J.O. 2020 : Métropolis, prémonitoire ?

– Les soutiers des J.O. –

Par Solène BOUYJOU

A l’approche des Jeux Olympiques 2020 de Tôkyô, le ministère des Terres, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (kokudo kōtsūshō国土交通省) annonce des investissements dans la construction de 475 milliards d’euros, soit une hausse de 2,1% de 2017 & 2018[1]. Selon une enquête de ce ministère, l’investissement dans la construction a culminé au cours de l’exercice de 1992 (avec environ 700 milliards d’euros), mais a continué de diminuer depuis 1993 et a été divisé par deux à nouveau en 2010[2]. Avec la triple catastrophe du Nord-Est du Japon, les investissements augmentèrent en 2011 ; puis, la politique du premier ministre Abe et ses « Abénomics » (アベノミクス), ainsi que la perspective des Jeux Olympiques de 2020 relancèrent le financement des constructions. Ainsi la demande a considérablement augmenté : développement des infrastructures ainsi que la rénovation et la construction d’installations commerciales et d’hébergements … le secteur du bâtiment se porte bien. Et il va de même pour l’industrie hôtelière : rénovation d’hôtels, de construction de nouveaux destinés à une clientèle d’affaires et arrivée de chaînes étrangères.

Cependant, il y a un décalage indéniable entre la demande et l’offre des travailleurs. « Avec la baisse de la natalité et le vieillissement de la population, la main d’œuvre est en déclin »[3]. A cela s’ajoute l’image négative du « travail simple » (tanjun rôdô, 単純労働), désignant les emplois ne nécessitant pas de connaissances ou de compétences spécialisées. Ces emplois ingrats sont qualifiés de « difficiles, sales et dangereux »[4] (kitsui, kitanai, kiken, きつい, 汚い, 危険), et rebutent les travailleurs japonais. Même si les sites de compétitions, les nouveaux hôtels et les logements dédiés aux J.O. sont terminés à temps pour l’ouverture en Juillet, il faudra employer un nombre considérable de personnes pour gérer ces infrastructures. De plus, le gouvernement japonais envisage même de faire appel aux Forces d’Auto-défense pour remplir des tâches liées à la sécurité afin de pallier au manque de personnels[5]. Par conséquent, le gouvernement a établi une politique pour accepter activement non seulement les travailleurs étrangers hautement qualifiés mais également la « main-d’œuvre simple » (tanjun rôdôsha単純労働者), afin d’améliorer la productivité intérieure et de sécuriser les ressources humaines[6]. Il vise à augmenter le nombre de travailleurs étrangers en « travail simple » dans des secteurs spécifiques tels que la construction et l’hébergement. Le 15 juin 2018, le Cabinet a approuvé la politique sur la gestion et la réforme économiques et budgétaires de 2018 dont le but est d’impulser une trajectoire de croissance durable tout en surmontant la baisse du taux de natalité et le vieillissement de la population. Le 24 juillet, l’administration Abe a tenu la première « Conférence ministérielle sur l’acceptation et l’intégration des talents étrangers » et a annoncé une politique visant à créer un statut de résident pour les travailleurs « simples » et qui a été mis en place en avril 2019[7]. Dans ce dossier, centré sur les Jeux 2020, nous nous intéresserons aux conditions de travail de la main d’œuvre, venant des différents secteurs, employée pour la préparation des J.O. 2020. Nous aborderons le rapport : Le côté sombre des jeux olympiques d’été de Tôkyô 2020 (The Dark Side of the Tokyo 2020 Summer Olympics), publié par l’union internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (The Building and Wood Workers’ International (BWI) union), dénonçant les problèmes du travail sur les sites olympiques. Nous évoquerons également de l’expérience des travailleurs étrangers ainsi que des difficultés majeures rencontrées dans les différents secteurs.

En 1927, Fritz Lang réalise le film Metropolis, qui montre un xxie siècle séparant les ouvriers des aristocrates. Les premiers travaillent d’arrache-pied en sous-sol pour garantir le divertissement des seconds qui se prélassent dans des parcs et logements somptueux. Presque cent ans plus tard, les Jeux Olympiques sensés rassembler les nations et exciter les passions ont le goût amer de l’exploitation.

 

Bibliographie :

  • « Tōkyō orinpikku kaisai ga gaikokujinkoyō ni eikyō suru » 東京オリンピック開催が外国人雇用に影響する (L’organisation des Jeux olympiques de Tokyo affecte l’emploi des étrangers), gaikokujinsoken, 28 octobre 2018.

Consulté le 01/02/2020 : [http://gaikokujinsoken.com/news/1750/]

  • ADELSTEIN Jake et YAMAMOTO Mari, “As 2020 Olympics Approach, Japan’s Treating Foreign Workers Like Indentured Labor”, thedailybeast, 17 Janvier 2020.

Consulté le 01/02/2020 : [https://www.thedailybeast.com/as-2020-olympics-approach-japans-treating-foreign-workers-like-indentured-labor?ref=scroll]

 

 

 

[1] « Tōkyō orinpikku kaisai ga gaikokujinkoyō ni eikyō suru » 東京オリンピック開催が外国人雇用に影響する (L’organisation des Jeux olympiques de Tokyo affecte l’emploi des étrangers), gaikokujinsoken, 28 octobre 2018.

[2] Lbid.

[3]« 少子高齢化に伴い労働力人口は減少傾向にあります » de Lbid.

[4] Lbid.

[5] ADELSTEIN Jake, YAMAMOTO Mari, “As 2020 Olympics Approach, Japan’s Treating Foreign Workers Like Indentured Labor”, thedailybeast, 17 Janvier 2020

[6] « Tōkyō orinpikku kaisai ga gaikokujinkoyō ni eikyō suru », op.cit.

[7] Lbid.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.