Changement de perspective : comprendre le kata par le concept d’habitus

Par Éléonore ALBERT

En japonais, le terme kata 型 désigne des objets physiques comme un « cadre », un « moule ». Il peut aussi renvoyer à une « matrice », un « modèle » à partir duquel une sculpture est créée, un « patron » sur lequel se base un ouvrage. Mot étroitement lié aux processus de création, kata 型trouve un troisième usage, conceptuel, dans l’apprentissage des arts traditionnels japonais où il peut être défini comme « la forme transmise fondamentale, l’héritage épuré des particularités circonstancielles » [1 ; p. 62]. Il s’agit d’un aspect particulier du concept plus large de kata qu’Yves Cadot, chercheur spécialisé dans la connaissance du corps et les arts martiaux, définit comme « une séquence de gestes codifiée, des gestes […] propres au domaine, mais parfois aussi, à l’intérieur même de celui-ci, plus précisément à l’école, voire au style » [1 ; p. 60]. Le kata est central dans la méthode d’apprentissage des arts japonais caractérisée par l’imitation de la pratique, des habitudes et du mode de vie d’un maître et un recours moindre à la théorie. Ainsi, le kata 型 peut aussi renvoyer à l’environnement dans lequel s’exécute l’apprentissage. Il est assimilé à un cadre, un moule dans lequel l’apprenant se forme au sens le plus littéral. Son savoir est façonné à l’image de et par celui qui l’instruit, conditionné par le cadre alentour.

Bien souvent, le kata 型 est expliqué en termes de sensations. Il est décrit comme « le cœur », « l’âme de l’art » [2 ; p. 24]. Aussi, entre un domaine d’application restreint et une théorisation avant tout sensible, comprendre la nature du concept de kata 型 peut se révéler difficile [2 ; p. 24-25]. On se demande alors s’il est possible de reconsidérer le kata 型 dans un cadre différent des arts traditionnels et de le nuancer, de l’exprimer dans d’autres termes. Une tentative a déjà été faite dans le livre Connaître par la “technique” (“Waza” kara shiru 「わざ」から知る) de la chercheuse en science de l’éducation Ikuta Kumiko 生田久美子, qui établit un parallèle entre le concept de kata japonais et celui d’habitus.

Au-delà des arts, une forte dimension sociale

De façon générale, la littérature scientifique française évoquant le kata se concentre essentiellement sur le kata en tant que geste immédiat (graphié 形, littéralement la « forme » issue du « moule » 型), dans sa liaison directe aux arts martiaux (judo, karaté), arts de la scène (kabuki, nô) et à l’artisanat. Pourtant, il existe une dimension sociale forte dans le concept de kata 型. Cette dimension est mise en lumière notamment par Ikuta Kumiko en ramenant l’idée d’un apprentissage par l’imitation et de l’assimilation de l’environnement aux comportements sociaux. Elle explique par exemple que l’essence de la technique de la cérémonie du thé sadô 茶道 est en réalité « la disposition à vivre en société avec les autres » [2 ; p. 20]. D’autres comportements, hors des domaines techniques, peuvent être aussi considérés comme issus d’un kata 型, comme la politesse [1 ; p. 65].

 On peut alors envisager une approche du concept de kata extérieure aux disciplines artistiques. Pour clarifier les notions de kata geste et kata cadre, Ikuta consacre quelques lignes à décrire le concept d’habitus. Ce faisant, elle soulève une proximité intéressante entre celui-ci le kata dans sa dimension sociale. 

Appréhender le concept d’habitus 

Habitus signifie « manière d’être » en latin. Dans le cadre de la médecine, il désigne l’état de santé général d’une personne. Utilisable également dans le domaine de l’apprentissage, la notion d’habitus y « renvoie à la qualité intellectuelle autorisant l’acquisition ou la mise en exercice d’un savoir » [3].

Dans les travaux de Mauss, sur lesquels s’appuie Ikuta, il prend le sens d’habitudes qui « varient non pas simplement avec les individus et leurs imitations, [mais] surtout avec les sociétés, les éducations, les convenances et les modes, les prestiges » [4 ; p. 369]. A titre d’exemple, Mauss parle des caractéristiques dans la façon de marcher d’une société à une autre. Pour lui, la différence de démarche entre une Américaine et une femme Maori est le résultat de l’acquisition d’un cadre social, une condition d’inclusion d’un individu dans sa société.

