Crise estudiantine au Japon : l’amnésie gouvernementale

Par Pablo Benavides-Barkate

Tandis qu’en France la situation précaire des étudiants trouve écho à de nombreux niveaux, des initiatives locales jusqu’aux mesures gouvernementales, au Japon le problème semble totalement éludé. Certes, le pays a fort à faire avec l’organisation des Jeux Olympiques et tous les enjeux liés, mais le manque d’implication et généralement de considération dont fait preuve le gouvernement japonais a de quoi susciter des questionnements. D’aucuns pourraient alors penser que la situation est moins alarmante au Japon qu’en France, or il n’en est rien : le pays ne fait pas exception en faisant face aux mêmes phénomènes de dépression et de perte de motivation de ses étudiants que la France et le reste du monde. Selon des chiffres de février 2021, le nombre d’étudiants ayant arrêté les études s’élevait à 1367 depuis le début de la pandémie1. Les raisons évoquées ne sont malheureusement que trop familières : difficultés économiques entraînées par la baisse du taux d’emploi pour les jobs étudiants, problèmes d’ajustement à un nouvel environnement de travail, en particulier chez les « première année », troubles psychiques et solitude, conditions familiales parfois difficiles… On retrouve là certaines des conditions qui avaient fait grimper le taux de suicide chez les femmes sur l’année 2020, un taux également en augmentation chez les étudiants et élèves, et surtout les étudiantes. Le fardeau psychologique qui pèse sur ces populations est le fruit de plusieurs facteurs. Tout d’abord, le manque d’interactions sociales, du fait de la tenue des cours en ligne et parfois l’interdiction de venir sur le campus, ce qui favorise la solitude, l’isolement et la perte de motivation. Si certains vantent les mérites des cours en ligne, avec l’économie de temps de trajet qui rallongerait celui passé à étudier, il est tout de même difficile de nier le manque d’implication qui en résulte. Cette détresse, des sectes n’hésitent pas à en tirer parti pour essayer d’approcher les étudiants les plus vulnérables. On a pu par exemple voir le groupe Aleph, anciennement Aum Shinrikyō (オウム真理教), tenter de rallier des étudiants à leur cause sur les réseaux sociaux, lesquels sont devenus leur nouveau terrain de chasse2.

Vient ensuite le désespoir quant à des perspectives d’avenir de plus en plus restreintes, avec le recul du taux de recrutement de nouveaux diplômés, notamment dans le domaine du transport ou du tourisme3. Les changements dans la manière de trouver du travail qu’a pu amener la pandémie accroissent la complexité et l’incertitude chez les jeunes diplômés. Ce désespoir n’est cependant pas exclusif aux seuls étudiants, et s’est véritablement propagé en amont chez les collégiens et lycéens.

Il est intéressant de noter que les étudiants japonais ne sont pas les seuls à se sentir délaissés par leurs représentants. Beaucoup étudiants en échange se sentent en effet lésés par la politique à deux vitesses du gouvernement, qui autorise les athlètes à venir pour les épreuves olympiques mais refusent l’entrée aux étudiants étrangers4. Ces derniers constituent pourtant une ressource clé pour une économie japonaise vieillissante, et contribuent également à pallier le manque de main-d’oeuvre avec les emplois à temps partiel que beaucoup occupent. La décision de fermer les frontières à toute personne non-résidente a certainement brisé des ambitions, et il n’est pas impossible que certains étudiants se tournent vers d’autres pays pour leurs études.

Quant à savoir pourquoi le gouvernement fait la sourde oreille, il est probable que, comme évoqué en introduction, les enjeux politiques et économiques qui sous-tendent la tenue des Jeux Olympiques accaparent toute l’attention du PLD, pour qui la survie au pouvoir dépendrait de la réussite de cette entreprise.

Notes

  1. « COVID-19 pushes 1,300 Japanese university students to drop out », The Japan Times, 28 février 2021.
  2. Nakamura Shimpei, « Japan cults target lonely college students isolated by pandemic », Nikkei Asia, 21 mars 2021.
  3. « Lingering virus crisis to affect hiring of Japan’s new graduates », The Japan Times, 28 mars 2021.
  4. Regalado Fransesca, « Japan’s foreign students complain Olympians given priority entry », Nikkei Asia, 17 mars 2021.

Bibliographie

Enquêtes


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.