Le kata : un élément clef de l’éducation ?

Par Cindy Faroppa

Aujourd’hui, l’éducation est une problématique centrale de nos sociétés. Si, quelques siècles naguère, elle était réservée à l’élite, elle est par la suite devenue l’affaire de tous. Toutefois, qu’est-ce que l’ « éducation » ? D’une part, d’après le dictionnaire en ligne Larousse, c’est la « conduite de la formation de l’enfant ou de l’adulte »[8]. D’autre part, selon Hiraoka Satsuki 平岡さつき, elle aide à forger la personnalité d’un individu, à acquérir les compétences nécessaires (intellectuelles ou manuelles) afin de s’intégrer au monde. Par ailleurs, son but est non seulement d’en tirer l’autonomie, mais aussi d’accompagner l’enfant dans la vie sociale, par extension la communauté [1]. En ce sens, elle est également l’ensemble des services publics qui assurent cette même éducation.

Sans ce cadre, sans les règles communes qui en découlent, peut-on faire société ? A contrario, « faire société » signifie-t-il abandonner l’individu (en tant qu’objet de pensée séparé d’autrui) ?

D’abord, l’éducation permet la transmission de savoir, des connaissances et des techniques. Or, toute transmission implique une relation particulière : entre parents et enfants, maîtres et disciples, professeurs et élèves… Pour apprendre, il est donc nécessaire de s’ouvrir à l’autre.

Nous parlons de « transmission ». « Transmission » par quoi, au juste ? Par des kata, un ensemble de gestes codifié qui, selon la discipline ou le domaine (dans l’artisanat ou les arts martiaux par exemple), diffère. On en relève deux entités : kata 型 (la forme ou le moule) et kata 形 (ce qui en sort). En effet, celui qui enseigne va transmettre la forme qui reste inchangée au fil des générations. L’apprenant la répète inlassablement, l’assimile, jusqu’à ce que lui aussi la maîtrise puis l’apprivoise à sa manière (qui donnera ce qui en sort). Dans certains cas même, il la retransmettra à son tour.

Dès lors, nous pourrions affirmer que la politesse est un ensemble de kata. En effet, les parents transmettent quotidiennement ces codes sociaux à leurs enfants. « Bonjour », « s’il-te-plaît », « merci » ; apprendre à bien se tenir à table, à parler doucement en public etc… autant de gestes (= kata) répétés par les enfants qui deviendront, quelques années plus tard, inhérents à leur attitude. Philippe Pons avait d’ailleurs avancé : « il existe […] transmission de kata des parents aux enfants dans l’apprentissage d’actes sociaux coutumiers, à commencer par la politesse » [2]. Par conséquent, la société est donc kata 型, le moule.

Ainsi, si l’éducation prépare à l’avenir, elle se doit d’inspirer les jeunes individus, de les pousser à s’impliquer au sein d’une activité, d’un domaine quel qu’il soit (sport, art, science…).

Car chacun d’entre nous a l’intime conviction que « la maîtrise de ce champ nous doterait d’une efficace intervention sur ce monde » [2].

Par extension, mettre en action cette conviction est un moyen de s’émanciper et de s’épanouir. Par extension, de trouver son rôle au sein des autres avec lesquels nous faisons société. Si, comme l’affirme Yves Cadot-Daunizeau, « reconnaître le cadre, en avoir intégré les limites et les possibles, savoir se positionner et agir en conséquence, c’est être libre » [2], alors la prospérité de la société ne va pas sans la liberté individuelle.

De la même manière, l’initiation au kata (et aux kata) participe également à cette prospérité. Si les membres d’une société, à l’image d’un orchestre, sont en connivence, alors le futur ne devrait être que prospère. En prenant l’exemple du jūdō, Carl De Crée soulignait :

« Kanō Jigorō […] avait pensé le jūdō comme une forme d’éducation mettant l’emphase sur l’éducation morale comme préparation à l’amélioration de la société » [3].

Or, il semblerait que notre époque connait de nouveau le « mal du siècle ». Cette expression, née de la période romantique du XIXème siècle, souligne le désenchantement d’une jeunesse face à un monde en crise. Aujourd’hui, non seulement la jeunesse japonaise, mais aussi d’autres à travers le monde, notamment la jeunesse française, se trouvent confrontées à cette même inquiétude vis-à-vis de l’avenir. En effet, les jeunes savent de moins en moins ce qu’ils voudraient faire plus tard [4]. De plus, au lieu de s’efforcer de s’améliorer dans une activité qui leur serait chère, ils se plaisent à vaquer à des occupations futiles [5]. Comme l’indiquait Ikuta Kumiko 生田久美子 dans son ouvrage publié en 1987, les jeunes d’autrefois héritaient du savoir-faire de leurs parents ; leur avenir était déjà tracé. Dorénavant, ils sont libres de choisir leurs orientations. Pour autant, on décèle tout de même une certaine morosité parmi eux [4]. Cela s’explique certainement par la disparition, tout du moins partielle, d’un certain cadre, kata 型, synonyme également de ce que les sociologues appellent la « perte de repères »[9].

