De l’Après-Guerre et de l’Empereur

Par Pierre-Etienne de Lazzer

Pour les forces alliées, le problème de l’empereur a été l’une des premières questions à être abordée, et ce bien avant la fin de la guerre. Et c’est probablement aussi celle qui a été la plus controversée. Dès 1943, des planificateurs du département d’État américain s’interrogent sur ce qu’il doit advenir de l’empereur après la guerre. Le 25 mai de la même année, ils publient un premier rapport de douze pages qui reprend ses différents rôles dans la société japonaise : rôles historique, légal, constitutionnel, politique et psychologique. Le rapport présente déjà les deux principales options : conserver ou supprimer le système impérial ? C’est cette dernière qui apparaît aux rédacteurs comme la plus radicale pour empêcher le nationalisme et prévenir le retour au pouvoir de personnes belliqueuses qui s’appuieraient sur la mystique impériale. Toutefois c’est la solution prônant la conservation de l’empereur qui est davantage développée :


The survival of the emperorship would be a potential asset of great utility, as an instrument not only for promoting domestic stability, but also for bringing about changes desired by the United Nations in Japanese policy. The very fact that the power to initiate amendments to the Japanese constitution is reserved to the emperor makes orderly constitutional change more readily feasible if the approach is through the emperor. A non-militaristic governing group would be in a better position to make reforms effective if it could speak in the name and with the authority of the emperor[1].

La survie du système impérial serait un potentiel atout d’une grande utilité, comme un instrument non seulement pour promouvoir la stabilité intérieure, mais aussi pour amener les changements souhaités par les Nations Unies[2] dans la politique japonaise. Le pouvoir d’initier des amendements à la Constitution japonaise étant réservé à l’empereur, un changement constitutionnel fluide est plus facile à mettre en œuvre s’il se fait par l’intermédiaire de l’empereur. Un groupe de gouvernants non militaristes serait dans une meilleure position pour faire des réformes efficaces s’il pouvait parler au nom et sous l’autorité de l’empereur.

Et, bien qu’il n’y ait pas de parti pris manifeste dans ce document, c’est cette dernière option qui semble avoir été rapidement privilégiée. Cependant, la même année, on trouve aussi des voix qui s’y opposent et qui demandent à ce que l’empereur, entre autres, soit arrêté en attendant la suite des évènements.

Au fur et à mesure des développements, en 1944, de nouvelles options sont envisagées. Ainsi dans le document H-114a[3] (bibliothèque du congrès), différentes propositions sont émises qui vont d’une décision unilatérale de l’occupant qu’il s’agisse d’apporter son soutien à l’empereur ou de supprimer le régime impérial à une décision laissée au peuple japonais.

Apparaissent aussi, déjà, des politiques qui seront mises en œuvre rapidement après-guerre. Et si le 1er janvier 1946 Hirohito annonce son statut de simple mortel, l’origine est peut-être à rechercher dans cette note du 9 mai 1944 où il est indiqué que l’empereur n’est pas différent des autres dirigeants et qu’il ne faut pas laisser supposer qu’il a des origines divines.

Indépendamment et parallèlement à la décision de maintenir ou non l’empereur, de conserver ou non certaines de ses prérogatives, l’un des points cruciaux, pour les militaires, est de parvenir à cerner son rôle dans la guerre et de pouvoir, le cas échéant, le juger pour crime de guerre.

Mais, pour le Commandant des Forces alliées, le général MacArthur, il est clair que l’empereur doit être conservé pour des raisons pratiques concernant l’occupation du pays et, anticipant une demande qu’il sait inéluctable quant à la responsabilité de l’empereur, il déclare, en janvier 1946, que son enquête n’a pu aboutir à des preuves évidentes pouvant mener à une inculpation, laquelle nécessiterait, de plus, des « millions d’hommes » pour contrôler le pays.

Enfin, le mois suivant, MacArthur donne trois instructions concernant l’empereur, lesquelles doivent garantir sa place et qui doivent être inscrites dans la future constitution :

  • l’empereur est à la tête de l’État ;
  • sa succession est dynastique ;
  • ses devoirs et pouvoirs seront exercés dans les limites de la constitution et en accord avec la volonté du peuple.

Dès lors, le sort de l’empereur était scellé.


[1] Extrait de “Status of the Japanese Emperor”, Notter Files, Box 63, T-315 of May 25, 1943 rapporté dans Robert E. Ward et Sakamoto Yoshikazu (éd.), Democratizing Japan: The Allied Occupation, Honolulu, University of Hawaii Press, 1987.

[2] La source n’ayant pu être retrouvée, il a été impossible de vérifier le terme employé ici. En effet, le texte date de 1943 et l’Organisation des Nations Unies voit le jour en octobre 1945. On peut donc penser que le terme renvoie aux nations de la Déclaration des Nations Unies signée le 1er janvier 1942. Dans celle-ci, 26 pays s’engagent à poursuivre la guerre contre les puissances de l’Axe.

[3] Le document n’a pas pu être retrouvé, nous nous basons donc ici sur une source indirecte


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.