Covid-19 vs yôkai : Amabie contre-attaque

Par Victoria Charpentier

 En mars 2020, une étrange créature a fait surface sur les réseaux sociaux : elle a un bec, trois pattes et est recouverte d’écailles. Il s’agit d’Amabieアマビエ1, un yôkai妖怪 2 datant de la fin de l’époque d’Edo (1603-1868), qui, selon la légende, pourrait aider à lutter contre les épidémies en guérissant ceux souffrant d’une maladie infectieuse lorsqu’on leur présente son image. C’est la bibliothèque de l’université de Kyôto qui, dans un tweet datant du 6 mars, est à l’origine de son regain de popularité3. On peut y voir une illustration d’Amabie provenant d’un kawara-ban 瓦版4 datant de 1846 ainsi que d’un texte narrant l’histoire de son apparition5 6 : un fonctionnaire serait allé enquêter à la suite de l’apparition d’étranges lumières dans l’eau dans la province de Higo, l’actuel département de Kumamoto, dans le sud du Japon. La créature lui aurait ainsi annoncé de bonnes récoltes pour les six années à venir, mais aussi une terrible épidémie. Avant de disparaître, elle lui aurait dit de dessiner son image et de la montrer aux malades. Il n’est pas surprenant qu’avec une telle histoire, la publication ait été partagée des milliers de fois, et ainsi, une déferlante de créations en tout genre furent partagées avec le hashtag #Amabiechallenge, atteignant parfois plus de 30 000 messages par jour. De nombreux artistes, professionnels ou amateurs, ont ainsi contribué à diffuser son image maintes fois réinterprétée. 

Amabie sur un kawara-ban datant de 1846
Source : https://rmda.kulib.kyoto-u.ac.jp/item/rb00000122#?c=0&m=0&s=0&cv=83&r=0&xywh=-12946%2C0%2C35404%2C7621 

 

Le 17 mars, le compte Twitter de la société de production du dessinateur Mizuki Shigeru 水木 しげる (1922-2015) publia une image d’Amabie provenant de son oeuvre GeGeGe no Kitarô ゲゲゲの鬼太郎 (1960-1969) avec ce message : « Que l’épidémie actuelle disparaisse. »7. La publication eut encore une fois un certain succès. Une telle popularité ne passa pas inaperçue aux yeux du gouvernement qui y vit une opportunité de diffuser son message de prévention vis-à-vis de la COVID-19, en particulier chez les jeunes. Ainsi, le 7 avril, le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (kôsei-rôdô-shô厚生労働省) publia sur son site plusieurs images du yôkai où on pouvait lire par exemple : « Vous risquez de propager le virus sans le savoir. Stop à la contamination. »8 9. Cette tentative de faire de cette créature une mascotte pour promouvoir les mesures sanitaires se place dans un contexte particulier, puisque le gouvernement central ne peut que donner des recommandations aux gouvernements locaux. Il n’a ainsi fait qu’inviter à la coopération des individus en les incitant à « éviter les 3C »10 et à ne sortir que pour les affaires essentielles. 

Amabie de Mizuki Shigeru.
Source :
https://twitter.com/mizukipro/status/1239818518536704001 

Par la suite, l’image d’Amabie a été reprise de nombreuses fois et est devenue un véritable produit commercial. On a ainsi pu voir des sucreries, des udon, des masques ou encore des éventails à l’effigie de la créature11 12. Plus surprenant peut-être, une otarie d’un aquarium de Yokohama l’a peinte à son tour13. Dans un contexte plus sérieux, elle a été aposée sur des ema14 絵馬 au sanctuaire Kasuga Taisha à Nara15. Le sanctuaire Hirota-jinja du département de Hyôgo distribue notamment des o-fuda 御札 (talisman en papier) à l’effigie d’Amabie16. L’utilisation prophylactique ou thérapeutique d’images de yôkai ou autres esprits n’est pas chose nouvelle et remonte à bien plus loin. En effet, il n’était pas rare de voir à l’époque d’Edo (1603-1868) des amulettes avec de telles représentations17. Elles furent populaires, dans un temps où de nombreuses épidémies ravageaient le pays. On peut citer les hashika-e 麻疹絵 « image de la rougeole » représentant le «garçon de la rougeole » hashika dôshiはしか童子, personnification démoniaque de la maladie, qu’on tentait ainsi d’apaiser. Dans une autre logique, il y avait pour la variole les hôsô-e 疱瘡絵 «image de la variole » utilisées pour se protéger des esprits maléfiques hôsôgami疱瘡神, qu’on essayait d’effrayer. Pour se prémunir du choléra, comme ce fut le cas pour Amabie, on accrochait au mur des représentations de Kamiike hime 神池姫 ou encore d’Arieアリエ. Ces images étaient en général associées à des petits textes de recommandations à suivre pour se prémunir des maladies. Au début de l’ère Meiji (1868-1912), les images d’Amabie furent interdites pour promouvoir les sciences. De manière générale, ce genre d’images perdit progressivement de sa popularité, à mesure que les Japonais étaient plus au fait des questions de santé publique. 

Une otarie d’un aquarium de Yokohama a peint Amabie.
Source : AFP 

Un o-fuda avec Amabie du sanctuaire Hirota-jinja du département de Hyôgo. 
Source : https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/news/backstories/1117/ 

En somme, dans une période de crise où une menace est invisible, la représenter est une façon de lui donner corps, d’en faire une réalité plus tangible, et permet d’avoir le sentiment de mieux lutter contre cet ennemi désigné et reconnaissable. C’est personnifier la peur pour mieux la combattre. Dans le cas d’Amabie, il s’agit de matérialiser un rempart à cette menace. Nul doute que les Japonais y trouvent un certain réconfort, une façon de rester actif et de lutter de manière positive – et avec beaucoup d’humour – en ces temps troubles. 

Notes

 1 Amabie serait une variante du yôkai amabikoアマビコ(ou encore 海彦, 尼彦, 天日子, 天彦, あま彦) apparu plus tôt mais il semblerait qu’Amabie soit devenu plus populaire par la suite. 

2 Le yôkai est un esprit, un fantôme ou encore un démon, une apparition surnaturelle dans le folklore japonais. 

3 https://twitter.com/kumainlib/status/1235841385980284934 

4 Feuilles imprimées qui servaient à diffuser des nouvelles ou divertir le grand public. 

5 https://rmda.kulib.kyoto-u.ac.jp/item/rb00000122#?c=0&m=0&s=0&cv=83&r=0&xywh=-12946%2C0%2C35404%2C7621 

6 Voir la retranscription : https://honkoku.org/app/#/transcription/F46704891D219FA2EF310888FEA25F7D/84/ 

7 En japonais : Gendai no ekibyô ga kiemasu yô ni 現代の疫病が消えますように. Voir la publication : https://twitter.com/mizukipro/status/1239818518536704001 

8 En japonais : Shiranai uchi ni, hirome chaukara 知らないうちに、拡めちゃうから. 

9 Voir l’image plus bas, ou sur le site du gouvernement : https://www.mhlw.go.jp/stf/seisakunitsuite/bunya/0000164708_00001_old.html  

10 De l’anglais « closed spaces, crowds, and close contact settings », c’est-à-dire éviter les espaces clos, les rassemblements et les contacts physiques. 

11 https://mainichi.jp/english/articles/20200416/p2a/00m/0na/016000c 

12 https://mainichi.jp/english/articles/20200512/p2a/00m/0na/023000c 

13 https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/coronavirus-au-japon-Amabie-une-creature-legendaire-censee-proteger-contre-les-epidemies-sort-de-l-oubli_3965727.html 

14 Plaque en bois sur laquelle on inscrit une prière ou un voeu. 

15 http://www.asahi.com/ajw/articles/13857651 

16 https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/news/backstories/1117/ 

17 Ibid  

Références bibliographiques


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.