Tôkyô 2020 : Le revers de la médaille

Par Lauren Quilès

Le 13 septembre 2013, à Buenos Aires, le Comité Olympique annonce son verdict. La ville qui accueillera les Jeux olympiques de 2020 sera Tôkyô. Les Japonais sont en liesse suite à cette dernière annonce. Le Premier Ministre Abe Shinzô 安倍 晋三 (né en 1954) déclare lors d’un discours que les Jeux olympiques sont une bénédiction pour le Japon, qui vient d’essuyer la catastrophe de Fukushima. Selon un sondage effectué par le CIO[1], 70% des Japonais sont favorables à l’accueil des Jeux olympiques. Mais qu’en est-il des 30 % qui restent ?
De nombreuses protestations s’élèvent contre ces Jeux olympiques. Certains Japonais, qui ne sont pas favorables à cet évènement, avancent l’argument de Fukushima. Ils pensent que l’argent débloqué pour les Jeux pourrait être utilisé pour Fukushima au lieu des Jeux olympiques. D’autres protestent contre les futures infrastructures, qui vont accueillir les différentes disciplines. Par exemple, l’association de protection du parc d’Ueno (Ueno kôen no ki o mamoru kai 上野公園の樹を守る会) fait une pétition pour militer contre l’abattage d’arbres centenaires pour construire les bâtiments des Jeux Olympiques.
Ces Jeux olympiques mettent également en lumière des problèmes sociaux, notamment le sexisme dans le sport. Récemment, l’accès au Kasumigaseki Country Club de Kawagoe, un club de golf qui sera le lieu d’accueil de la discipline pour les Jeux, a posé problème. En effet, ce club interdit l’accès aux femmes, ce qui est problématique pour la compétition qui accueille des hommes comme des femmes.
Ainsi, derrière ce beau masque des Jeux olympiques de 2020, se cachent plusieurs problèmes. Les contestataires ne militent pas à l’encontre des Jeux en eux-mêmes mais plutôt contre l’organisation de ces derniers. Que va-t-il advenir des revendications des protestataires ? Vont-elles être ignorées ou écoutées ? Vont-elles avoir une quelconque influence sur l’organisation des Jeux olympiques ?

[1]  Abréviation pour Comité International Olympique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.