Une brève histoire du masque au Japon – Deuxième partie

Par Victoria Charpentier

Au Japon, on voit apparaître les premiers masques modernes à partir de l’ère Meiji (1868-1912), lesquels évolueront progressivement pour prendre la forme qu’on leur connait aujourd’hui. Cependant, l’histoire du masque remonte à bien plus loin encore. En effet, on utilisait autrefois (sans qu’il soit cependant possible de dater précisément cet usage) du papier ou des feuilles d’une branche de l’arbre sakaki 榊 (Cleyera japonica), sacré dans le shintô, que l’on mettait devant sa bouche pour ainsi empêcher son souffle « impur » de souiller les rituels et festivals religieux1. Plus tard, à l’époque d’Edo (1603-1868), certains médecins se couvraient le bas du visage avec du tissu, pour se protéger des maladies dont on savait déjà qu’elles pouvaient se transmettre par l’air2. L’utilisation des masques n’était cependant pas répandue dans toute la population. Les mineurs de la mine d’argent d’Iwami Ginzan (石見銀山) dans le département de Shimane furent parmi les premiers à en utiliser. Un médecin du nom de Miya Taichû (宮 太柱)3 mit au point, peu après une enquête de terrain en 18584, un masque appelé fukumen福面, composé de soie préalablement trempée dans du jus de kaki fermenté5, recouvrant une structure en fer dans laquelle était insérée de la pulpe de prune. Ainsi, l’astringence du kaki et l’acidité de la prune permettaient à la fois de filtrer la poussière de l’air et d’éviter d’avoir la gorge sèche6 7. Ce masque, qu’on attachait aux oreilles avec des bouts de ficelle, devait servir à réduire les maladies pulmonaires liées au travail dans la mine.

Dans cette même logique, mais ce une vingtaine d’années plus tard, à l’ère Meiji (1868-1912), les premiers modèles de masques modernes firent leur apparition pour protéger les mineurs mais aussi les ouvriers d’usine et de construction. Un des premiers exemplaires date de 18798. Il s’agissait d’un masque réutilisable en tissu, puis en celluloïd, avec un filtre en laiton. Il existait aussi des masques réutilisables dont il suffisait de changer la gaze à l’intérieur et coûtaient alors l’équivalent actuel de 3 500 yens, une somme conséquente pour l’époque. Plus tard, à l’ère Taishô (1912-1926), le marché du masque florira notamment grâce aux commandes d’usines en Europe en pleine Guerre Mondiale et ainsi les matériaux utilisés se diversifient (cuir, velours…). Il est alors un symbole de modernité.

Cependant, l’événement qui devait bouleverser l’usage du masque fut sans aucun doute l’épidémie de Grippe espagnole qui sévit de 1918 à 1920 et qui coûta la vie à environ 690 000 Japonais, dont 190 000 dans les territoires colonisés de la Corée et de Taïwan9 10. Les masques coûtaient alors l’équivalent de 3000 yens et constituaient un marqueur social. Ceux qui ne pouvaient pas en acheter avaient la possibilité d’en fabriquer chez eux à partir d’instructions publiées dans les journaux. Le gouvernement mit en place une campagne de sensibilisation pour le public et on pouvait retrouver des affiches avec des slogans tels que « ceux qui ne portent pas de masque sont imprudents »11. Les citoyens prirent alors conscience des problèmes de santé publique et jouèrent activement un rôle dans la limitation de la propagation du virus12.

En 1923, dans un autre registre, on utilisa des masques pour se protéger des cendres et de la fumée dues au séisme du Kantô et, à cette période, les marques s’emparèrent du marché. Onze ans plus tard, en 1934, une deuxième vague d’épidémie de grippe se répandit sur le territoire japonais et le gouvernement, à travers de nombreuses affiches entre autres, encouragea de nouveau ses citoyens à porter des masques dans les transports en commun, et dans tout autre lieux de rassemblement13. C’est ainsi, au travers des vagues successives d’épidémies, que la population fut sensibilisée aux problèmes de santé publique.

Nous continuerons de retracer l’histoire du masque dans notre prochain article, dans lequel nous aborderons l’ère Shôwa (1926-89) et notamment l’utilisation du masque pendant la Seconde Guerre Mondiale.


Reproduction d’un masque « fukumen » du musée d’Iwami Ginzan
https://www.sankei.com/photo/story/news/200714/sty2007140002-n1.html 


Un des premiers masque produit au Japon avec un filtre en laiton datant de l’ère Meiji
https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/ 
Masque réutilisable datant de la fin de l’ère Meiji. Il suffisait de changer la gaze placée entre le masque et la bouche
https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/ 

Affiche datant de l’ère Taishô visant à inciter au port du masque. Il est écrit : « La terrifiante bactérie de la grippe ! Osorubeshi hayarikaze no baikin ! 恐るべし「ハヤリカゼ」の「バイキン」 ! » et « Ceux qui ne portent pas de masque sont imprudents ! Masuku wo kakenu inochishirazu ! マスクをかけぬ命知らず ».
https://news.yahoo.co.jp/articles/780f8a0b279356614d487ae8e753325bcdd60d2d 

Notes

  1. https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/
  2. Ibid
  3. On retrouve aussi la lecture Miya Tachû ou Miya Tachiyû. Sur le site de la ville de Fukuyama, on retrouve la lecture Miya Taichû. https://www.city.fukuyama.hiroshima.jp/koho-detail50/koho-202010/200238.html
  4. Ibid
  5. Le jus de kaki astringent fermenté kakishibu柿渋avait une haute teneur en tanins et était utilisé pour teindre du tissu ou vernir du bois entre autres.
  6. L’acidité de la prune était sensée stimuler les glandes salivaires. https://www.sankei.com/photo/story/news/200714/sty2007140002-n1.html
  7. https://asukehp.or.jp/column/yui82/
  8. The Japan Times (voir ci-dessus)
  9. Ibid 
  10. https://www.tc.u-tokyo.ac.jp/en/weblog/1896/
  11. « Masuku wo kakenu inochishirazuマスクをかけぬ命知らず »
  12. Ibid
  13. Ibid

Bibliographie

« The history behind Japan’s love of face masks », Alex Martin, The Japan Times, 04 juillet 2020 Consulté le 21/03/2021 : https://www.japantimes.co.jp/news/2020/07/04/national/science-health/japans-history-wearing-masks-coronavirus/

« 日本最古のマスク「福面」の考案者 宮太柱(みや たいちゅう) », Fukuyama City, No.326, 01 octobre 2020 Consulté le 21/03/2021 : https://www.city.fukuyama.hiroshima.jp/koho-detail50/koho-202010/200238.html

« 江戸時代のマスク », Sankei, 14 juillet 2020 Consulté le 21/03/2021 : https://www.sankei.com/photo/story/news/200714/sty2007140002-n1.html

« 「福面」 », Asuke Hospital column, Vol. 82, 20 février 2020 Consulté le 21/03/2021 : https://asukehp.or.jp/column/yui82/

日本とアジアにおける新型コロナウイルス感染症(COVID-19)対策の歴史的文脈 (1), Andrew Gordon, The University of Tôkyô, 05 juin 2020 Consulté le 21/03/2021 : https://www.tc.u-tokyo.ac.jp/weblog/1831/

「マスクかけぬ命知らず!」100年前から着用推奨 日本に根付く文化、新型コロナにも効果?, Yahoo Japan News, 15 juin 2020 Consulté le 21/03/2021 : https://news.yahoo.co.jp/articles/780f8a0b279356614d487ae8e753325bcdd60d2d


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.