COVID et accident nucléaire : une leçon bien mal apprise

Par Pablo Benavides-Barkate

Dans l’archipel, les conséquences de la triple catastrophe de Fukushima et de l’épidémie de COVID-19 présentent étonnamment un certain nombre de similarités. On retrouve certes à chaque fois une gestion de crise lente et tardive, en majeure partie dues au système fédéral japonais. Il est cependant un point qui, dix ans après, a de quoi soulever des questionnements tant les mécanismes, pourtant maintes fois dénoncés, restent similaires et inchangés.

On assiste en effet depuis le début de la pandémie à une discrimination féroce envers les personnes contaminées et le personnel médical, qui n’est pas sans rappeler celle subie par les sinistrés de la catastrophe de 2011. Même si les craintes et l’appréhension à l’égard de ces derniers ont pu diminuer avec les années1, il est légitime de se demander pourquoi l’histoire se répète sans le moindre avancement. Les raisons à cela sont multiples et s’imbriquent les unes aux autres pour former un cercle vicieux. Il y a tout d’abord le facteur de l’inconnu, qu’il est possible de séparer en deux parties. D’une part, le virus, comme les radiations, constituent une menace invisible, pour laquelle il est difficile de déterminer un seul « coupable ». D’autre part, les incertitudes liées au caractère nouveau, et donc encore mal connu de cette épidémie ne viennent qu’ajouter à l’anxiété générale. L’absence de bouc émissaire concret, couplée aux inquiétudes et peurs difficiles à extérioriser, finissent par se traduire en préjugés, comportements déplacés et injures.

Un autre facteur décisif dans cette perpétuation de la discrimination réside dans la communication, à la fois au niveau interindividuel et national. Il est en effet extrêmement facile et rapide de diffuser des rumeurs nuisibles et autres fausses informations via les réseaux sociaux pour combler le vide dans le sillage des gros titres sensationnels, qui contribuent déjà à alimenter la peur et l’inquiétude. Ces on-dit trouvent une résonance nouvelle dans la méfiance envers les instructions et recommandations officielles ou émanant d’experts qui, comme dans bien des situations d’incertitude scientifique, finissent par se contredire ou changer complètement de direction. Ce manque de confiance envers les institutions se mêle à des convictions personnelles parfois radicales, finissant par engendrer un manque de tolérance qui à son tour produit discrimination et préjugés. Au niveau familial, les enfants sont également susceptibles de reprendre les propos tenus par leurs parents et de les traduire sous forme de harcèlement à l’école. L’on a pu constater à cet effet une déshumanisation des personnes harcelées, au travers de quolibets tels que « germes » バイキン pour les sinistrés de Fukushima ou « corona » コロナ pour les personnes touchées par la maladie2. Tout cela pousse les contaminés à cacher leur condition à leur entourage, entraînant potentiellement une aggravation des symptômes, laquelle à son tour alimente le cercle vicieux de la peur et de la discrimination.

Le problème est donc épineux et semble peu pris en considération par la classe politique, comme en témoignent des mesures comme les amendes déjà abordées dans un précédent article. La question du harcèlement, encore très prégnante au Japon, est également laissée de côté, les mesures préventives s’arrêtant à de simples injonctions à ne pas harceler. Gageons que la société japonaise saura réfléchir à des moyens de sensibiliser la jeunesse aux problématiques du harcèlement et de la discrimination le plus tôt possible, dans l’optique d’éviter une énième réitération de la situation actuelle.

Notes

  1. Yoshizawa Nobuaki 義澤宣明, Shirai Kōsuke 白井浩介, Murakami Kana村上佳菜, « 震災から10年、福島県の復興や 放射線の健康影響に対する認識をより確かにするために重要なこと », MRI.com, 22 décembre 2020.
  2. « コロナ禍で差別やいじめが起きるメカニズム », Jiji Medical 時事メディカル, 4 septembre 2020.

Références bibliographiques

Enquête

  • 新型コロナウイルス感染症に 伴う偏⾒・差別への 対応について, Japanese Council of Senior Citizens Welfare Service 公益社団法⼈ 全国⽼⼈福祉施設協議会, 16 octobre 2020.
    https://www.cas.go.jp/jp/seisaku/ful/wg_h_3_3.pdf (consult. le 25 avril 2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.