Fukushima (3/3) – Fukushima : le cobaye « décontaminé » du kokutai olympique ?

Par Nathan Naïb

Nous l’avons vu dans la deuxième partie de notre article, le gouvernement a commencé à mettre en place un discours perçu comme laxiste voire contradictoire sur les réalités de la situation de Fukushima au profit d’une vitrine nationale des J.O. Le principal point de discordance actuel concerne le retour de la population évacuée dans des zones encore contaminées, notamment à cause du climat qui ramène sans cesse la pollution dans les zones nettoyées.

La prise de décision du gouvernement ne découlerait-elle pas directement de l’enjeu des J.O. ? Fournir une vitrine sécurisante d’un Japon qui a surmonté par ses efforts le traumatisme du 11 mars 2011, encore présent dans les esprits du monde entier, semble être le choix conforté par la politique d’Abe Shinzô 安倍晋三. En mars 2017, pour 70% des villages autour de la centrale, l’ordre d’évacuation a été révoqué, incitant donc les habitants à revenir sur les lieux. Un choix que Kimura Shinzô 木村真三, professeur à l’université de médecine de Dokkyô (Dokkyô ika daigaku 獨協医科大学), considère comme « criminel ». Or, un « retour à la normale » dans ces zones va entraîner pour la plupart des réfugiés de la région la perte de leurs aides financières et le logement gratuit qui avaient été mis à leur disposition. La situation déjà très précaire pourrait probablement s’aggraver, puisque sur « les 470 000 personnes qui ont été évacuées à la suite du tsunami et des menaces radioactives 174 000 résident toujours hors de chez elle dont 100 000 pour la seule préfecture de Fukushima »[1]. La perte de cette aide et de leur logement rendrait ces personnes plus démunies encore qu’elles ne le sont. On se demande alors comment une telle situation pourrait concorder avec l’idée d’union nationale, d’un « retour du Japon » (Nihon o torimodosu) agité par le PLD [2], et l’esprit olympique .

La question du retour dans les zones autrefois interdites pose également celle de la santé. Celles dont l’interdiction de séjour a été levée sont-elles réellement sûres ? Jean-René Jourdain, adjoint à la direction de la protection de l’homme à l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) soulève un manque d’informations ou de commentaires de la part de l’université médicale de Fukushima (fukushima kenritsu ika daigaku 福島県立医科大学). Il note que les cas de cancer de la thyroïde chez les enfants n’ont pas augmenté [3]. Cela est à mettre en relation avec la diminution des taux de participation au dépistage. De même, et alors que seule l’opération permettrait de confirmer la présence du cancer, on ne s’explique pas la diminution du nombre de ces opérations ; il se demande donc s’il ne s’agirait pas d’une « manière de diminuer les statistiques de diagnostics »[4]. Pour le professeur Tsuda Toshihide 津田敏秀, épidémiologiste à l’université d’Okayama (okayama daigaku 岡山大学), la situation serait plus considérable qu’il n’y paraît :

« Si l’on fait une comparaison avec la moyenne nationalement connue, on en déduit que le taux de cancer de la thyroïde des moins de 18 ans a été multiplié par 50. Dans les endroits où le taux est naturellement faible, on trouve une multiplication par 20 du nombre de cancer de la thyroïde. » 

Ainsi, on constate que d’une étude à une autre, les données apportent des résultats très différents.

Aucune raison non plus n’est donnée sur l’hospitalisation anormalement élevée des enfants de femmes enceintes avant ou après l’accident.

M. Jourdain s’inquiète également de la volonté de réinsérer des populations à proximité de zones qui n’ont pas été décontaminées, comme les forêts, les collines et au contact des animaux qui y habitent. En effet, les sangliers sont devenus un problème pour les autorités, du fait de leur prolifération d’une part, et de leur contamination au cesium-37 d’autre part. Même si certains vont faire le choix du retour, pour une grande partie des réfugiés la crainte de revenir dans un lieu qui constitue un souvenir traumatique et un risque sanitaire incertain ne sera pas apaisée de sitôt.

Dans ces conditions, on se demande quelles répercussions aura la politique du gouvernement, lequel assure que pour les J.O. tout est « sous contrôle » sur Fukushima. Le gouvernement en essayant de « décontaminer » le territoire, et surtout les esprits de sa population sur la situation là-bas, ne risque-t-il pas de voir plutôt éclater son imaginaire « corps de la nation » ?

 

[1] Toutefois, dans un article de Sciences et Avenir, Cécile Asanuma-Brice parle de « 99.991 réfugiés officiels de l’accident nucléaire dont environ 50.000 à l’intérieur du département de Fukushima. Parmi eux, 18.322 résident encore dans les logements provisoires, 30.000 habitent des logements du parc privé dont le loyer est pris en charge par l’Etat et 654 personnes vivent dans des logements publics. Tous verront leurs aides au logement prendre fin en mars 2017. » : https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/nucleaire/tribune-fukushima-temps-de-la-fin-contre-fin-des-temps_30349

[2] Parti libéral-démocrate.

[3] D’après Franceinfo, 142 cas ont été détectés dans la région de Fukushima depuis la catastrophe : voir http://www.francetvinfo.fr/monde/japon/fukushima/six-ans-apres-la-catastrophe-de-fukushima-la-delicate-question-du-retour-des-habitants_2090969.html

[4] Jean-René Jourdain évoque aussi la prudence des médecins face à l’opération estimant qu’ils ont du temps pour réfléchir, ou encore au refus des parents d’opérer leurs enfants : http://www.francetvinfo.fr/monde/japon/fukushima/six-ans-apres-la-catastrophe-nucleaire-de-fukushima-le-suivi-sanitaire-interpelle-les-specialistes_2088883.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *