Le système médical japonais au bord de la crise

Par Victoria Charpentier

Alors que le 11 mars 2021, cela fera un an que l’épidémie de COVID-19 a été déclarée pandémie par l’OMS, la situation globale ne semble pas s’être améliorée. Le Japon, moins touché que les pays européens ou les Etats-Unis, peine à faire face à l’augmentation de cas d’infection du virus. Fin décembre 2020, on recensait un peu plus de 230 000 cas et environ 3 500 décès dans l’année. Début février 2021, en date du 7 février, on atteint 403 435 cas identifiés et un total de 6 338 décès. Même si on peut observer une baisse des nouveaux cas en 24h, soit 7 621 le 10 janvier et 2 080 le 7 février, le nombre de morts par jour augmente progressivement depuis novembre dernier. Il passe en effet de 11 décès en 24h au 1er novembre, à 95 le 7 février, dépassant le pic des 91 décès du 22 avril 2020, pendant la première vague de contamination qui avait commencé en janvier1. Pour rappel, la seconde vague cet été avait atteint son paroxysme en juillet et la troisième, qui a débuté en novembre, est toujours en cours. Nous verrons au fil de cette série d’articles l’évolution de la situation au Japon.

Face à cette situation préoccupante, les médecins avaient appelé le gouvernement à mettre en place des mesures pour soutenir le système médical, et ce dès le mois de décembre 2020. Dans une conférence de presse datant du 21 décembre 2020, neuf associations médicales nationales regroupant des médecins, des infirmiers, des dentistes et des pharmaciens, avaient fait part de leur détresse et de leur crainte de voir une aggravation de la situation pendant les vacances de fin d’année à cause d’un manque d’effectif, déclarant qu’il s’agissait d’un état d’urgence médicale (iryô no kinkyû jita, 医療の緊急事態)2. Le président de l’Association des médecins japonais (nihon ishikai, 日本医師会), Toshio Nakagawa, a ainsi interpellé le gouvernement : « Le système de soin japonais, pourtant réputé, est sous pression et dans un état précaire à l’échelle nationale. J’aimerais que le gouvernement se rende compte de la situation difficile dans laquelle le système médical se trouve, et qu’il mette en place des mesures au plus vite. »3. Quant à Takao Aizawa, le président de l’Association des hôpitaux japonais (nihon byôinkai, 日本病院会), il a déclaré : « Je voudrais que le gouvernement prenne l’initiative de mettre en place des mesures pour restreindre les mouvements et la conduite de la population. »4, mais sa requête est restée sans suite.

Depuis, la situation a empiré. Avec le nombre de patients atteints de la COVID-19, certains hôpitaux sont forcés de renvoyer des patients chez eux ou de décaler des rendez-vous. Il devient aussi difficile d’accueillir des patients aux urgences. À Tôkyô, le nombre de lits occupés par les patients atteints du coronavirus représente 80% de la capacité totale de lits disponibles en janvier 2021, contre 42,8% en mai dernier. Dans certains hôpitaux, le taux d’occupation a même dépassé les 100%5. Même si le gouvernement a déclaré qu’il subventionnera 15 millions de yens (environ 120 000 euros) par lit pour les patients gravement malades et 4,5 millions de yens (environ 35 000 euros) pour les autres lits, il reste le problème du manque d’effectif dans les hôpitaux6. Même avec plus de lits, il faut des médecins et des infirmiers pour effectuer les soins. Avec la pression et l’anxiété que subit le personnel soignant, certains sont poussés à démissionner et il est urgent de remédier à ce problème.

Début janvier, l’état d’urgence a été déclaré à Tôkyô et dans les préfectures alentour, entrainant par exemple la fermeture des restaurants plus tôt, mais pour les médecins, ce n’est pas assez. Toshio Nakagawa a ainsi incité le gouvernement à étendre l’état d’urgence dans tout le pays selon l’évolution de la situation, et à diffuser un message public pour encourager la population à éviter les rassemblements7. Reste à voir si le gouvernement mettra bel et bien en place de telles mesures.

Notes

  1. Voir les chiffres de l’OMS sur le site https://covid19.who.int/table
  2. https://www3.nhk.or.jp/news/html/20201221/k10012776671000.html 3
  3. Ibid
  4. Ibid
  5. https://www3.nhk.or.jp/news/special/coronavirus/medical/detail/detail_76.html
  6. Ibid 
  7. https://www.japantimes.co.jp/news/2021/01/09/national/overloaded-hospitals-japan-coronavirus/ 

Bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.