Si l’on analyse le spectre publié par la NHK dans son article publié en décembre 2019, on remarque que 48,1% des Japonais sont plutôt pessimistes vis-à-vis du futur de leur pays. Pour cause, d’abord un manque de confiance envers les politiques (52,8% n’ont plus vraiment confiance) et le gouvernement (41,2% n’ont plus vraiment confiance), ceux qui sont censés maintenir ce cadre [6]. En parallèle, on observe le même phénomène en France. Dans un document publié en janvier 2019 par Sciences Po, on peut lire que 79% des Français éprouvent des sentiments négatifs vis-à-vis de la politique (à commencer par la méfiance et le dégoût). D’ailleurs, 66% pensent que les jeunes auront moins de chance de réussir que leurs parents dans le futur [7]. La disparition du cadre se révèle donc par un faible sentiment de bien-être au sein des populations couplé à une perte de repères.

Par conséquent, si chaque individu ne se sent pas en confiance, ne trouve pas sa place et se lasse de la vie, comment une société peut-elle rester unie et promettre prospérité ? Madani Cheufra et Flora Chanvril déclarent d’ailleurs : « Le fragile optimisme individuel et le fort pessimisme collectif se retrouvent dans le rapport à l’avenir » [7].

En ce sens, le kata, malgré son empreinte japonaise, recèle avant tout un sens universel. Il l’est d’autant plus qu’il s’inscrit dans l’éducation aujourd’hui omniprésente dans nos sociétés contemporaines. Le kata guide, enrichit et met en confiance l’individu qui, par son biais, se découvre et s’accomplit en grandissant.

Sources

[1] HIRAOKA, S. (2018). 〈 Kyōiku 〉 toiu ningen keisei – rekishi teki ・ shakai teki gainen toshite 「 kyōiku 」 o toraeru – (La formation humaine appelée « éducation » – considérer l’éducation comme un concept historique et social-). Kyō ai gakuen maebashi kokusaidaigaku ronshū. 18. pp. 231-240. Consulté le 3 octobre 2021 sur https://gair.media.gunma-u.ac.jp/dspace/bitstream/10087/12168/1/2018-hiraoka.pdf

[2] CADOT DAUNIZEAU, (2020). Les formes contraintes au Japon (kata) : formatage ou émancipation de l’individu ? – Des pratiques à la vie sociale. Formation, sports de combat et arts martiaux. pp.59-71. Consulté le 3 octobre 2021 sur https://www.researchgate.net/publication/342411821_Les_formes_contraintes_au_Japon_ kata_formatage_ou_emancipation_de_l’individu_-_Des_pratiques_a_la_vie_sociale

https://www.researchgate.net/publication/260249423_Shonen_Judo-no- kata_Forms_of_Judo_for_Juveniles_An_experimental_Japanese_teaching_approach_to_judo_skill_acquisition_in_children_cons idered_from_a_historic-pedagogical_perspective_-_part_2

[3] DE CRÉE, (2013). Shōnen Jūdō-no-kata [“Forms of Jūdō for Juveniles”] ―An experimental Japanese teaching approach to jūdō skill acquisition in children considered from a historic-pedagogical perspective – part 2. Journal of Combat Sports and Martial Arts. pp. 95-111. Consulté le 3 octobre 2021 sur https://www.researchgate.net/publication/260249423_Shonen_Judo-no- kata_Forms_of_Judo_for_Juveniles_An_experimental_Japanese_teaching_approach_to_judo_skill_acquisition_in_children_cons idered_from_a_historic-pedagogical_perspective_-_part_2

[4] IKUTA, K. (2007 [1987]), “Waza” kara shiru (Connaître par la technique), Tokyo, Tokyo daigaku shuppan kai, 207

[5] Le Carnet de Techniques et Culture. (2019). Work in progress: Waza. Tiré de https://tc.hypotheses.org/2908

[6] AIZAWA, Y. (2019). Japanese losing their trust for politics. NHK World. Tiré de https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/news/backstories/777/

[7] CHEURFA, M., & CHANVRIL, F. (2019). 2009-2019 : la crise de la confiance politique | Sciences Po CEVIPOF. Sciences Po. Tiré de https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/CEVIPOF_confiance_10a pdf

[8] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/éducation/27867

[9] BENOD, A. (2015). « Entre sécularisation et sacralisation : Quand le politique s’invite dans la sphère religieuse au Japon ». Histoire, monde et culture religieuse. 34, 49-68. Tiré de https://www.cairn.info/revue-histoire- monde-et-cultures-religieuses-2015-2-page-49.htm