Derrière l’arbre se cache la forêt

Par Lauren Quilès

Un des lieux qui accueillera les compétitions olympiques et paralympiques pour les J.O. de Tôkyô en 2020 sera la zone Héritage (heriteji zôn ヘリテッジゾーン) dont une partie se situe à l’est du parc d’Ueno, très célèbre pour ses arbres, majoritairement des cerisiers. Ce parc est également très prisé par les Japonais lors du hanami 花見 (litt. regarder les fleurs de cerisiers), rendez-vous, pour ne pas dire un rite, immanquable et inhérent à la culture japonaise.

Toutefois, ce cadre si idyllique est en danger. En effet, compte tenu de sa situation géographique, le parc est menacé par les infrastructures des Jeux olympiques. Il ne s’agit pas de raser entièrement le parc, mais plutôt partiellement. Le projet consiste à abattre des arbres centenaires, afin de construire les infrastructures olympiques, d’où les protestations des habitants du quartier. Pour tenter d’endiguer cela, un groupe appelé l’association de protection des arbres du parc d’Ueno (Ueno kôen no ki o mamoru kai 上野公園の樹を守る会) a été formé et a fait circuler une pétition contre cette défiguration du paysage, clamant que les arbres sont l’image, pour ne pas dire l’âme, du parc et du quartier.

Face à cette opposition, le bureau des espaces verts et des parcs de la partie Est de Tôkyô (Tôkyôto tôbu kôen ryokuchi jimusho東京都東部公園緑地事務), ainsi que le bureau de construction de Tôkyô (Tôkyôto kensetsu kyoku 東京都建設局) prétendent que les arbres ceux près de la sortie nord de la gare Ueno gêneront le passage des visiteurs lors des J.O.

Pour l’heure, même si la gouverneure de Tôkyô, Koike Yuriko小池百合 (née en 1952), a eu connaissance de la pétition contre l’abattage des arbres à Ueno, rien n’a changé. Chaque jour, les habitants du quartier découvrent des banderoles autour des arbres pour indiquer qu’ils vont être prochainement abattus. Alors que Tôkyô, lors de sa candidature, a mis en avant l’aspect écologique, ne cessant d’insister sur sa volonté de minimiser l’impact écologique, la ville veut abattre des arbres emblématiques du parc d’Ueno, lui-même symbole de la mégalopole, dans la perspective des J.O. N’y a-t-il pas ici une contradiction à altérer ainsi l’âme du quartier au profit évènement éphémère tel que les J.O. ?

Bibliographie

Association de protection du parc d’Ueno上野公園の樹を守る会, Orinpikku no tame ni kore ijô ueno kôen no ki o kiranaide kudasai オリンピックのために以上上野公園の木を切らないでください (N’abattez plus d’arbres du parc d’Ueno pour les Jeux olympiques !), janvier 2017, disponible sur https://www.change.org/petitioncontrelabattagedesarbresduparcueno, consultée le 26/03/2017.

Otake Tomoko, « Citizens petition Tokyo to save trees amid Ueno Park face-lift », The Japan Times, 2016, disponible sur http://www.japantimes.co.jpl/citizens-petition-tokyo-save-trees-amid-ueno-park-face-lift/, consultée le 25/03/2017.

Tokyo 2020, « Tokyo 2020 prépare un avenir plus vert lors de la Journée mondiale de l’environnement », 2012, disponible sur https://tokyo2020.jp/fr/news/bid/20120605-01.html, consultée le 25/03/2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *