Shugendô, le renouveau post Seconde guerre mondiale (1)

 

Par Pierre-Etienne de Lazzer

Le 26 juillet 1945, la Déclaration de Potsdam est signée par Harry Truman (1884-1972), président des États-Unis, Clement Attlee (1883-1951), premier ministre britannique, et approuvée par Tchang Kaï-chek (1887-1975), Président du gouvernement central de la république de Chine. L’Union Soviétique ne la signera pas mais en acceptera néanmoins le contenu.

La déclaration prend la forme d’un ultimatum pour une reddition sans condition de l’Empire du Grand Japon, Dai Nippon Teikoku 大日本帝国, qui l’ignore, dans un premier temps, mais sera contraint de s’y résigner après les bombardements atomiques sur Hiroshima 広島, et Nagasaki 長崎, les 6 et 9 août 1945. Le 14 août, le Rescrit impérial sur le fin de la guerre de la grande Asie orientale, Daitôa sensō shûketsu no shôsho 大東亜戦争終結ノ詔書 est promulgué et, le lendemain, l’empereur Hirohito 裕仁 (1901-1989) en reprend les termes dans son discours radiodiffusé.

Le 18 août 1945, un gouvernement transitoire est mis en place avec le prince Higashikuni Naruhiko  東久邇稔彦 (1887-1990) à sa tête. Le 30 août, le général américain Douglas MacArthur (1880-1964) arrive au Japon en tant que Commandant suprême des forces alliées (SCAP). Enfin, la capitulation est signée formellement le 2 septembre à bord de l’USS Missouri sans la présence de l’empereur.
Avec le début de l’occupation (1945-1951), les alliés vont mettre en place une politique visant à mettre fin au militarisme et à empêcher son retour. Cela passe notamment, dès la fin de l’année 1945, par les cinq objectifs principaux que sont : la libre participation des femmes à la vie politique, la liberté syndicale, la libéralisation de l’enseignement, la dissolution de la police secrète, Kenpeitai 憲兵隊, et, enfin, la démocratisation de la vie économique. Les mesures concernent également le domaine du religieux avec l’émission, le 15 décembre 1945, des « Directives shintô »[1], SCAPIN-448[2], qui ont pour but la liberté religieuse et la séparation de la religion et de l’État. Selon ces directives, les objectifs consistent à :

Article 1  
In order to free the Japanese people from direct or indirect compulsion to believe or profess believe in a religion or a cult officially designated by the state, and Dans le but de libérer le peuple japonais de l’obligation directe ou indirecte de croire ou prétendre croire en une religion ou un culte officiellement désigné par l’État, et
In order to lift from the Japanese people the burden of compulsory financial support of an ideology which has contributed to their war guilt, defeat, suffering, privation, and present deplorable condition, and Dans le but de retirer au peuple japonais le fardeau d’une participation financière obligatoire à une idéologie qui a contribué à sa responsabilité dans la guerre, sa défaite, ses souffrances, ses privations et ses conditions déplorables actuelles, et
In order to prevent a recurrence of the perversion of Shinto theory and beliefs into militaristic and ultra-nationalistic propaganda designed to delude the Japanese people and lead them into wars of aggression, and Dans le but de prévenir un retour de la perversion de la théorie et des croyances shintô en une propagande militariste et ultra-nationaliste conçue pour tromper le peuple japonais et l’entrainer dans une guerre d’agression, et
In order to assist the Japanese people in a rededication of their national life to building a new Japan based upon ideals of perpetual peace and democracy, Dans le but d’assister le peuple japonais dans une redirection de sa vie nationale pour bâtir un nouveau Japon basé sur un idéal de paix et de démocratie perpétuelles,
Article 2.a  
The purpose of this directive is to separate religion from the state, to prevent misuse of religion for political ends, and to put all religions, faiths, and creeds upon exactly the same legal basis, on-titled to precisely the same opportunities and protection. L’objectif de cette directive est de séparer la religion et l’État pour empêcher un mésusage de la religion à des fins politiques et de mettre sur les mêmes bases légales toutes religions, fois et croyances et leur assurer le droit aux mêmes opportunités et à la même protection.
It forbids affiliation with the government and the propagation and dissemination of militaristic and ultra-nationalistic ideology not only to Shinto but to the followers of all religions, faiths, sects, creeds, or philosophies. Elle interdit l’affiliation au gouvernement et la propagation comme la dissémination d’idéologies militaristes et ultra-nationalistes, non seulement pour les fidèles du shintô mais aussi pour les fidèles de toutes les religions, fois, sectes, croyances ou philosophies.

Le même jour est promulguée l’ordonnance 719 sur les « personnes juridiques religieuses »[3].

Le 1er janvier 1946, l’empereur explique, dans sa déclaration diffusée à la radio, reprenant le Rescrit impérial sur la construction d’un nouveau Japon, Shin nippon kensetsu ni kan suru shôsho 新日本建設に関する詔書, qu’il n’est pas une « manifestation divine », akitsumigami 現御神.

Cette même année commence véritablement les travaux sur la nouvelle Constitution, fortement inspirée par les conceptions démocratiques américaines. La Constitution rentre en vigueur le 3 mai 1947 et précise que :

Article 20  
信教の自由は、何人に対してもこれを保障する。いかなる宗教団体も、国から特権を受け、又は政治上の権力を行使してはならない。 La liberté de religion est garantie à tous. Aucune organisation religieuse ne peut recevoir de privilèges quelconques de l’État, pas plus qu’elle ne peut exercer une autorité politique ;
何人も、宗教上の行為、祝典、儀式又は行事に参加することを強制されない。 Nul ne peut être contraint de prendre part à un acte, service, rite ou cérémonial religieux ;
国及びその機関は、宗教教育その他いかなる宗教的活動もしてはならない。 L’État et ses organes s’abstiendront de l’enseignement religieux et de toute autre activité religieuse.
Article 89  
公金その他の公の財産は、宗教上の組織若しくは団体の使用、便益若しくは維持のため、又は公の支配に属しない慈善、教育若しくは博愛の事業に対し、これを支出し、又はその利用に供してはならない。 Aucun denier public, aucun bien de l’État ne peut être affecté au profit ou au maintien d’une institution ou association religieuse, quelle qu’elle soit, ou d’une entreprise charitable, pédagogique ou bénévole échappant au contrôle des pouvoirs publics.

Enfin, le 3 avril 1951, la Loi sur les personnes juridiques religieuses, Shuhyô hôjin hô 宗教法人法, remplace l’ordonnance 719 de 1945 :

Article 1  
この法律は、宗教団体が、礼拝の施設その他の財産を所有し、これを維持運用し、その他その目的達成のための業務及び事業を運営することに資するため、宗教団体に法律上の能力を与えることを目的とする。 Le but de cette loi est de conférer des capacités légales aux organisations religieuses dans le but de leur faciliter la possession de lieux de cultes et d’autres propriétés, d’entretenir et d’utiliser ces propriétés, de gérer des affaires commerciales et des entreprises pour atteindre leurs objectifs.
Article 2  
憲法で保障された信教の自由は、すべての国政において尊重されなければならない。 Elle assure que la liberté de religion devra être respectée à tous les niveaux du gouvernement comme garanti par la Constitution.

Voici donc le contexte légal dans lequel la liberté religieuse a été instaurée par les forces d’occupation.


[1] SCAPIN-448: Abolition of Governmental Sponsorship, Support, Perpetuation, Control and Dissemination of State Shinto (Kokka Shinto, Jinja Shinto) 1945/12/15

[2] SCAPIN, pour SCAP Index Number, Numéro d’Index du SCAP où le nombre correspond à une directive émise par le commandement allié pour le gouvernement japonais.

[3] L’ordonnance n’a pas pu être retrouvée.

[4] Lucken, M., Bayard-Sakai, A., & Lozerand, E. (Eds.) 2017. Constitution du Japon. In Sengo, le Japon après la guerre. Paris : Presses de l’Inalco. doi :10.4000/books.pressesinalco.2672


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mondejapon (15 février 2019). Shugendô, le renouveau post Seconde guerre mondiale (1). Les mondes japonais. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlyu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.