Les Métamorphoses de COVID : abondance de variants, d’autorité gouvernementale en berne

Par Pablo Benavides-Barkate

Malgré la fermeture des frontières et les mesures prises pour éviter la propagation de nouveaux variants du coronavirus, une mutation originaire de Grande-Bretagne semble avoir pris d’assaut la ville d’Ōsaka et s’être propagée à toute la région du Kansai, où le nombre de nouveaux cas par jour atteint des records1. La raison est à imputer aux forts déplacements, en particulier chez les jeunes avec la reprise de l’année universitaire, qui ont pu avoir lieu depuis la fin de l’état d’urgence dans le Kansai à la fin février 2021. Quelques semaines après, et alors que les mesures d’exception viennent d’être levées pour les trois derniers départements encore concernés (Chiba, Kanagawa, Saitama), le pays n’est pas à l’abri d’un troisième acte de restrictions, cette fois localisé dans l’ouest (Ōsaka, Hyōgo et Miyagi). Beaucoup craignent en effet que cette soudaine résurgence et propagation du variant n’engendre une quatrième vague à trois mois du début des épreuves olympiques, et cela pourrait déjà bien être le cas : les infections se multiplient très rapidement, et cette nouvelle mutation pourrait résister au vaccin. Dans un pays où la campagne de vaccination avance relativement lentement comparé au reste des nations développées, ce nouveau élément perturbateur pourrait bien mener à un mécontentement général envers les politiques du gouvernement. Le gouverneur d’Ōsaka, Yoshimura Hirofumi (né en 1975), a cependant pris son rôle à coeur en demandant au gouvernement fédéral de désigner la ville comme zone à haut risque et nécessitant des mesures plus fortes pour lutter contre le virus, conformément à l’amendement de la loi sur les maladies infectieuses voté en février. Celui-ci permet en effet la mise en place de restrictions, normalement possibles uniquement sous l’état d’urgence, sans toutefois avoir à le déclarer. Ces mesures peuvent consister en des amendes pour les commerces refusant de réduire leurs horaires.

Cette décision au niveau local de les faire appliquer ou non montre bien qu’il existe un réel décalage entre la volonté du gouvernement fédéral et ce qu’il peut mettre en pratique. En d’autres termes, il est presque impossible pour le Premier ministre et son cabinet de faire appliquer les mesures qu’ils souhaitent sans la coopération des gouverneurs locaux2. S’il est par exemple possible, pour les autorités centrales de déclarer l’état d’urgence ou de débloquer des fonds pour les hôpitaux, il ne leur est en revanche pas autorisé d’influer directement sur les gouverneurs ou les centres de soin publics3. La gestion de la pandémie en 2020 dans son ensemble, souvent qualifiée de lente ou tardive, en est un exemple parlant. Il est cependant une démonstration plus récente de ce manque d’autorité gouvernementale, avec la mise en place du même « quasi-état d’urgence » à Tōkyō, Kyōto et Okinawa (où un variant américain a été découvert4) qui, à défaut de contraindre les citoyens, les laisse confus quant à la différence avec un véritable état d’urgence5. L’absence de restriction sur les déplacements interdépartementaux témoigne une fois encore du manque de clarté et de poids des directives fédérales, obligeant les gouverneurs locaux à les préciser et faire les appliquer s’ils le jugent opportun dans leur juridiction.

Notes

  1. Swift Rocky, « Japan fears COVID-19 variants are behind possible fourth wave », Reuters, 5 avril 2021.
  2. Harukata Takenaka, « Japan’s Fragmented COVID Response: A Systemic Failure of National Leadership », Nippon.com, 8 avril 2021.
  3. Au Japon, ce qui est public relève en réalité de l’autorité locale ou départementale, et non fédérale.
  4. « U.S. Coronavirus Variant Found in Okinawa », Nippon.com, 9 avril 2021.
  5. « Japanese out and about on weekend despite gov’t antivirus pleas », Kyodo News, 10 avril 2021.

Bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.