Dégâts collatéraux de la COVID-19 : les femmes en première ligne

Par Pablo Benavides-Barkate

Après une baisse constante sur plus d’une décennie, le Japon voit son taux de suicide augmenter drastiquement depuis juillet 2020, avec des pics en septembre et octobre. Si ce dernier a toujours été élevé pour un pays développé, la récente hausse a de quoi inquiéter. Le nombre de suicides, en particulier chez les femmes, a en effet atteint un pallier historiquement haut en octobre, dépassant sur ce seul mois le nombre de décès dus au coronavirus sur l’ensemble de l’année 20201. Le contexte sanitaire difficile n’est évidemment pas étranger au phénomène. Cependant, il semble bien plus avoir exacerbé des problèmes déjà solidement enracinés dans la société japonaise que de les avoir véritablement provoqué. Les hommes, d’ordinaire deux fois plus susceptibles de mettre fin à leurs jours que les femmes, ont au contraire été moins touchés par la vague de suicides qui sévit depuis quelques mois. Les raisons sont multiples : près de la moitié des femmes qui travaillent sont employées comme travailleuses dites « non-régulières », ce qui inclut les temps partiels, CDD et intérim. En cas de crise majeure, cette main-d’œuvre est la plus susceptible d’être licenciée, et c’est notamment ce qu’il s’est passé au Japon, où les secteurs les plus durement touchés par la pandémie (tourisme, distribution, services…), qui emploient un grand nombre de travailleurs non-réguliers, ont dû licencier en masse. Malgré une légère amélioration des conditions de travail des femmes sous la politique des womenomics d’Abe Shinzō, notamment pour les métiers les plus qualifiés, les travailleuses les plus modestes font toujours face à la même précarité2. La perte d’un emploi nécessaire chez un nombre de femmes célibataires en constante augmentation est un facteur qui, quand il ne mène pas directement au suicide, contribue fortement à la dépression et autres troubles de santé mentale. Dans une société où les personnes atteintes de ces troubles sont toujours considérablement stigmatisées et où la solitude est presque « glorifiée »3, il devient extrêmement difficile pour ces femmes de sortir de ce cercle vicieux et de demander de l’aide.

La situation n’est pas moins difficile pour les femmes en télé-travail. Outre le fardeau des tâches ménagères et de l’éducation des enfants, qui repose encore beaucoup sur les femmes, celles- ci doivent également faire face à une violence conjugale en forte augmentation, pour laquelle le nombre de consultations semble également avoir atteint un record4. La frustration engendrée par des conditions économiques difficiles couplées à une promiscuité prolongée semblent être la cause de cette augmentation soudaine.Il est enfin un troisième facteur qui permet d’expliquer cette hausse des suicides : un certain nombre de célébrités ont mis fin à leurs jours au cours de l’année 2020, entraînant une vague de suicides par « imitation », essentiellement chez les jeunes femmes5. Les raisons de ces suicides de stars ne sont pas véritablement connues, mais il n’est pas impossible qu’avec le ralentissement des activités, une exposition plus longue que d’habitude aux réseaux sociaux et au harcèlement qui peut en découler soit un facteur majeur.

La question n’est cependant pas ignorée par les autorités, en témoigne le choix de Suga Yoshihide de nommer un Ministre de la Solitude, Sakamoto Tetsushi (né en 1950), déjà en charge de la gestion de la baisse de natalité. La nature des mesures qu’il compte prendre pour faire face à cette situation n’est à cette heure-ci pas encore connue, mais la création de ce ministère atteste de la gravité du problème ainsi que de la volonté du gouvernement d’y remédier.

Notes

  • [1] Wang Selina, Wright Rebecca, Wakatsuki Yoko, « In Japan, more people died from suicide last month than from Covid in all of 2020. And women have been impacted most », CNN, 30 novembre
  • [2] Shutō Wakana 首藤若菜, « “女性活躍推進”の影に隠れ、コロナ禍が浮き彫りにした「エッセンシャルワーカー」と非正規雇用の現», Nippon.com, 11 décembre 2020.
  • [3] Deeptesh Sen, « Explained: Why suicides are rising in Japan amid the Covid-19 pandemic », The Indian Express, 26 février
  • [4] « 20 年度の DV 相談、早くも過去最多更新 : コロナ禍で在宅時間が増加 », 21 janvier
  • [5] Harding Robin, « Japan suffers rise in female suicides during Covid-19 pandemic », Financial Times, 10 février

Bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.