Les travaux de Pierre Bourdieu sur l’habitus sont aussi une référence dans la dimension sociologique du concept. Dans son livre Le Sens Pratique, il définit l’habitus comme un « produit de l’histoire [qui] produit des pratiques, individuelles et collectives, donc de l’histoire, conformément aux schèmes engendrés par l’histoire ; il assure la présence active des expériences passées qui, déposées en chaque organisme sous la forme de schèmes de perception, de pensée et d’action, tendent, plus sûrement que toutes les règles formelles et toutes les normes explicites, à garantir la conformité des pratiques et leur constance dans le temps » [5 ; p. 91]. En d’autres termes, l’habitus est un ensemble de perceptions, de valeurs, présent en chaque individu et déterminé par le vécu comme l’héritage social de chacun. Il conditionne à son tour la façon d’agir, la forme concrète que prennent nos décisions. Bourdieu illustre par exemple son propos par les écarts de culture entre deux classes sociales.

On peut relever des similitudes avec le concept de kata, comme l’application au domaine éducatif ou cette idée que l’intégration d’un cadre extérieur social se fait par mimétisme et engendre des pratiques de reproduction dudit cadre. Fait révélateur de la proximité des deux concepts, le terme habitus est rendu par kata 型 dans la traduction japonaise de Mauss [2 ; p. 26].

De l’intérêt de la mise en relation des deux concepts

S’ils peuvent sur certains aspects se confondre, des travaux plus récents permettent de distinguer le kata 型 de l’habitus. Ainsi, Didier Lecordier, chercheur en sciences infirmières propose en 2012 la définition suivante : « l’habitus est l’incorporation (physique, intellectuelle, affective) des structures objectives (codes sociaux, valeurs, structures sociales, organisations, institutions…) qui crée la subjectivité (représentations sociales, intuitions, sensations, habitudes, hexis…) nécessaire à l’action des agents ou des groupes d’agents qui eux-mêmes les (structures objectives) reproduisent, entretiennent, font évoluer, au cours des générations qui se succèdent (culture) » [6 ; p. 199]. Ici, l’habitus prend la forme d’un maillon de transition, la subjectivité individuelle, qui se greffe dans la chaîne que forment le kata-cadre 型 et le kata-geste 形. Il exprime les conséquences sociales de l’intériorisation du cadre, ouvre le spectre des actions possibles d’un individu au-delà de la stricte reproduction de protocole. Replacé dans les domaines artistiques, l’habitus traduit l’évolution de la subjectivité des disciples à mesure qu’ils incorporent les pratiques de leur maître.

L’habitus montre également que chaque environnement a ses propres codes et qu’un individu ayant intégré un système de valeurs particulier peut être totalement bouleversé lorsqu’il est confronté à un nouveau cadre. On peut évoquer l’exemple d’un immigré qui se trouve baigné dans la culture d’un nouveau pays, parfois en totale rupture avec celle de son lieu d’origine. Ainsi, dans le cadre du kata, l’habitus permet de qualifier concrètement une notion qui varie d’un individu à l’autre.

En somme, on pourrait argumenter sur la valeur de l’utilisation du concept d’habitus pour expliquer celui de kata par son rôle d’intermédiaire subjectif entre le cadre intériorisé (型) et les actions qui en découlent (形). Permettant une approche extérieure aux arts japonais, apportant une nuance dans sa dimension sociale, l’habitus, nommant ce qu’il a de plus abstrait, offre un nouveau point d’ancrage au kata à partir duquel se développer.

Bibliographie

[1] CADOT Yves, « Les formes contraintes au Japon (kata) : formatage ou émancipation de l’individu ? – Des pratiques à la vie sociale », Formation, sports de combat et arts martiaux, p. 59-71. URL : https://www.researchgate.net/publication/342411821_Les_formes_contraintes_au_Japon_kata_formatage_ou_emancipation_de_l%27individu_-_Des_pratiques_a_la_vie_sociale.

[2] IKUTA Kumiko 生 田 久 美 子, “Waza” kara shiru 「 わ ざ 」 か ら 知 る (Connaître par la « technique »), Tokyo, Tôkyô daigaku shuppan kai 東京大学出版会, 2007, 209p.

[3] GONTHIER Frédéric, « Habitus », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/habitus/

[4] MAUSS Marcel, « Chapitre premier. Notion de technique du corps », Sociologie et anthropologie, Presses Universitaires de France, 2013, 363-372. URL : https://www-cairn- info.gorgone.univ-toulouse.fr/sociologie-et-anthropologie–9782130608806-page-363.htm

[5] BOURDIEU Pierre, Le Sens pratique, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1980, 480p. 

[6] LECORDIER Didier, « Habitus », Les concepts en sciences infirmières. 2ème édition, Association de Recherche en Soins Infirmiers, 2012, pp. 199-201. URL : https://www-cairn-info.gorgone.univ- fr/concepts-en-sciences-infirmieres-2eme-edition–9782953331134-page-199.htm



Citer ce billet
mondejapon (2021, 27 novembre). Changement de perspective : comprendre le kata par le concept d’habitus. Les mondes japonais. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlzn