La genèse de la Constitution de 1947

Par Pierre-Etienne de Lazzer

Il y a certes eu, au Japon la question de l’empereur, mais l’idée de changements politiques pour les pays de l’Axe est apparue relativement tôt dans le conflit. Il est possible de voir des prémices de cela dans la Charte de l’Atlantique signée en 14 août 1941 qui préconise, tout en restant laconique, une politique plus libérale et pacifiste. Mais, spécifiquement pour le Japon, les premières remarques remontent à 1943 et, au mois d’octobre, Hugh Borton (1903-1995), l’un des spécialistes du Japon travaillant à la planification de l’après-guerre, énumère plusieurs points concernant les changements politiques.

Continuer la lecture

Shugendô, le renouveau post Seconde guerre mondiale (1)

 

Par Pierre-Etienne de Lazzer

Le 26 juillet 1945, la Déclaration de Potsdam est signée par Harry Truman (1884-1972), président des États-Unis, Clement Attlee (1883-1951), premier ministre britannique, et approuvée par Tchang Kaï-chek (1887-1975), Président du gouvernement central de la république de Chine. L’Union Soviétique ne la signera pas mais en acceptera néanmoins le contenu. Continuer la lecture

TAÏWAN ET LA CHINE CHEZ LEVY HIDEO : UNE ECRITURE A L’EPREUVE DU MONDE ?

 

Thomas Perrouy (Université Toulouse Jean Jaurès, Université Josai)

« Le soleil se couche. C’est l’instant où les gens se pressent  dans leur nid, mais moi je n’ai pas de maison où rentrer. » Abe Kôbô (Le cocon rouge, 1969)

Introduction

Le 15 juillet 2008 marque une date importante dans l’histoire de la littérature japonaise. La Chinoise Yang Yi 楊逸 (née en 1964) remporte le prix Akutagawa pour la publication de son roman écrit en japonais Toki ga nijimu asa[1] 時が滲む朝 (Le matin qu’imprègne le temps). Pour la première fois, un auteur étranger dont la langue première n’est pas le japonais est récompensé par l’institution littéraire la plus prestigieuse du Japon. Une ultime récompense qui parait bien tardive si l’on remonte à la publication de la nouvelle intitulée Seijôki no kikoenai heya 星条旗の聞こえない部屋 (Une pièce d’où l’on n’entend pas la bannière étoilée) dans la revue Gunzô 群像 en mars 1987 par celui qui nous intéressera plus particulièrement ici, l’Américain Ian Hideo Levy (que nous désignerons désormais par son pseudonyme japonais « Levy Hideo » Rîbi Hideo リービ英雄). Il a réussi à s’imposer sur la scène littéraire japonaise il y a plus de vingt ans, suivi par de nombreux écrivains que la critique range aujourd’hui dans le phénomène de la « littérature transfrontalière[2] » (ekkyô-bungaku 越境文学). Retraçons brièvement son parcours. Continuer la lecture

L’évaluation des compétences chez les bilingues franco-japonais : quel niveau atteindre ?

L’évaluation des compétences chez les bilingues franco-japonais : quel niveau atteindre ?

Agnès Noël

Étudier la pédagogie pour les élèves bilingues revient à se demander si, comme le dit Jacques Fijalkow, l’enfant apprend de façon universelle ou s’il apprend selon des contextes donnés, une langue. C’est dans cette optique que se pose la question des apprentissages mis en place dans une optique de bilinguisme pour les jeunes enfants Français-Japonais.

Or, quelles sont les compétences visées en terme de bilinguisme en France et au Japon ? En effet, la perception qu’a une société des bilingues va directement influencer les décisions parentales dans les facteurs de transmission de la seconde langue. Dans cet article, nous présenterons les différentes définitions du bilinguisme du point de vue scientifique, puis, en se concentrant sur le cas du Japon, introduirons la question de l’évaluation des compétences des élèves bilingues franco-japonais. Continuer la lecture

Le patrimoine naturel au Japon – Le label Unesco, acteur de la conservation de la nature et prix culturel élitiste ? – Le cas de Shirakami-sanchi

Le patrimoine naturel au Japon – Le label Unesco, acteur de la conservation de la nature et prix culturel élitiste ? – Le cas de Shirakami-sanchi

Félix Portier

L’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), lors de sa Conférence générale en 1972, « constatant que le patrimoine culturel et le patrimoine naturel sont de plus en plus menacés de destruction1 », organise la Convention du patrimoine mondial. Cette convention, entrée en vigueur en décembre 1975, est aujourd’hui ratifiée par 191 États. Chacun de ces États parties a « l’obligation d’assurer l’identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission aux générations futures du patrimoine culturel et naturel […] situé sur son territoire2 […] ». En 2014 – quarante-deux ans après la création de la convention –, le nombre de sites inscrits à l’Unesco s’élève à 1007, avec 779 patrimoines culturels contre 197 patrimoines naturels, et 31 patrimoines mixtes (catégorie créée en 2004). Ce qui apparaît d’abord, c’est que l’Unesco, qui sépare dans un premier temps patrimoine culturel et patrimoine naturel, fonde sa pensée de l’héritage mondial sur une division entre la nature et la culture. De plus, malgré le nombre chaque année plus important d’inscriptions, l’organisation des patrimoines de l’Unesco privilégie visiblement les sites culturels. Continuer la lecture