Compte-rendu de la conférence de Christine Lévy: ” Des féminismes du XXe siècle au XXIe siècle au Japon : permanences et ruptures”

Christine Lévy:

Des féminismes du XXème siècle au XXIème siècle au Japon : permanences et ruptures

Compte-rendu : Sylvain Enjalbert

Le jeudi 13 novembre a eu lieu la première conférence de l’année 2014/2015 dans le cadre des Jeudis du Japon (organisée par l’antenne de Toulouse du Centre d’études japonaises). Pour cette conférence de deux heures intitulée « Des féminismes du XXe siècle au XXIe siècle  au Japon : permanences et ruptures », Christine Lévy, de l’université Bordeaux Montaigne, a dressé un portrait du féminisme et des féministes au Japon en s’attardant sur les différents mouvements et changements durant le XXe siècle, pour terminer sur les enjeux actuels et l’état du féminisme dans le Japon d’aujourd’hui.

 

Plan de la conférence :

–          Définitions succinctes.

–          Historique général.

–          Les grandes revendications féministes.

–          Féminismes et question de genre.

–          Un exemple de permanence et rupture ? La question du genre dans l’éducation.

–          Les nouvelles revendications ou agenda politique.

 

Christine Lévy a introduit la conférence en précisant quelques points comme la pluralité du féminisme dû à la diversité de ses origines, aux différentes idéologies et aux divisions à l’intérieur même des mouvements. Puis, elle a commencé par présenter un historique du féminisme en dehors du Japon. Tout d’abord l’origine du terme « féminisme » qui est utilisé par Hubertine Auchert dans La citoyenne de 1881 à 1891. Christine Lévy précise que même si ce terme, qui à l’origine désignait la « maladie mentale » qui caractérisait un homme efféminé, apparait à la fin du XIXsiècle, il y avait des actes pouvant être considérés comme féministes depuis bien plus longtemps.

En ce qui concerne les féminismes au Japon, Christine Lévy dresse tout d’abord un portrait  allant des premières revendications apparues entre 1874 et 1884, influencées par les traductions des livres venus d’Occidents, ainsi que par le nouveau regain de popularité des femmes en littérature, jusqu’à la fin des années 1990 avec l’évolution des problématiques post modernes.

Le contexte historique de l’ère Meiji (1868 – 1912) est favorable à l’émergence des premières revendications concernant l’égalité homme/femme. Il y a à cette époque une volonté de moderniser le pays, avec une évolution des mœurs ou encore l’apparition de débats sur le statut des femmes

Concernant l’éducation, l’égalité garçon/fille est instituée par la loi en 1872. Le taux de scolarisation des filles passe de 15,10% à 47,62% en 1912, et la scolarité obligatoire de 4 ans en 1900 passe à 6 en 1907. Des moyens sont mis en place pour favoriser l’accès aux femmes à l’éducation secondaire et supérieure, mais l’idée est de former de « bonnes épouses et des mères avisées » (ryōsai kenbo), un principe fondamental de la caractérisation des femmes de Meiji, qui va persister et évoluer tout au long du XXème siècle.

C’est à l’ère Taishô (1912 – 1926) que la première vague de féminisme s’impose au Japon, principalement avec l’apparition de la revue Seitô en 1911. Cette revue créée uniquement par des femmes, principalement Hiratsuka Raishô (1886 – 1971) et Itô Nôe (1895 – 1923), deviendra le symbole de la remise en cause du principe de « bonne épouse, mère avisée ». Ces « nouvelles femmes » (atarashii onna) deviennent alors la cible des média, et se font régulièrement attaquer par ceux-ci qui n’hésitent pas à lancer des polémiques concernant leurs mœurs et leur manière de penser.

Les principaux débats de l’ère Taishô concernent la protection de la maternité, l’accès au suffrage universel, les maladies vénériennes, ou encore la prostitution. Ces débats sont portés par des associations féministes comme l’Association des nouvelles femmes (Shinfujin kyôkai), qui lance à cette époque un débat sur le suffrage universel.

L’après-guerre est marqué par l’égalité entre les hommes et les femmes devant la loi inscrite dans la nouvelle constitution de 1948.

Mais il apparait aussi une radicalisation des mouvements féministes. Par exemple le mouvement ûman ribu qui critique l’image de la femme au foyer, lance des débats autour de la liberté sexuelle, ou encore se mobilise contre la remise en cause du droit à l’avortement de 1948. Une des particularités du Japon est la marginalisation même dans les mouvements féministes de la pilule car ceux-ci considère la société japonaise comme une « société dans laquelle on peut faire des enfants » (子どもを産める社会, kodomo wo umeru shakai).

A partir de 1980, les mouvements féministes japonais s’ouvrent à l’international qui prend de plus en plus d’importance, entrainant un renouvellement des théories et des revendications dans les années 90, mais avec une persistance des anciennes oppositions. Le but principal de cette époque est de renforcer la stratégie globale du féminisme dans la globalisation. Ainsi, lors de « la quatrième conférence mondiale sur les femmes » à Pékin en 1995, 5000 japonaises sont présentes. Cette conférence eut des répercussions concrètes sur les politiques en matière d’égalité, avec en 1997 une amélioration de la « Loi d’égalité des chances face à l’emploi » de 1985, ou encore l’adoption d’une loi pour une société de participation égale entre les hommes et les femmes.

Les enjeux actuels sont marqués par la place du Japon dans « The global gender gap report » de 2014, 104e sur 136. Les revendications pointent alors du doigt le retard dans l’égalité économique et politique mais aussi les relations hiérarchiques entre les hommes et les femmes.

Pour conclure, Christine Lévy présente la situation actuelle de l’égalité des genres au Japon. On note une augmentation du nombres de femme employées avec 42% en 2010 contre 36% en 1985. Mais la plus de la moitié de celle ci ont des contrats précaires. La différence de salaire entre les hommes et les femmes est importante. En ce qui concerne la représentation des femmes en politique, elle s’est développée partout dans le monde après 1995, mais le taux de représentation au Japon est le plus bas, principalement à cause du nombre trop faible de femme qui se présente.

La conférence se clôt sur une série de questions de l’assistance :

–          D’où venait la résistance à la pilule ?

–          Influence de l’occident, quelle est l’image de la femme au foyer chez les jeunes japonaises d’aujourd’hui ?

–          Précision sur l’idée de continuité et de rupture dans les revendications et les théories.

–          Il y avait-il des hommes dans ces mouvements féministes, et quels ont été leurs rôles ?

–          Les mouvements féministes ont-ils des avis sur la nouvelle loi fondamentale sur l’éducation de 2006 dans laquelle l’article sur la mixité a été supprimé ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.