Fukushima (1/3) – Fukushima ou les J.O. : la santé sacrifiée sur l’autel de la nation ?

Par Nathan Naïb

Depuis ces dernières années, et particulièrement depuis le choix du Japon de participer à la candidature des J.O. de 2020, est apparu un discours ambivalent sur la question de la catastrophe de Fukushima. Les discours du gouvernement appuyés par différentes institutions sont orientés vers la cohésion nationale, et un « retour du Japon »[1] rêvé par Abe Shinzô 安倍晋三, représenté par la réinsertion dans la patrie du département de Fukushima ; en d’autres termes, reconquérir ce territoire perdu amènerait à faire renaître une entité nationale fragmentée, en 2011, par la catastrophe naturelle, du fait du séisme et du tsunami, et anthropique, du fait de l’explosion de plusieurs réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima. Le terme de torimodosu évoque également les discours nationalistes sur les problèmes territoriaux du Japon (Takeshima, Territoires du Nord) et il ne faut pas non plus négliger le possible prolongement ou inspiration du mouvement national de mobilisation spirituelle (kokumin seishin sôdô.in undô 国民精神総動員運動) durant la Seconde Guerre mondiale [2].

D’autre part, avec les J.O., Fukushima pourrait bien se transformer en vitrine nationale au risque d’occulter volontairement les problèmes engendrés depuis 2011 sur le plan de la santé et de l’environnement. En servant des discours ayant pour objet un « Fukushima » symbolisant le dépassement des difficultés et, d’une certaine manière, la résurrection du kokutai, le Japon a commencé à produire de façon soft un message quelque peu « révisionniste » en cachant ou modifiant les critères d’analyse, notamment sur le degré de dangerosité que cause la contamination par la radioactivité.

[1] Son slogan de campagne de 2012 était « Retrouver le Japon » (Nihon o torimodosu 日本を取り戻す).

[2] Ce mouvement, en plus de convoquer la nation à plus de patriotisme, incitait également la population à participer à l’effort de guerre et à approuver les décisions de l’Etat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *