraimono et autre livres illustrés, c’est finalement à partir de l’ère Meiji que ce prémisse à une éducation entomologique s’est officialisé, notamment grâce à l’établissement du Gakusei en 1872, suivi par l’« Ordonnance sur les écoles élémentaires » en 1886 qui a marqué un tournant dans l’enseignement scientifique au Japon.

Bien que les études entomologiques aient elles aussi commencé durant l’époque Edo au sein de clubs et associations de passionnés, l’ouverture du pays qui a suivi la restauration de Meiji et l’importation de nombreux ouvrages occidentaux a très certainement contribué à la modernisation et à l’officialisation de ces études.

Se frayant un chemin au fil du temps, les insectes ont ainsi continué à occuper une place au sein du programme des cours de science à l’école primaire. Si les méthodes d’enseignement ont évoluées depuis l’ère Meiji, la finalité est, quant à elle, restée la même. Ainsi, de son stade larvaire à l’ère Meiji à son stade adulte actuel, l’éducation entomologique dans les écoles s’est lentement métamorphosée pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui.


Bibliographie

  • [1] MEXT est l’abréviation en anglais de Monbukagakusho 文部科学省 (Ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie).
  • [2] MEXT, « Shôgakkô gakushû shidô yôryô 小学校学習指導要領 » (Directives concernant le programme scolaire pour l’école élémentaire), site internet du MEXT, 2017, p. 97-98.
  • [3] MEXT, « Shôgakkô gakushû shidô yôryô 小学校学習指導要領 » (Directives concernant le programme scolaire pour l’école élémentaire), site internet du MEXT, 2008, p. 63.
  • [4] RAFFLES Hugh, Insectopédie (traduction en français par Dumont Matthieu de Insectopedia paru initialement en 2011 aux editions Pantheon Books), Wildproject, 2016, p. 76.
  • [5] LAURENT Erick, Les mushi dans la culture japonaise : approche ethnozoologique a partir d’une étude de terrain, thèse en vue de l’obtention d’un doctorat à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, sous la direction de Jacques Barrau (1925 – 1997), Paris, 1995.
  • [6] GALAN Christian, « Le paysage scolaire à la veille de la restauration de Meiji : écoles et manuels », Ebisu – Études Japonaises, 1998, volume 17, p. 2, disponible en ligne à l’adresse web suivante : https://www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_1998_num_17_1_985, dernière consultation le :[12/01/2022].
  • [7] Ibid., p. 33.
  • [8] GUDRICH グ ー ド リ ッ チ , traduit en japonais par SUGAWA KATSUHISA 須 川 賢 久 , gushi hakubutsugaku 具氏博物學 (« Histoire naturelle de Gushi »), 1876, volume 9, p. 10-21.
  • [9] RAFFLES Hugh, op.cit., p. 403-404.
  • [10] OKIHARU Fumiko 興治文子 et KOBAYASHI Shôzô 小林昭三, « Meiji jidai no seito wa rika o dô mananda no ka 明治時代の生徒は理科をどう学んだのか » (« De quel façon les élèves de l’ère Meiji étudiaient-ils les sciences ? »), PC Conference, 2019, p. 133.
  • [11]Centre d’apprentissage tout au long de la vie du département d’Ehime (Ehime-ken shôgai gakushû sentâ 愛媛県生涯学習センター), disponible en ligne à l’adresse web suivante : https://www.i-manabi.jp/ system/regionals/regionals/ecode:2/53/view/7005, dernière consultation le : [18/01/2022].
  • [12]MAEDA Yoshihito 前田善仁, « Rika no hajimari to “shidô-an” – Meiji jidai no “kyôju-an (shidô-an)” kara wakaru koto, 理科のはじまりと「指導案」-                                                                           明治時代の「教授案(指導案)」からわかること » (« Les débuts de la science et “programme d’enseignement” : les choses que nous pouvons apprendre à partir du “programme d’enseignement” de l’ère Meiji »), Risukeirin 理数啓林, 2015, volume 10, p. 21.
  • [13] NISHIMURA Masaburo 西村正三郎編, Shôgaku rigaku 小學理科 (« La science dans les écoles primaires »), 1895, volume 2, p. 12.


Citer ce billet
mondejapon (2022, 6 mars). Au stade larvaire de l’éducation entomologique au Japon. Les mondes japonais. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlzt