TAÏWAN ET LA CHINE CHEZ LEVY HIDEO : UNE ECRITURE A L’EPREUVE DU MONDE ?

 

Thomas Perrouy (Université Toulouse Jean Jaurès, Université Josai)

« Le soleil se couche. C’est l’instant où les gens se pressent  dans leur nid, mais moi je n’ai pas de maison où rentrer. » Abe Kôbô (Le cocon rouge, 1969)

Introduction

Le 15 juillet 2008 marque une date importante dans l’histoire de la littérature japonaise. La Chinoise Yang Yi 楊逸 (née en 1964) remporte le prix Akutagawa pour la publication de son roman écrit en japonais Toki ga nijimu asa[1] 時が滲む朝 (Le matin qu’imprègne le temps). Pour la première fois, un auteur étranger dont la langue première n’est pas le japonais est récompensé par l’institution littéraire la plus prestigieuse du Japon. Une ultime récompense qui parait bien tardive si l’on remonte à la publication de la nouvelle intitulée Seijôki no kikoenai heya 星条旗の聞こえない部屋 (Une pièce d’où l’on n’entend pas la bannière étoilée) dans la revue Gunzô 群像 en mars 1987 par celui qui nous intéressera plus particulièrement ici, l’Américain Ian Hideo Levy (que nous désignerons désormais par son pseudonyme japonais « Levy Hideo » Rîbi Hideo リービ英雄). Il a réussi à s’imposer sur la scène littéraire japonaise il y a plus de vingt ans, suivi par de nombreux écrivains que la critique range aujourd’hui dans le phénomène de la « littérature transfrontalière[2] » (ekkyô-bungaku 越境文学). Retraçons brièvement son parcours. Lire la suite