Une brève histoire du masque au Japon – Première partie

Par Victoria Charpentier

Aux Etats-Unis ou même en France, on voit depuis plusieurs mois des mouvements « anti-masque » qui le juge inutile ou le considère comme une atteinte à la liberté. Le discours des dirigeants, des experts et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) n’a sûrement pas aidé à convaincre les populations peu habituées à le porter avant le début de la crise du coronavirus, puisque leurs recommandations ont évolué au fil du temps. En effet, en avril 2020, l’OMS ne préconisait pas le port de masques non homologués par le grand public mais, le 5 juin, elle le recommandait dans les endroits confinés1. Le 1er juillet, le président Trump avait déclaré être en faveur des masques alors qu’il y avait été réticent jusque-là. En France, fin mai 2020, le Premier ministre, après avoir prétendu que l’usage du masque n’était pas recommandé, voulait finalement généraliser le port du masque dans les lieux publics, et il devint ensuite obligatoire dans les espaces clos en juillet. Il avait ainsi souligné l’intérêt de développer une « culture du masque » en France, pour prévenir et lutter contre les épidémies2. A l’inverse, au Japon, le port du masque a tout de suite été adopté massivement dès le début de la crise de la COVID-19, et cela est toujours d’actualité. Selon un groupe d’experts conseillant le gouvernement, cela a notamment aidé à réduire le nombre de morts dans le pays3. Mais comment expliquer cette attitude positive face au masque ? Afin d’essayer de mieux comprendre sa banalisation dans la société japonaise, nous aborderons certains aspects de son histoire au travers d’une série d’articles.

Au début de la crise sanitaire, mi-avril 2020, la distribution de deux masques à chaque foyer, appelés « Abenomasks » par ses détracteurs, avait été critiquée, considérée comme un gaspillage d’argent public puisqu’ils auraient coûté 200 yens4 pièce, soit 46,6 milliards de yens5 au total en comptant la livraison6. Or, les Japonais, même en bonne santé, utilisaient déjà majoritairement des masques, sans qu’il n’y ait eu de recommandation officielle. En effet, on les utilise depuis des décennies pour de nombreuses raisons. Il s’est popularisé en particulier dans les années 1980, utilisé pour des raisons de santé comme pour se prémunir de la grippe mais aussi des allergies liées au pollen (kafunshô 花粉症), qui sont devenues un vrai problème dès les années 1960 avec les politiques de reforestation d’après-guerre, augmentant considérablement le nombre d’arbres allergisants, ou encore pour se protéger des rayons du soleil.

Cependant on retrouve une multitude de raisons au port du masque, lesquelles dépassent les considérations liées à la santé. Il est par exemple utilisé pour se protéger du froid pendant l’hiver, on retrouve ainsi des masques chauffants, ou a contrario, des masques refroidissant pour l’été. Pour des raisons de confort, on l’utilise entre autres contre les

mauvaises odeurs ou pour se sentir plus à l’aise avec la promiscuité dans les trains bondés7. Il existe ainsi un véritable marché du masque, également devenu un accessoire de beauté. On appelle cette utilisation plus esthétique d’hygiénique « masque de sophistication », date masukuだてマスク8. Qu’il serve à dissimuler le visage d’une femme non maquillée (suppin, 素っぴん, « visage sans maquillage ») ou à « affiner le visage »9, des masques pour la clientèle féminine ont vu le jour. Il existe même un terme pour désigner les « belles femmes avec un masque », masuku bijinマスク美人. Ainsi l’utilisation des masques au Japon est très diversifiée et de nombreux modèles ont été développés pour répondre aux besoins et aux envies de la population. Cette « culture du masque » remonte au XIXème siècle, plus particulièrement au début de l’ère Meiji et nous en retracerons l’histoire dans un prochain article.

Notes

  1. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/coronavirus-l-oms-change-de-doctrine-sur-l-usage-des-masques_2127594.html
  2. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/qu-a-exactement-recommande-l-oms-ces-derniers-mois-concernant-le-port-du-masque-par-le-grand-public_4034233.html
  3. https://www.japantimes.co.jp/news/2020/05/28/national/science-health/masks-helped-fight-coronavirus/
  4. Environ 1,50 euros.
  5. Environ 357 millions d’euros.
  6. https://www.japantimes.co.jp/news/2020/04/17/national/abe-two-masks-tokyo/
  7. https://www.nikkei.com/article/DGXMZO57052560Q0A320C2W11600/
  8. 伊達マスク
  9. https://restaurants-guide.tokyo/column/face-masks-in-japan-100-years-running/

Bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.