Externaliser la tradition : le cas de la fête du kantō

Par Louis CANALES

Quand il s’agit du Japon, se matérialise communément dans l’imaginaire collectif toute une fresque de traditions, composée des disciplines anciennes dont la pérennité dépend d’un apprentissage strict par les nouvelles générations. Arts martiaux, techniques artisanales minutieuses, formes de théâtre hautement codifiées… autant de pratiques nécessitant une forte rigueur pour en assimiler les aspects les plus subtils. L’enseignement de ces pratiques a été maintes fois conceptualisé, notamment via l’utilisation des « kata » 形, un ensemble de gestes à répéter, intégrer et parfaire. Propres au domaine concerné, ces gestes forment une tradition directement liée à la technique, une tradition au sein de laquelle une voie est tracée pour l’apprenant, menant à terme à la maîtrise de ce domaine.

Un spectacle de kantō (Source : Université d’Akita)

La fête du kantō, kantō matsuri 竿燈まつり, du département d’Akita, s’insère dans ces traditions. Dans le but de célébrer de bonnes récoltes, elle consiste principalement en une parade au sein de laquelle les participants tiennent en équilibre sur une partie de leur corps une perche de bambou pouvant dépasser douze mètres de hauteur, sur laquelle sont attachées  de   nombreuses  lanternes  (cet instrument est appelé kantō 竿燈, un terme composé des caractères chinois pour perche 竿, et lanternes 燈), au son d’un orchestre composé de flûtes et de tambours. Si n’importe qui peut pratiquer le kantō, il est nécessaire d’appartenir à un groupe, un kantō-kai 竿燈会, rattaché à un quartier ou une organisation, pour participer à la fête, qui se déroule du 3 au 6 août.

Quel avenir pour le kantō ?

Fut un temps où l’aspect codifié de cette pratique prévalait largement : par exemple, seuls les hommes étaient autorisés à participer et la technique n’était enseignée qu’au fils aîné [1]. Cependant, la seconde moitié du 20ème siècle a vu l’évolution rapide du dépeuplement dans les zones rurales japonaises : le département d’Akita étant une région principalement rurale, il devint de plus en plus difficile de trouver des jeunes hommes auxquels transmettre les techniques et rites propres à la fête du kantō. Petit à petit, certains de ces codes ont été contraints de s’assouplir. Les femmes furent notamment autorisées à participer à l’orchestre d’accompagnement en 1975 [2]. Avec l’ouverture d’universités à la portée internationale à l’intérieur le département, la pratique du kantō a également été rendue accessible aux étrangers. L’Université Internationale d’Akita comportant une large part d’étudiants non-japonais, son kantō-kai dépend notamment beaucoup des étudiants étrangers pour ses activités.

Aujourd’hui la communauté du kantō est confrontée à la question de la succession. En 2002, seul un tiers des membres du kantō-kai de la ville d’Akita étaient des résidents de cette dernière [3]. Si ont été mis en places des séminaires d’enseignement de l’histoire du kantō aussi bien aux jeunes membres des kanto-kai qu’aux résidents du département, le problème de la participation de longue durée aux activités de la fête doit encore être résolu. À cause de la migration urbaine qui touche beaucoup les zones rurales, nombreux sont les étudiants qui ont participé à ces activités durant leurs études et qui décident de quitter le département d’Akita au terme de leur cursus afin d’aller travailler dans des grands pôles urbains, ce qui ne permet pas à la tradition d’être perpétuée. De plus la fête du kantō étant un des grands moteurs de l’économie touristique de le département, il existe un fort enjeu économique à l’assurance de sa pérennité.

Les difficultés du modèle d’apprentissage japonais

Quand il s’agit pour un étudiant, a fortiori étranger, d’apprendre les techniques propres à la pratique du kantō, l’un des principaux obstacles est l’assimilation du modèle d’apprentissage japonais. Les kata propres au kantō représentent une histoire longue, et leur apprentissage nécessite une rigueur qui peut être difficile à appréhender pour ceux qui n’y sont pas habitués. Le kantō-kai de l’Université Internationale d’Akita a longtemps été considéré comme son club le plus strict et exigeant, et il demande en effet un entraînement chronophage et difficile.

De plus, l’expérience de la méthode d’apprentissage qui consiste en l’assimilation des kata peut être déroutante. La formation des nouveaux membres est basée sur l’observation de la technique des membres plus expérimentés, jusqu’à ce que les novices se sentent prêts à se lancer dans la pratique. Réussir à tenir en équilibre la longue et lourde perche de bambou sur un point unique du corps dépend souvent de la compréhension de gestes subtils, qui sont plus facilement ressentis qu’expliqués. Les conseils qui sont donnés ne sont pas détaillés mais visent à corriger légèrement, à indiquer une meilleure position de la main, un placement plus adéquat du pied. C’est par le conditionnement du corps que les résultats finissent par apparaître. Lorsqu’un membre expérimenté est en train de pratiquer sa technique, les autres imitent ses mouvements, reprennent sa position, reproduisent du mieux qu’ils peuvent sa silhouette. Cette méthode d’enseignement par l’imitation correspond encore à principalement à celle utilisée dans le monde des arts traditionnels au Japon [4].

Si le kantō-kai de l’Université Internationale d’Akita est toujours considéré comme exigeant, il a pourtant été forcé d’assouplir ses règles, notamment son strict système hiérarchique, ce qui n’est pas du goût de tous. À l’image de ceux qui s’opposaient à l’ouverture de la discipline aux femmes dans les années 1970, certains s’opposent aux changements faits au club pour se montrer plus accommodant avec les nouveaux venus. Est-ce dénaturer la tradition que de la modifier afin de la maintenir en vie ? On peut au contraire considérer que la flexibilité du kantō est l’un de ses principaux atouts, comme la perche de bambou plie sans se briser. On peut donc s’attendre à des ajustements futurs pour assurer la survie du kantō.

Peut-on modifier le kata ? Il existe une autre forme du « kata » (型), qui, éloigné de l’aspect formel et du mouvement spécifique, représente plutôt une compréhension des mouvements appris et de leur finalité [5]. La pratique du kantō de manière saisonnière se heurte donc à ce problème : si les méthodes d’enseignement de la technique peuvent être adaptées pour correspondre aux attentes des nouvelles recrues, il reste important de mettre l’accent sur l’aspect culturel, et mental, de ces activités. Encourager les membres du kantō-kai à s’intéresser à l’histoire de la pratique, ainsi qu’à sa communauté, via par exemple des rencontres avec d’autres kantō-kai. Cela pourrait être l’un des moyens qui permettrait de mieux transmettre l’esprit de la fête du kantō, et d’assurer que ce dernier sera respecté dans le futur.

Sources :

[1] NEGISHI Yo 根岸洋, UENO Yui 上野祐衣 et KUMAGAI Yoshitaka 熊谷嘉隆, « `Akita no kantō’ to gaibu sankasha ni kansuru kiso-teki kentō » 「秋田の竿灯」と外部参加者に関する基礎的検討 (Une étude basique du “Kantou d’Akita” et de ses participants externes), Journal of the Institute for Asian Studies and Regional Collaboration, Akita International University 国際教養大学アジア地域研究連携機構研究紀要, 2020, p. 116.

[2] Ibid., p. 117.

[3] NEGISHI Yo 根岸洋, KUMAGAI Akari 熊谷星 et KITABATAKE Yukino 北畑有紀乃, « Akita kantō matsuri e no gaikoku hito no sanka » 秋田竿燈まつりへの外国人の参加 Participation d’étrangers à la fête du kantō d’Akita), Journal of the Institute for Asian Studies and Regional Collaboration Akita International University 国際教養大学アジア地域研究連携機構研究紀要, 2021 p. 64.

[4] IKUTA Kumiko 生田久美子 (1987), « ‘Waza’ kara shiru » 「わざ」から知る (Connaître par la « technique »), Tokyo, Tōkyō daigaku shuppan kai 東京大学出版会, p. 11.

[5] Ibid., p 42.



Citer ce billet
mondejapon (2021, 5 novembre). Externaliser la tradition : le cas de la fête du kantō. Les mondes japonais. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlzi