Le travail de terrain au Japon : enjeux et spécificités

Journée d’étude du 18 mars 2015

(Maison de la recherche de l’université de Toulouse Jean Jaurès)

Organisée par les étudiants de M2 de la section de japonais de l’université de Toulouse Jean Jaurès (Sylvain Enjalbert et Félix Portier)

affiche

Au-delà des méthodologies, l’expérience sur le terrain est unique et personnelle. Chaque chercheur a ainsi une approche différente du travail de terrain. Nous proposons donc de réunir des universitaires de différents horizons, sociologues et anthropologues, ayant tous effectué une étude sur le terrain au Japon. Chacun pourra ainsi nous enrichir de son expérience et exposer son point de vue. Après plusieurs conférences, nous mettrons en perspective les différences et les similitudes autour d’une table ronde dirigée par Christian GALAN, pour une approche plus large du travail de terrain au Japon. Lire la suite

Compte-rendu du XIème colloque de la société française des études japonaises : « Le Japon au début du XXIème siècle : dynamiques et mutation »

XIème colloque de la société française des études japonaises :

« Le Japon au début du XXIème siècle : dynamiques et mutation »

 

Les 12 et 13 décembre 2014 s’est déroulé le XIème colloque de la SFEJ à l’université Paris 7 – Paris-Diderot et à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales. Après la conférence inaugurale d’Eric Seizelet de l’université Paris 7 – Paris-Diderot intitulé « Le droit de la défense au Japon. Propos sur un objet juridique flou », plusieurs interventions de chercheurs et doctorants ont eu lieu sur ces deux journées, divisées en douze sessions de 2h chacune : Lire la suite

Compte-rendu de la conférence d’Emmanuel LOZERAND, Maladie et écriture chez MASAOKA Shiki, présentée le 27 novembre 2014 dans le cadre des jeudis du Japon organisés par le CEJ de Toulouse.

Compte-rendu de la conférence d’Emmanuel Lozerand, Maladie et écriture chez Masaoka Shiki, présentée le 27 novembre 2014 dans le cadre des jeudis du Japon organisés par le CEJ de Toulouse.

Par Félix Portier

Emmanuel Lozerand (1960-) est un ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, agrégé de Lettres modernes, docteur en études extrêmes-orientales, et professeur de langue et littérature japonaises à l’Inalco. Le CEJ l’a invité jeudi 27 novembre 2014 à l’université Toulouse II Jean-Jaurès, où il a effectué une conférence sur l’écrivain Masaoka Shiki (1867-1902), connu au Japon pour avoir réformé le haïku. Emmanuel Lozerand s’est cependant concentré sur l’influence de la tuberculose sur l’écriture de Shiki. Lire la suite

Le patrimoine naturel au Japon – Le label Unesco, acteur de la conservation de la nature et prix culturel élitiste ? – Le cas de Shirakami-sanchi

Le patrimoine naturel au Japon – Le label Unesco, acteur de la conservation de la nature et prix culturel élitiste ? – Le cas de Shirakami-sanchi

Félix Portier

L’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), lors de sa Conférence générale en 1972, « constatant que le patrimoine culturel et le patrimoine naturel sont de plus en plus menacés de destruction1 », organise la Convention du patrimoine mondial. Cette convention, entrée en vigueur en décembre 1975, est aujourd’hui ratifiée par 191 États. Chacun de ces États parties a « l’obligation d’assurer l’identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission aux générations futures du patrimoine culturel et naturel […] situé sur son territoire2 […] ». En 2014 – quarante-deux ans après la création de la convention –, le nombre de sites inscrits à l’Unesco s’élève à 1007, avec 779 patrimoines culturels contre 197 patrimoines naturels, et 31 patrimoines mixtes (catégorie créée en 2004). Ce qui apparaît d’abord, c’est que l’Unesco, qui sépare dans un premier temps patrimoine culturel et patrimoine naturel, fonde sa pensée de l’héritage mondial sur une division entre la nature et la culture. De plus, malgré le nombre chaque année plus important d’inscriptions, l’organisation des patrimoines de l’Unesco privilégie visiblement les sites culturels. Lire la suite