Moitié de mandat essoufflante : fin de course pour Suga ?

Par Pablo Benavides-Barkate

La décision est tombée ce samedi 20 mars 2020 : les Jeux Olympiques se tiendront bien sans spectateurs étrangers. La nouvelle coïncide avec la décision du Premier ministre Suga Yoshihide de lever l’état d’urgence en vigueur depuis le mois de janvier dans la région de Tōkyō et trois départements alentours, Chiba, Kanagawa et Saitama. Ces initiatives semblent s’inscrire dans une démarche visant à prendre de front le problème de la pandémie, après de vives critiques envers l’administration Suga pour ses demi-mesures. Invoquant une baisse des cas et une diminution de la pression sur les établissement de santé1, le gouvernement cache à peine l’ambition politique qui sous-tend ces deux décisions. Suga semble en effet considérer qu’un prolongement de l’état d’urgence ne ferait pas baisser le nombre de contaminations par la COVID-19 de manière significative2, et qu’au contraire la confiance dans son administration n’irait qu’en diminuant. A quelques jours de la reprise du relais de la flamme olympique, cette décision apparaît donc plus comme un moyen de relancer l’économie, mais au détriment possible de la santé des citoyens : les experts s’accordent en effet pour dire que, même si le nombre de contaminations s’est stabilisé, le pays n’est pas à l’abri d’une soudaine résurgence3. Avec la floraison des cerisiers à travers l’archipel qui attire chaque année un nombre important de visiteurs, la rentrée scolaire (en avril au Japon), et la rhinite saisonnière qui sévit à cette période4, la propagation du virus peut se voir démultipliée. Le relâchement provoqué par la levée de l’état d’urgence serait également susceptible de faire monter les chiffres. Suga devra alors convaincre les Japonais de la nécessité de respecter scrupuleusement les gestes barrières, car une reprise pourrait affecter grandement ses chances de réélection en octobre. La fermeture des frontières à toute personne non-résidente, et en conséquence l’interdiction aux spectateurs étrangers de venir assister aux épreuves olympiques, agit ici comme un moyen de museler les critiques avant que celles-ci ne surviennent5 : la venue de ces derniers et la hausse du nombre de cas qui pourrait s’ensuivre provoqueraient un tollé contre le gouvernement, l’équivalent d’un véritable suicide électoral pour le PLD. Avec une côte de popularité au plus bas due à la lenteur et l’inadéquation des mesures prises pour lutter contre la pandémie, ainsi qu’une série de scandales auxquels il s’est retrouvé plus ou moins lié6, Suga entend bien tout faire pour assurer le bon déroulement des Jeux Olympiques, malgré l’appréhension générale. Cet entêtement, qui fait écho à celui dont il avait fait preuve lors de la mise en place des programmes Go To Travel et Go To Eat, est poussé par des considérations avant tout politiques, même si la question économique n’est pas étrangère au processus. Le succès des événements permettrait en effet à Suga de préparer le terrain pour les élections à venir en octobre. Les Jeux fonctionnent donc comme un levier politique qui permettraient à Suga, sinon d’être réélu, d’au moins sauver les apparences. Malgré les difficultés auxquelles Suga fait face, un second mandat ne lui est pas impossible. En effet, pour un homme politique, la place de Premier ministre constitue peut-être la position la plus ardue à tenir dans ce contexte particulier, et il n’est pas impensable qu’au sein même du parti des jeux de pouvoirs se trament pour garder Suga en place dans l’attente d’une situation plus favorable.7

 

Notes

  1.  « Japan decides to end COVID-19 emergency in Tokyo area on March 21 », Kyodo News, 18 mars 2021.
  2.  « Suga on tightrope as COVID-19 resurgence could risk 2nd term as PM », Japan Today, 20 mars 2021.
  3.  Yamaguchi Mari, « Japan to end COVID-19 emergency in Tokyo despite rebound fears », CTV News, 18 mars 2021.
  4.  « Japan nose specialist urges hay fever sufferers to be more careful amid coronavirus », Mainichi Shimbun, 18 mars 2021.
  5.  Horiuchi Junko, « No foreign spectators at Tokyo Olympics mirrors Suga’s weak standing », The Japan Times, 21 mars 2021.
  6.  Siripala Thisanka, « Japan’s Prime Minister Hit With Nepotism Scandal », The Diplomat, 1er mars 2021.
  7.  Ryall Julian, « Coronavirus, political scandals hit Japanese leader Suga’s popularity », DW.com, 1er janvier 2021.

Bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.