Un état de la recherche française en études japonaises sur les liens entre littérature et genre

Par Eléonore ALBERT

Ce court texte s’inscrit dans un travail préliminaire à l’analyse littéraire de romans de l’auteur Ishihara Shintarô 石原慎太郎 (1932-2022) sous l’angle de la masculinité. Nous souhaitons montrer ici l’aspect lacunaire de la recherche en France dans le domaine des études japonaises sur le rapport entre littérature et genre. Afin de maximiser la pertinence des résultats, nous avons conduit notre recherche selon trois critères de base : le document devait être en français, appartenir au champ des études japonaises et traiter de la question du genre dans la littérature.

Si l’on trouve des ouvrages français sur le genre et son expression dans la sexualité, au sein de la famille ou de la société1, il n’existe que de rares exemples qui traitent de son expression dans la littérature japonaise et ils sont essentiellement concentrés sur le genre féminin2. Du côté des chapitres d’ouvrages, articles et communications, l’intérêt pour la thématique du genre dans la littérature japonaise se porte surtout sur la question de la représentation des femmes et par les femmes3. Ainsi, au niveau des revues d’études japonaises, cinq articles 4 de la revue Ebisu répondent aux mots-clés « littérature » et « féminité », neuf pour la revue Cipango5. De l’autre côté, un unique article d’Ebisu et cinq de Cipango correspondent aux mots-clés « littérature » et « masculinité » et tous sont présents dans les deux résultats de recherche.

La masculinité dans la littérature semble être – comme dans le cadre des études japonaises anglophones6 – peu exploitée. Elle est essentiellement observée du point de vue du corps, de l’homosexualité, de la marginalité7. Longuement discutée sous d’innombrables angles, la littérature japonaise d’auteurs masculins n’est pourtant jamais abordée dans cette optique dans les études japonaises en France.

Nous noterons enfin une difficulté dans l’utilisation du terme « genre » pour ces recherches. En effet, compte-tenu de ses deux sens de genre humain (féminin, masculin) et genre littéraire (roman, poésie), il donne, certes, beaucoup plus de résultats 8 , mais leur pertinence s’en trouve amoindrie.

Il reste encore à explorer les disciplines extérieures aux études japonaises pour le confirmer, mais on peut déjà avancer que l’étude de la littérature japonaise du point de vue des genres semble être à un stade primaire de développement dans la recherche française.

Notes

1 Voir par exemple SCHAAL, Sandra (dir.), Modan – La ville, le corps et le genre dans le Japon de l’entre-deux- guerres, Philippe Picquier, 2021, 320 p., ou alors SOUIRY, Pierre-François, PONS, Philippe, L’Esprit de plaisir – Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle), coll. Histoire, Payot, 2020, 528 p., ou encore GALAN, Christian, LOZERAND, Emmanuel (dir.), La famille japonaise moderne (1868-1926) – Discours et débats, Philippe Picquier, 2011, 670 p.

2 On peut citer le livre de Christine Lévy, Genre et modernité au Japon – La revue Seitô et la femme nouvelle, publié en 2014 aux Presses Universitaires de Rennes.

3 Voir par exemple : ÔTA, Tomomi « Devenir écrivain / devenir femme / devenir soi : l’écriture et l’amour dans les textes littéraires de Seitô » in BUTEL, Jean-Michel, ANDRO-UEDA Makiko (éd.), Japon Pluriel 9, Arles, Philippe Picquier, 2014, 520 p., ou encore LEVY, Christine, « Féminisme et genre au Japon », Ebisu, n° 48, automne-hiver 2012, p. 7-27.

4 Trois d’entre eux sont issus d’un numéro consacré à la revue Seitô 青鞜 (litt. Les Bas bleus), le nom d’une revue littéraire féministe parue entre 1911 et 1916 au Japon.

5 Recherches effectuées le 15 janvier 2022 sur le site OpenEdition Search.

6 CLARK, Laura, FRASER, Lucy, « Gender in japanese literature and literary studies » in COATES, Jennifer, FRASER, Lucy, PENDLETON, Mark (éd.), The Routledge Companion to Gender and Japanese culture, New York, Routledge, 2020, 291 p.

7 Voir par exemple : LUCKEN, Michael, « Philhellénisme et homo-érotisme chez Mishima », Le Japon Grec, coll. Bibliothèque des Histoires, Gallimard, 2019, p. 164-168, ou encore LAURENT, Erick, Les Chrysanthèmes roses – homosexualités masculines dans le Japon contemporain, Paris, Les Belles Lettres, 2011, 240 p. Nous pouvons également citer la thèse en préparation de Camille Lenoble depuis 2018 à Strasbourg : Le travestissement masculin dans la société japonaise de l’entre-deux-guerres (en ligne, consulté le 20 janvier 2022 : http://www.theses.fr/s269159).

8 53 articles d’Ebisu et de Cipango répondent aux mots-clés « littérature » et « genre ».



Citer ce billet
mondejapon (2022, 6 mars). Un état de la recherche française en études japonaises sur les liens entre littérature et genre. Les mondes japonais. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlzr