En quête de l’intention première du kata-karate

Par Catherine BERNARD

Les Jeux de la XXXIIe olympiade de l’ère moderne qui se sont finalement déroulés cet été 2021 furent l’opportunité unique pour Tôkyô d’organiser la première compétition olympique de karaté. Art martial japonais répandu mondialement et communément perçu comme un sport de combat pied-poing, le karaté devint ainsi une discipline olympique. Cette première édition a probablement permis à quelques non-initiés de découvrir les deux facettes distinctes mais indissociables et inhérentes à cet art martial. En effet, si dans l’inconscient collectif il semblait évident d’assister à une compétition combat (nommée « kumite 組手 »), certains furent probablement surpris d’assister aussi à une épreuve technique (nommée « kata型 »).

Pour le profane ce fut l’occasion d’apercevoir l’aspect visuel du kata en karaté, sa forme extérieure. Mais qu’en est-il du fond ? Que signifie le concept « kata » ? Comment se définit-il en karaté ? En soi, quelle est l’intention première recherchée dans le kata en karaté ?

1 « Le kata-karate » est-il un kata comme les autres ?

Ainsi, dans les arts traditionnels japonais comme dans le monde de l’artisanat ou même dans le quotidien, Yves Cadot Daunizeau définit un kata comme « une séquence de gestes codifiées, des gestes bien sûr propres au domaine, mais parfois aussi, à l’intérieur même de celui-ci, plus précisément à l’école, voire au style. Chaque discipline va connaître d’un à plusieurs kata, cet ensemble formant “le kata” » [1].   

Dans l’univers des arts martiaux, plus précisément, le domaine ou la voie du karaté (karatedô 空手道), le kata se distingue aussi comme un enchaînement de mouvements hautement codifiés. Il constitue un véritable répertoire, le vivant testament de techniques offensives et défensives qui sont propres et spécifiques à chaque école ou style de karaté. Il existe des dizaines de kata, dont la forme et le fond varient selon les différentes écoles. L’ensemble de ces kata, tous styles et écoles confondus, formant le « kata-karate » ou karate no kata 空手の型.

L’apprentissage du kata-karate se fait aussi, comme pour les autres kata, par méthode d’imitation [2 ;11]. En effet, comme le souligne IKUTA Kumiko 生田久美子 (1987), « dans le domaine des art martiaux, afin de calquer le modèle du maître, l’apprenant doit imiter un à un chaque mouvement de l’enseignant sans le quitter des yeux » [2, p.69].

Prenons comme exemple concret heian shodan平安初段, le premier kata débutant dans le style Shôtôkan松濤館. Son apprentissage permet la transmission et consiste à imiter l’enseignant. Celui-ci, tout en se déplaçant dans les quatre directions, enchaîne et reproduit sur tout le parcours trois différentes techniques de blocage (poing fermé et main ouverte), un seul type d’attaque de poing répétée, une contre-attaque main ouverte et des déplacements sur deux positions de base (poids du corps sur jambe arrière ou jambe avant). Chaque mouvement est immuable, précisément nommé, codifié, classifié et doit être calqué à l’identique avant de pouvoir être corrigé et perfectionné. Dans une perspective évolutive, les kata-karate suivants reprendront les formes déjà étudiées tout en ajoutant de nouvelles techniques, toujours plus complexes. Le deuxième kata, heian nidan 平安二段 introduira, entre autres, deux coups de pied (yoko geri 横蹴 et mae geri 前蹴). La progression sera le fruit de répétitions inlassables toute une vie durant. Vecteur de transmission et de progression par imitation, le kata-karate apparait bien comme un kata comme les autres.

Sans limite d’âge, sans distinction de sexe, sans aptitude particulière, le kata-karate est accessible à tous, il se pratique seul et n’importe où. Oui, mais dans quel objectif ? Peut-on même soumettre l’hypothèse d’un objectif ?

2 « La voie de la main vide »

En 1922, un siècle avant l’apparition du karaté aux jeux olympiques, des démonstrations kata exécutés par un petit homme d’à peine plus d’un mètre cinquante [3 ; p. 70] et âgé de cinquante-quatre ans, font naître dans tout le Japon un engouement pour le karaté. Exécutées sur demande du Ministère de l’éducation [3 ;95], ainsi qu’au Kôdôkan 講道館 (la plus grande école de judo au Japon, à Tôkyô) sur invitation de Kanô Jigorô 嘉納治五郎 (1860-1938), fondateur du Kôdôkan jûdô, ces exhibitions kata-karate marqueront les esprits et un tournant décisif dans l’histoire du karaté [6].  Ce « petit » homme se nomme Funakoshi Gichin 船越義珍 (1868-1957), il est le fondateur du karaté Shôtôkan et reconnu comme le « père du karaté moderne » [4]. Funakoshi renommera l’art qu’il enseigne et qu’il promeut « karatedô 空手道 ». Dans un souci étymologique et philosophique, il sélectionne judicieusement ses kanji. En japonais « karatedô » s’écrit « 空手道 », « 道  : la voie, le chemin ou le domaine ; 手 te : la main ou la technique ; 空 kara : vide ». Une traduction littérale serait donc la « voie de la main vide ».  

Une première interprétation de « main vide » serait « vide de toute arme ». Le karaté pourrait être, en ce sens, considéré comme une méthode de combat à main nue. Une recherche de perfectionnement et de transmission de techniques d’assauts si affutées qu’aucune arme ne serait nécessaire. Par conséquent, le kata-karate représenterait un combat multidirectionnel mené contre un ou plusieurs assaillants imaginaires. Dans cette réflexion, l’intention première du kata-karate serait, de ce fait, un entrainement répété et intensif en quête d’une efficacité au combat.    

Une deuxième interprétation de « main vide », que Funakoshi prônait lui-même, serait « vide de toute mauvaise intention » [3 ; p. 54-57]. Funakoshi basait essentiellement son enseignement sur le kata et interdisait à ses disciples d’appliquer leurs techniques en assauts libres (jiyû kumite 自由組手) [5 ; p.792]. Dans ce même esprit, il avait choisi d’ajouter à la dénomination de son art le suffixe 道 la voie, le chemin. Le karatedô pourrait être, en ce sens, le chemin qui mène vers une philosophie, une règle de vie « vide de toute mauvaise intention ». Dans cette réflexion, l’intention première du kata-karate serait, de ce fait, un entrainement répété et intensif en quête de paix. Une paix intérieure, un perfectionnement de sa propre nature dont le seul but serait une victoire sur soi-même et non sur autrui.  On remarquera d’ailleurs que les cinq premiers kata-karate Shôtôkan se nomment « paix » heian 平安.

Ces deux interprétations, loin d’être incompatibles, sont aussi énoncées comme complémentaires et même indissociables (comme le kata et le kumite). Ne s’agit-il pas là, de deux étapes qui évoluent l’une vers l’autre et l’une avec l’autre ?

Ainsi, le premier et le dernier geste codifié d’un kata-karate est le rei 礼, une inclinaison du haut du corps vers le sol en marque de respect, en signe de gratitude. Serait-ce un hommage envers toute la lignée des enseignants ? Le maillon pacifique et spirituel qui lie tous les karateka 空手家 (ka家la maison, la famille), tous les pratiquants de cette même « maison », de cette même « famille », tout horizon et toutes générations confondues ? Après le rei, viendra systématiquement une technique défensive. Par conséquent, quelle que soit l’interprétation choisie, nul ne s’engage sur « la voie de la main vide » dans une intention belliqueuse et le kata-karate en est le garant et le gardien.

Pourrait-on alors convenir que la quête de l’intention première du kata-karate mène jusqu’au cœur du pratiquant et de ses réelles intentions ?

Sources

[1] CADOT DAUNIZEAU, Yves. (2020). Les formes contraintes au Japon (kata) : formatage ou émancipation de l’individu ? – Des pratiques à la vie sociale. Formation, sports de combat et arts martiaux. pp.59-71. Consulté le 24 octobre 2021 sur https://www.researchgate.net/publication/342411821_Les_formes_contraintes_au_Japon

[2] IKUTA Kumiko 生 田 久 美 子, “Waza” kara shiru 「 わ ざ 」 か ら 知 る (Connaître par la « technique »), Tokyo, Tôkyô daigaku shuppan kai 東京大学出版会, 2007, 209 p.

[3] FUNAKOSHI Gichin, karatedô ma voie, ma vie, traduit de l’anglais par Melin Valérie, Budo éditions, 2007,159 p.

[4] FUNAKOSHI Gichin, L’Essence du karaté, traduit en français par Berger Richard, Budo éditions, 2012, 119 p

[5] HABERSETZER, Gabrielle et Roland, L’Ultime encyclopédie des arts martiaux de l’Extrême-Orient, Amphora, 2019, 1069 p.



Citer ce billet
mondejapon (2021, 18 novembre). En quête de l’intention première du kata-karate. Les mondes japonais. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlzl