Une brève histoire des masques au Japon – Troisième et dernière partie

Par Victoria Charpentier

Durant l’ère Shôwa (1926-1989), le masque était produit de manière industrielle mais ne restait accessible qu’à une partie de la population, plutôt aisée. Cependant, la Seconde Guerre Mondiale poussa le marché du masque à s’adapter au plus grand nombre. Les autorités les recommandèrent à l’ensemble de la population, dans la continuité de ceux qui avaient été développés pendant l’épidémie de peste pneumonique en Mandchourie de 1910-1911. Leur efficacité ainsi que celle des mesures sanitaires prises (quarantaine, port du masque…) avaient été prouvées non seulement en Chine mais aussi à San Francisco lors de la Grippe espagnole de 1918-19201. Les matières premières, qui étaient réquisitionnées pour l’effort de guerre, contraignirent les fabricants à utiliser de simples gazes, plus économiques2. Le masque, qui fut un temps un marqueur social, perdit de son prestige. Le porter était devenu un symbole de patriotisme, une façon d’aider la nation en réduisant le nombre de malade et ainsi soulager le système médical. On retrouve ainsi des « masques patriotiques » aikoku masuku 愛国マスク3, dont la forme simple et la couleur blanche se rapprochent de ceux désormais utilisés. Après la Seconde Guerre Mondiale, le port du masque qui était au départ préconisé pour les malades, fut dès lors recommandé presque exclusivement pour les personnes en bonne santé afin de les protéger des rhumes et des grippes4. 

Il faut attendre les années 1980 pour voir une évolution majeure dans l’histoire du masque, avec son utilisation spécifique pour les allergies dues au pollen, comme nous l’avons vu dans le premier article de cette série. Les premiers masques jetables anti-pollen furent créés en 20035. Cette même année, l’épidémie de SARS poussa de nombreux pays d’Asie de l’Est à prendre l’habitude de porter le masque en cas d’épidémie de grippe. Les autorités japonaises lancèrent également des campagnes de santé publique pour encourager l’utilisation des masques. Elles mettaient l’accent sur l’importance des actions individuelles, non seulement pour sa propre santé, mais aussi pour celle de sa communauté et du pays tout entier6. Comme le souligne Mitsutoshi Horii 堀井 光俊, professeur à l’Université Shûmei : « Dans les années 2000, le discours autour de la pratique du port du masque était chargée d’idéologie néolibérale, laquelle transfère progressivement les responsabilités de gestion des risques sanitaires de l’État aux individus. Le port du masque incarne de plus en plus cette idée. »7 

Comme nous avons pu le voir, c’est à travers diverses crises sanitaires auxquelles elle a dû faire face au cours de son histoire que la société japonaise a développé une certaine « culture du masque ». Que ce soit par « amour de la nation » plus ou moins forcée par le gouvernement ou par respect pour soi et son prochain, l’attitude positive des japonais envers le port du masque découle d’une volonté de protection collective. Mais au-delà des considérations sanitaires, il s’agirait aussi pour Adam Burgess, co-auteur avec Mitsutoshi Horii d’un article sur le sujet, d’une stratégie d’adaptation, un « rituel du risque »8. Ce terme sous-tend l’idée que le port du masque donne un sentiment de contrôle à l’individu dans un contexte où la société dans son ensemble est impuissante face à des événements qui la dépassent. Ainsi, qu’il soit efficace ou non pour contrer la propagation d’une épidémie n’est pas l’élément le plus essentiel. Il s’agit ici d’une pratique ancrée dans le quotidien qui permet à la population d’avoir le sentiment qu’elle a une certaine capacité d’action sur la situation.

Il existe aussi un lien entre le port du masque et le taux de vaccination. En effet, dans les années 1970 par exemple, alors que la vaccination contre la grippe augmentait, le port du masque chutait et, à l’inverse, à la fin des années 1980, la vaccination déclina et le port du masque fut de nouveau très répandu. Aujourd’hui, le Japon est un des pays avec le plus faible taux d’opinion favorable au vaccin. Pour lutter efficacement contre la pandémie actuelle, il apparaît évident que l’on doit pouvoir compter à la fois sur la responsabilité individuelle quant au port du masque, mais aussi sur la campagne de vaccination massive gérée par le gouvernement, comme il l’a annoncée.


Le « masque patriotique » aikoku masuku 愛国マスクrecommandé à la population pendant la Seconde Guerre Mondiale. 
https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/ 

Notes

  1. https://www.gavi.org/vaccineswork/long-view-100-years-and-counting-mask-wearing-japan
  2. https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/
  3. Voir l’image plus bas.
  4. https://www.japanesestudies.org.uk/ejcjs/vol14/iss2/horii.html
  5. Les premiers masques jetables sont apparus dans les années 1960.
  6. https://www.japanesestudies.org.uk/ejcjs/vol14/iss2/horii.html
  7. Ibid. Traduction de l’auteur. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22443378/
  8. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22443378/

Bibliographie

The Long View: 100 years and counting of mask wearing in Japan, Gavi, l’Alliance du Vaccin, Tetsekela Anyiam-Osigwe and Jacques Schmitz, 19 février 2021 Consulté le 11/03/2021 : https://www.gavi.org/vaccineswork/long-view-100-years-and-counting-mask-wearing-japan

« The history behind Japan’s love of face masks », Alex Martin, The Japan Times, 04 juillet 2020 Consulté le 11/03/2021 : https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/

Why Do the Japanese Wear Masks? A short historical review, Mitsutoshi Horii, The Electronic Journal of Contemporary Japanese Studies, Volume 14, Issue 2 (Article 8 in 2014), 29 juillet 2014 Consulté le 11/03/2021 : https://www.academia.edu/11648516/Why_Do_the_Japanese_Wear_Masks_A_short_historical_review

Risk, ritual and health responsibilisation: Japan’s ‘safety blanket’ of surgical face mask‐wearing, Adam Burgess, Mitsutoshi Horii, Foundation for the Sociology of Health & Illness/Blackwell Publishing, 23 mars 2012 Consulté le 24/04/2021 : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1467-9566.2012.01466.x

日本とアジアにおける新型コロナウイルス感染症(COVID-19)対策の歴史的文脈 (1), Andrew Gordon, The University of Tôkyô, 05 juin 2020 Consulté le 11/03/2021 : https://www.tc.u-tokyo.ac.jp/weblog/1831/

マスクの歴史 呼吸器・高級品・ガーゼ・使い捨て…, Nikkei, 29 mars 2020 Consulté le 11/03/2021 : https://www.nikkei.com/article/DGXMZO57052560Q0A320C2W11600/ 

社会 時代を映すマスクの歩み, Mainichi Shimbun, 05 avril 2021 Consulté le 11/03/2021 : https://mainichi.jp/maisho/articles/20210405/kei/00s/00s/018000c

日本のマスクの歴史と、独特な「マスク文化」の形成について, Kitatama Pharmaceutical Association, date de publication inconnue Consulté le 23/04/2021 : https://www.tpa-kitatama.jp/museum/museum_yowa2.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.