Fukushima (2/3) – Fukushima : le symbole malade de la reconstruction nationale ?

Par Nathan Naïb

On s’en souvient, Abe Shinzô, avant même le résultat du CIO [1] quant au choix de l’organisateur des J.O. de 2020, avait assuré qu’ « au sujet de Fukushima […] la situation [était] sous contrôle ». Dans le même temps, le président de Tepco, Hirose Naomi 廣瀬直己, transmettait à l’international un message rassurant sur la situation de la centrale de Fukushima. L’ancien gouverneur de Tôkyô, Inose Naoki 猪瀬直樹, tenait lui aussi un discours allant toujours en faveur de la sécurité et du contrôle de la catastrophe nucléaire de 2011. Et ce malgré la réalité des problèmes du terrain tels que la décontamination de l’eau qui, en 2013, était considérée comme urgente, et qui, à ce jour, pose toujours des incertitudes quant à son « contrôle ».

Et que dire du choix très controversé par le gouvernement Abe de faire « revenir » la population évacuée en 2011 dans les zones d’évacuation proches de la centrale d’une vingtaine de kilomètres ? En effet, à partir de mars 2017, les évacués ne recevront plus d’aides de la région du Fukushima et auront pour seule alternative d’aller ailleurs, soit se réinstaller dans la zone d’évacuation.

Certaines institutions s’efforcent d’apporter un discours scientifique sur la santé justifiant les décisions politiques en matière de déplacement de population et de réappropriation du territoire [2]. Ces discours visent à banaliser le danger de la radioactivité comme un danger comme les autres. Malgré la réticence d’une grande partie des habitants à se réinstaller dans la zone d’évacuation, du côté du CIO [3], du gouvernement et du gouverneur de Fukushima, Uchibori Masao 内堀雅雄, on attend de la région qu’elle devienne non seulement un symbole des J.O. de 2020 mais aussi un lieu d’accueil des activités sportives. Comme le consacre le COJ dans sa vision des Jeux, le « sport a le pouvoir de changer le monde et notre avenir », et puisqu’il convient de « donner le meilleur de soi », on ne voit donc pas pourquoi Fukushima échapperait à l’appel de toute la nation pour soutenir les Jeux ! Le 2 novembre 2016, la gouverneure de Tôkyô, Koike Yuriko 小池百合子, Uchibori Masao, ainsi que plusieurs athlètes vétérans étaient là pour accueillir les drapeaux olympique et paralympique de Tôkyô 2020. Et le Programme de Soutien de Tôkyô 2020 accompagnera Fukushima via son programme de « Reconstruction ». Quelques manifestations ont eu lieu depuis, dans lesquelles les Jeux et la culture locale ont été présentés et accompagnés de discours mettant l’accent sur le dépassement de soi.

Pour l’occasion, le gouverneur de Fukushima a lancé un appel au don pour la décontamination du J-Village, « un centre de formation des footballeurs construit et sponsorisé par Tepco » situé entre Naraha 楢葉 et Hirono 広野, deux communes proches, d’une vingtaine de km, de la centrale nucléaire. Après la catastrophe, le terrain a été utilisé comme base arrière pour les travailleurs du site de la centrale, et désormais, le gouvernement, le Comité d’organisation des J.O. et la Fédération japonaise de football (JFA – Japan Football Association) voudraient en faire le camp d’entraînement de leur équipe de foot nationale.

On peut se demander à quel « prix » se paiera ce retour « forcé » à la cohésion nationale du Japon dans un climat social qui, outre le fait de rassembler, tend plutôt à intensifier les différents conflits et crispations.

[1] Comité international olympique.

[2] Voir la sous-partie « Mises en scène et risques de la communication dans la société du spectacle » : https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/nucleaire/tribune-fukushima-temps-de-la-fin-contre-fin-des-temps_30349

[3] Thomas Bach, président du CIO a notamment proposé qu’on organise des « tournois olympiques de baseball et de softball ». Voir http://www.francsjeux.com/2016/10/20/pour-les-jeux-de-2020-le-cio-pense-a-fukushima/30322


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *