Compte rendu de la conférence « Qu’est-ce qu’une personne compétente dans la mondialisation ? » (Université d’Ôsaka)

« Qu’est-ce qu’une personne compétente dans la mondialisation ? »

par AKASHI Yasushi 明石康

Compte rendu : Thibault Barbé

1. Présentation
L’objet de ce compte-rendu est une conférence qui s’est déroulée à l’université d’Ôsaka (campus de Toyonaka) le 15 décembre 2014. Elle s’inscrit dans un cycle de conférences intitulé « Discussions sur l’avenir à l’université d’Ôsaka » (『大阪大学未来トーク』 « Ôsaka daigaku mirai tôku »), initié en avril 2013. L’objectif de ce dernier est, à l’heure où il est fréquent de critiquer les politiques pour leur manque de réflexion stratégique , de proposer des stratégies pour l’avenir mais aussi, de fournir des espaces de discussions et d’échanges entre des étudiants et professeurs issus de différentes disciplines .
L’intitulé de cette conférence était « Qu’est-ce qu’une personne compétente dans la mondialisation ? » 「グローバル人材とは?」et elle fut prononcée par AKASHI Yasushi 明石康. Ce dernier a, au cours de sa vie, publié de nombreux essais et occupé différents postes. Il a notamment travaillé une quarantaine d’années à l’Organisation des Nations unies où il fut vice-secrétaire. Il apparaît donc, à première vue, comme compétent pour évoquer des problématiques relatives aux questions internationales, à la mondialisation.
J’ai choisi d’assister à cette conférence en raison de mon sujet de mémoire et de mes centres d’intérêt, cette conférence éveillant ma curiosité. En effet, mon sujet de mémoire, l’Accord de partenariat transpacifique, s’inscrit dans une logique mondialisatrice qui vise, en dernière instance, à l’effacement progressif des barrières douanières tarifaires et non-tarifaires en vue de favoriser la libre circulation des marchandises, des capitaux et des personnes à l’échelle de plusieurs pays. Ces dynamiques possèdent non seulement un volet économique mais également des volets social et géopolitique. En outre, elles reposent sur une vision du monde et des individus particulière et, dans laquelle, le cosmopolitisme, le déracinement et la mobilité font figure de valeurs ajoutées. Il me semblait donc intéressant de voir si cette conférence, expliquant ce que doit être une personne ancrée dans la mondialisation, reprenait les discours classiques de l’homme mobile et cosmopolite où si, au contraire, elle proposait une vision plus personnelle.


