L’efficacité du système de soins japonais : la réalité derrière les chiffres

Par Victoria Charpentier

Depuis le déferlement d’une troisième vague de cas de COVID-19 début janvier, les hôpitaux japonais, inadaptés à la situation, ont du mal à gérer l’afflux de patients. Nous avons vu dans le précédent article que le taux d’occupation des lits destinés aux patients atteints du coronavirus était supérieur à 80%, soit 10% de plus que pendant la deuxième vague en août dernier. Il pourrait être assez surprenant de voir ces chiffres, alors que le Japon est le pays qui a le plus de lits disponibles parmi ceux de l’OCDE, avec 13,1 lits pour 1000 habitants, soit plus du double des autres1 2. Cependant, la plupart ne sont pas adaptés aux patients gravement malades, mais présentant des symptômes plus modérés. La définition de ce qu’est un lit de soins intensifs peut varier d’un pays à l’autre, mais pour qu’il soit adapté aux traitements des patients atteints de la COVID-19, il doit être impérativement équipé d’appareils respiratoires. En prenant cela en compte, on arrive à 5 lits dédiés aux soins intensifs pour 100 000 habitants alors qu’en Allemagne par exemple, pays qui a le taux le plus haut de l’OCDE, on en compte 34, et 26 aux Etats-Unis3. Or, les malades graves non atteints de la COVID-19 doivent aussi être soignés et leur nombre augmente généralement en hiver.

Un autre problème est que la durée moyenne d’un séjour à l’hôpital au Japon est de 16,2 jours, le double de la moyenne dans l’OCDE4. Les patients restent à l’hôpital alors que leurs symptômes s’atténuent, prenant la place des plus gravement touchés. Pour y remédier, une « règle des 10 jours » (ten days rûru 10 daysルール) a été instaurée dans la ville de Hachiôji dans la région de Tôkyô au sein d’un réseau de 40 établissements de santé5. Elle consiste à transférer les patients atteints de la COVID-19 vers une autre institution médicale ou une maison de repos 10 jours après l’apparition des premiers symptômes, n’étant plus contagieux.

À cela se rajoute le manque évident d’effectif dans les hôpitaux : on compte 2,5 médecins pour 1000 habitants et 0.18 médecin par lit de malade (soit environ 1 pour 5 lits). Or, les patients les plus gravement touchés par la COVID-19 nécessitent le double de médecins par rapport à d’autres malades gravement atteints. De plus, la majorité des hôpitaux publics n’ont pas de spécialistes des maladies infectieuses ; ils sont 1 631 répartis dans 8 300 établissements. Peut-être pourrait-on expliquer ce manque de préparation par le fait que le Japon n’avait pas été touché par l’épidémie de SARS-CoV en 2003, qui sévissait alors principalement en Chine et en Asie du Sud-Est6 ?

La difficulté à traiter tous les patients s’explique aussi par le nombre largement majoritaire d’établissements privés au Japon, lesquels n’ont pas la place ou l’équipement pour s’occuper d’autant de malades. Selon les données du ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (kôsei rôdô shô厚生労働省) datant de janvier 2021, seuls 30% d’entre eux peuvent accueillir des patients atteints du coronavirus, contre 84% pour les hôpitaux publics7. Or, en 2018, on dénombre 8 300 hôpitaux au Japon et plus de 102 000 cliniques. Il y a donc environ 40 000 établissements privés pouvant admettre des patients atteints de la COVID-19, mais entre le peu de personnel soignant, la peur de perdre une partie de leurs revenus et de ne pas pouvoir garantir les mesures sanitaires nécessaires, certains sont réticents à les accueillir8. Alors que le gouvernement local peut exercer une certaine influence sur les hôpitaux publics et les pousser à prendre plus de patients, il n’en est pas de même pour les hôpitaux privés. Une révision de la Loi sur la Prévention des Maladies Infectieuses9 a été soumise à la Diète le mercredi 3 février et est effective depuis le 13. Elle est censée, entre autres, donner plus de pouvoirs aux gouvernements locaux pour exiger la coopération des établissements de soins pour l’accueil les patients infectés, au risque d’être dénoncés publiquement.

Notes

  1. https://www.japantimes.co.jp/news/2021/02/02/national/japan-hospitals-beds-coronavirus/
  2. Données de 2018. https://data.oecd.org/healtheqt/hospital-beds.htm
  3. Données de 2019. https://www.oecd.org/coronavirus/en/data-insights/intensive-care-beds-capacity
  4. Données de 2018. https://data.oecd.org/healthres/doctors.htm
  5. https://www3.nhk.or.jp/news/html/20210128/k10012837321000.html
  6. https://edition.cnn.com/2021/02/10/asia/japan-healthcare-coronavirus-dst-intl-hnk/index.html
  7. Données de 2021. https://www.mhlw.go.jp/content/10800000/000726034.pdf (page 10)
  8. Les statistiques les plus récentes d’après le Ministère de la Santé datent de 2019, portant sur l’année 2018. https://www.mhlw.go.jp/english/database/db-hh/xlsx/2-26.xlsx
  9. Kansen-shô no yobô oyobi kansen-shô no kanja ni taisuru iryô ni kansuru hôritsu, 感染症の予防及び感染症の患者に対する医療に関する法律, traduit littéralement comme suit : « Loi relative à la prévention des maladies infectieuses et aux soins médicaux pour les patients atteints de maladies infectieuses ».

Bibliographie

Données statistiques :

Articles :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.