Vaccination au Japon : une affaire avant tout politique ?

Par Pablo Benavides-Barkate

Après la mise en circulation au niveau mondial du vaccin contre la COVID-19, le Japon semble une fois de plus afficher un certain retard dans la distribution par rapport à des pays comme les États-Unis ou la Chine. Le gouvernement, qui a pourtant compris l’importance du vaccin dans l’endiguement de la pandémie, prévoit en effet les premières vaccinations vers la fin du mois de février au mieux, en priorité pour le personnel médical en première ligne et les personnes âgées. Malgré la commande d’une quantité de doses presque deux fois supérieure à la population totale du pays, la livraison et distribution du vaccin à l’échelle nationale risque de prendre plus longtemps, et ce pour plusieurs raisons.

La première est à chercher dans la population : le Japon est l’un des pays où le taux de confiance envers les vaccins est le plus bas1, après de nombreux cas dans l’histoire où des effets secondaires ont pu s’avérer désastreux. La deuxième semble être d’ordre pratique : il n’existe au Japon que trop peu d’entreprises capables de développer les produits pharmaceutiques nécessaires2, dont les vaccins, forçant ainsi le pays à dépendre de la production européenne ou américaine. C’est ainsi que le Japon s’est retrouvé à commander auprès de trois des plus grands groupes pharmaceutiques, Pfizer, Astrazeneca et Moderna, pour pallier le problème du manque de ressources. Enfin, le Japon ayant été comparativement moins touché que d’autres pays par rapport à sa population (le nombre de cas recensés atteint 0,32 % de la population, contre 8,38 % aux États-Unis), les entreprises pharmaceutiques telles que Pfizer n’ont pas jugé nécessaire de conduire des tests cliniques pour attester de l’efficacité du vaccin. Les autorités japonaises ont cependant déclaré en septembre qu’il était nécessaire de conduire des tests afin d’approuver l’utilisation du vaccin sur le territoire3, ce qui amène par conséquent un retard supplémentaire dans la diffusion au niveau national. De plus, le premier ministre Yoshihide Suga a mis l’accent sur la nécessité de mener des tests sur la population japonaise du fait de possibles différences entre les « races », en ajoutant qu’il serait impossible de se fier aux résultats de tests cliniques conduits exclusivement sur un public européen ou américain4. On retrouve là un argument de nature nationaliste déjà mis en avant par le gouvernement Abe au début de la pandémie, qui attribuait le succès du pays dans sa lutte contre le virus à la spécificité nationale, et l’on pense notamment au propos du vice- Premier Ministre Asō Tarō pour qui la supériorité du peuple japonais constituait un facteur décisif dans l’explication du faible taux de mortalité.

Avec une troisième vague encore plus meurtrière que les précédentes, ces théories aux forts accents nationalistes sont mises à mal et le gouvernement semble vouloir prendre ce problème à bras-le-corps, en témoigne le choix de Suga de placer le ministre Kōno Tarō à la tête de l’opération de vaccination. Ce dernier, considéré par la population et par ses pairs comme un homme franc et prompt à agir, a vu sa côte de popularité exploser peu de temps après sa nomination, éclipsant par là-même le Premier Ministre, et se pose ainsi en adversaire potentiel pour les élections de septembre. Fort du soutien de la deuxième plus grande faction du PLD, d’une expérience internationale et venant d’une famille ancrée dans la politique (il est le fils du politicien Kōno Yōhei), Kōno Tarō semble être le successeur désigné de Suga. Il reste à savoir si cette popularité ne se retournera pas contre lui en cas de complications dans la gestion de la vaccination.

Notes

  • [1] Du Lisa, Huang Grace, « A Bitter Vaccine History Means Hurdle for Japan’s Covid Fight », Bloomberg, 22 décembre 2020.
  • [2] Saitō Katsuhisa 斎藤勝久, « 日本のコロナワクチン接種はなぜ遅いのか ? », com, 27 janvier 2021.
  • [3] Arai Juntarō 新井惇太郎, « Japan last in line as nations press ahead with vaccination », Nikkei Asia, 23 janvier
  • [4] Sugiyama Satoshi 杉山聡, « As emergency eases, Diet focus turns to next stage of virus fight », The Japan Times, 8 février 2021

Bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.