2. Contenu
La conférence s’est déroulée autour de trois grands axes, dont seulement un, le dernier, répondait à la question posée. En effet, le premier axe s’intéresse à l’éducation au Japon et notamment aux difficultés rencontrées par le système universitaire. Le deuxième propose une réflexion générale sur quelques grands enjeux internationaux, notamment sur le rôle de l’ONU, sur la justice et les tribunaux internationaux ou encore sur l’élaboration de normes collectives. Enfin, dans sa troisième partie, AKASHI Yasushi expose sa vision des compétences nécessaires pour affronter la mondialisation.
On peut d’emblée souligner que la structure éclatée de la conférence rend difficile une appréciation globale dans la mesure où chacun des axes aborde des thèmes peu ou prou différents. Néanmoins, en abordant chaque partie de la conférence séparément, il est possible d’émettre quelques commentaires.
La première partie de la conférence est faite de plusieurs réflexions sur le système universitaire japonais actuel, basées sur le constat que les étudiants japonais ont des résultats plutôt décevants aux tests d’aptitudes internationaux et que la part du budget de l’État accordée à l’éducation par rapport au PIB (Produit Intérieur Brut) est relativement faible vis-à-vis des autres pays de l’OCDE (Organisation de Développement et Coopération Économiques). Pour expliquer cela, AKASHI Yasushi soulève plusieurs points : le décalage entre la difficulté d’entrer à l’université et la facilité d’en sortir, l’attitude passive des élèves durant les cours, notamment ceux en amphithéâtre, ou encore – et c’est un point important – le nombre de plus en plus faible d’étudiants partant étudier un semestre ou une année à l’étranger. Compte tenu du sujet de la conférence, il s’agit d’un élément qui mérite d’être souligné. AKASHI Yasushi explique que l’une des raisons de la baisse du niveau global des universités japonaises réside dans la chute du nombre d’étudiants japonais partant à l’étranger faire une partie de leurs études et que la cause de cette dernière serait notamment la pression exercée par la recherche d’emploi, initiée à partir de la troisième année. A travers ce discours, l’intervenant reprend ainsi à son compte une série de théories récentes qualifiant notamment les jeunes japonais d’uchimuki (内向き), autrement dit, de renfermés sur eux-mêmes et sur leur univers familier. Cette tendance serait vue comme un frein à l’ouverture sur le monde, à la découverte. En outre, cette remarque s’inscrit également dans la tendance actuelle à l’éloge de la mobilité, perçue comme la valeur ajoutée de l’homme moderne néo-libéral , source de bonheur, d’accomplissement personnel et de réalisation de soi.
Le second axe de la conférence embrasse un large faisceau de questions géopolitiques : le rôle que doit jouer l’ONU et ses institutions (le Conseil de Sécurité, le Conseil des droits de l’homme de Genève) dans un contexte d’aggravation des tensions internes aux États (ce qui pose la question également du droit d’ingérence à l’égard d’un État souverain et de ses limites), le jugement des crimes de guerre dans les tribunaux internationaux ou nationaux mais fonctionnant selon des normes internationales ou encore la formation de normes collectives à l’ensemble des pays. Parmi cet ensemble de points soulevés, il en est un qui a retenu mon attention. Il s’agit d’une réflexion sur le rôle que doit jouer le Japon sur la scène internationale. A travers l’exemple du Sri Lanka auquel l’intervenant a contribué en tant que représentant du gouvernement, il met en lumière que, au contraire des États-Unis souvent perçus comme les gendarmes du monde et qui adoptent une posture souvent très critique, le Japon a adopté une approche moins manichéenne et plus compréhensive à l’égard de son interlocuteur et des raisons qui le poussent à agir ainsi, de façon à créer un espace rendant possibles l’échange et la discussion. Certes, la remarque selon laquelle le Japon ne dispose pas d’une grande influence sur la scène internationale est souvent faite mais il me semble que la posture défendue dans cette conférence incarne un idéal à suivre pour espérer la résolution des conflits, des tensions à travers une approche diplomatique.
Enfin, dans sa dernière partie, le conférencier rentre dans le vif du sujet en précisant, selon lui, quelles sont les compétences nécessaires pour affronter sereinement la mondialisation. Il s’agit, évidemment, de capacités de communication, mais surtout, d’une volonté de challenge (qui s’inscrit dans la logique de l’individualisme volontariste de l’idéologie libérale) et d’un intérêt marqué pour les cultures étrangères. Si les compétences relatives à la communication ne sont pas, selon AKASHI Yasushi, les plus importantes, elles méritent toutefois quelques commentaires. En effet, selon lui, l’anglais pratiqué dans les instances internationales n’étant pas un anglais parfait, il n’implique pas une maîtrise excellente et, savoir émettre son avis mais aussi comprendre l’interlocuteur et ses intentions sont tout aussi importants. Il faut toutefois souligner que l’anglais dont il est question ici est le globish, pidgin de la mondialisation et que, à l’instar de toute langue, il est le vecteur d’un mode de pensée particulier. Abandonner son idiome pour emprunter celui d’un autre revient à accepter une autre vision du monde et à diffuser ses idées à travers le prisme de cette dernière. Néanmoins, les réflexions d’AKASHI Yasushi au sujet de l’importance de la compréhension des cultures étrangères méritent qu’on leur accorde une certaine attention. En appelant à se dégager de toute vision manichéenne, il incite à ne pas seulement saisir une culture étrangère par la lecture des journaux, souvent eux-mêmes orientés, mais, dans la mesure du possible, en allant sur place ou en rencontrant et en travaillant avec des individus de cette culture. En ce sens, il prolonge ses réflexions sur l’attitude diplomatique que doit adopter le Japon, faite de compréhension bienveillante.
3. Conclusion
Ainsi, si les thèmes abordés et les réponses données dans cette conférence peuvent de prime abord sembler assez convenus et conformes à l’idéologie néo-libérale, certaines réflexions méritent notre attention. Comme nous l’avons vu, il s’agit non seulement de celles concernant la posture diplomatique que doit prendre le Japon sur la scène internationale, faite d’écoute et de compréhension, mais également celles au sujet de l’intérêt que l’on porte individuellement aux autres cultures étrangères. En conclusion de sa conférence, AKASHI Yasushi a précisé sa pensée en expliquant qu’il était important de posséder un avis personnel et d’être capable de le donner (ce qui peut détonner à l’université japonaise) et que, pour comprendre les autres cultures, il était nécessaire de connaître la sienne, sa propre identité, préalable indispensable à la connaissance et la compréhension des autres. Une manière de concilier enracinement et mobilité ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mondejapon (8 avril 2015). Compte rendu de la conférence « Qu’est-ce qu’une personne compétente dans la mondialisation ? » (Université d’Ôsaka). Les mondes japonais. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlxp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.