COVID-19 au Japon : gestion de la crise ou crise dans la gestion ?

Par Pablo Benavides-Barkate

Un an après l’explosion au niveau mondial de l’épidémie de COVID-19, le Japon semble avoir moins souffert en terme d’infections et de décès comparativement à la population totale du pays (396 429 cas recensés pour 6020 morts à l’écriture de ces lignes1) que les États-Unis ou l’Europe, bien que l’on ait pu assister à une soudaine hausse à la mi-janvier. On peut néanmoins relativiser ces résultats en imputant les chiffres à une campagne de tests largement plus limitée que dans des pays voisins comme la Corée du Sud, où elles ont été menés rapidement et massivement2. Il semble également difficile de donner crédit aux initiatives et mesures politiques dans ce domaine : si les élus locaux ont su réagir rapidement, comme ce fût cas pour le gouverneur de Hokkaidô, où la situation était particulièrement critique, il n’en va pas forcément de même au niveau national. La gestion de crise japonaise, bien qu’apparemment efficace, semble en effet avoir été critiquée dans et hors du pays, la faute à une gestion de crise tardive et incohérente de la part du gouvernement d’Abe Shinzô (1954- )3. Ce dernier est notamment accusé d’avoir pris des mesures drastiques après un certain temps d’inaction et une attitude de laisser-faire. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la coordination entre gouvernement local et fédéral semble retarder la politique de secours : on pense notamment à la réponse tardive du gouvernement suite au tremblement de terre de Kôbe en 1995, qui aura fait craquer le fameux mythe de la sécurité que le Japon entretenait depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Cette même critique peut être appliquée à la triple catastrophe de Fukushima, qui avait elle aussi en son temps fait apparaître un certain nombre de problèmes dans la gestion de crise japonaise, en montrant que les collusions entre l’État et les intérêts privés l’emportaient sur la sécurité et les risques encourus par la population.

Il s’agit là d’ailleurs d’un point crucial sur lequel semblent s’accorder les critiques de la gestion de la pandémie : le gouvernement est en effet accusé d’avoir pris des mesures tardives pour ne pas porter un coup trop dur à l’économie, en ne fermant par exemple pas les frontières aux touristes asiatiques ou américains (qui représentent le plus gros des bénéfices touristiques) avant le 3 avril, en laissant circuler des touristes chinois pour le nouvel an lunaire, et en maintenant l’illusion d’une possible tenue des Jeux Olympiques aux dates convenues. S’ajoute à cela une campagne de tests très limitée, qui rend difficile l’évaluation du nombre réel de cas et semble indiquer que le gouvernement a surtout cherché à minimiser la gravité de la situation dans l’archipel pour préserver ses intérêts. Les Jeux Olympiques revêtaient en effet une importance capitale pour Abe Shinzô, non seulement d’un point de vue économique mais également politique, puisque la réussite de cette entreprise aurait pu lui permettre d’emporter un nouveau mandat et, peut-être à terme, de réviser l’article 9 de la Constitution, l’un de ses objectifs politiques majeurs.

Il est en sciences politiques un concept nommé le « rally ‘round the flag effect », qui sert à expliquer un soutien accru à court terme au gouvernement ou aux dirigeants par la population en cas de crise nationale majeure. Cet effet a récemment pu être vérifié dans nombre de pays comme les Pays-Bas ou le Danemark, pour ne citer que les plus significatifs. A l’inverse, Abe Shinzô a vu sa côte de popularité descendre en dessous des 40 %, l’amenant à sa démission en août 2020, alors que dans le même temps le président français gagnait des points4, du moins au début. Car à l’instar du Japon, le moins que l’on puisse dire est que la confiance des Français envers leurs dirigeants n’est pas allée crescendo au fur et à mesure des décisions gouvernementales5. Nous verrons dans cette série d’articles les spécificités de la gestion de crise durant la pandémie, les différentes mesures prises par le gouvernement, à destination des Japonais comme des étrangers, et nous comparerons le cas échéant avec la situation française.

Notes

  • [1] Source: https://worldometers.info/coronavirus/country/japan/
  • [2] Niquet Valérie, « Le “miracle” japonais face à la Covid-19 : quelles réponses et quelles conséquences ? », Fondation pour la recherche stratégique, 22 juin 2020.
  • [3] Pons Philippe, Mesmer Philippe, « Coronavirus : au Japon, les considérations politiques ont retardé la réponse sanitaire, Le Monde, 18 avril 2020
  • [4] Okamoto Junko 岡本順子, « 日本の安部政権だけが「コロナ危機で支持率低下」という残念さ », President Online, 17 avril 2020
  • [5] Selon le dernier sondage d’Odoxa http://www.odoxa.fr/sondage/francais-ne-confiance-gouvernement-gerer-crise- sanitaire-parient-prochain-reconfinement/

Bibliographie

Données statistiques 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.