Omotenashi : gadgets technologiques et personnes âgées

Par Sonny Bardot

Le Japon est un des pays qui souffrent le plus de la chute de la natalité et du vieillissement de sa population. En effet, 25% des Japonais ont plus de 65 ans, et ce nombre est en constante augmentation (on estime le pic final aux alentours des années 2060…). Les effets sont déjà là, plus de 400 écoles ferment chaque année et la baisse du nombre de travailleurs menace le dynamisme économique, sans compter qu’il devient préoccupant de trouver la main d’oeuvre nécessaire à ces personnes âgées.

Parallèlement, le pays se prépare du mieux qu’il peut à l’affluence des touristes qui s’annonce colossale lors des Jeux olympiques. Alors que le Japon s’interroge sur le nombre de visiteurs qu’il peut espérer recevoir pour 2020, Tôkyô, elle, se demande comment arriver à prendre en charge ce flux grandissant d’étrangers, le tout en respectant le concept emblématique du Japon qu’est l’omotenashi.

La réponse à ces deux problèmes pourrait en fait venir du même domaine : l’innovation technologique. En effet, la robotique est déjà envisagée comme une solution plausible pour parer au manque de personnel médical qui s’occupe des personnes âgées. On teste des exosquelettes tels que HAL de Cyberdyne mais aussi des robots assistants humanoïdes dans la vie quotidienne comme Nao et Pepper de l’entreprise franco-japonaise Aldebaran/Softbank. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ces produits sont également cités dans le rapport sur les 9 grands projets prévus pour les Jeux olympiques de 2020. Ni si les deux compères que sont Nao et Pepper « travaillent » déjà en tant qu’hôtes d’accueil du Hen na Hotel (変なホテル), hôtel supposément entièrement tenu par des robots.

On trouve également dans le rapport des 9 grands projets prévus pour les J.O. les innovations pressenties concernant les voitures autonomes, telles que le projet SIP de Toyota ou les « robots-taxis » de DeNA mais également l’ambitieux projet ART (Advance Rapid Transportation). Par le biais de l’aménagement des infrastructures des moyens de transports en commun, combiné à des dispositifs électroniques (tels que des cartes permettant des paiements à distance sans aucune action de l’utilisateur notamment pour les bus et les trains, mais aussi un guidage connecté et personnalisé), le but serait d’optimiser non seulement le temps de trajet en lui-même, mais aussi tout ce qui se rapporte à ce dernier, comme par exemple l’attente à la station de bus, le temps qu’on perd à s’orienter dans une gare, voire le temps que prend le bus à se garer. Ce dernier serait par exemple automatisé par une intelligence artificielle, ce qui lui permettra de se placer plus rapidement sur les bornes de stationnement ainsi que de se garer de manière plus proche afin que les personnes à mobilité réduite puissent y monter facilement.

Le rapport est formel : si les projets (qui ont tous une appellation anglophone) sont d’abord prévus pour l’accueil des visiteurs lors des J.O., ils serviront par la suite à une société japonaise vieillissante. D’ailleurs pourquoi ne pas non plus utiliser le vieillissement de la population au profit de l’accueil des touristes ? On estime par exemple qu’il risque de manquer 44 000 chambres d’hôtel à Tôkyô pour les Jeux. Or, les love hotel, réservés normalement aux jeunes couples encore dépourvus d’un toit commun mais voulant malgré tout profiter de petits moments intimes, sont désertés. Le gouvernement envisage alors d’aider financièrement ces établissements afin qu’ils se transforment en hôtels « normaux » d’ici 2020.

Enfin, pourquoi ne pas aller jusqu’à mobiliser les personnes âgées dans l’accueil des visiteurs étrangers ? Leurs savoirs concernant les traditions et les folklores seraient un atout pour accompagner les touristes en soif de culture. C’est en tout cas la proposition de Komiyama Hiroshi (né en 1944), président de l’université de Tôkyô.

En bref, le Japon semble vouloir mettre en pratique l’expression « une pierre, deux coups » en utilisant la robotique à la fois pour gérer son flux de visiteurs étrangers, et pour parer aux problèmes que le vieillissement de la population engendre. À trois ans du “jour-J”, nous sommes encore loins de constater des innovations qui égaleraient la mise en place du Shinkansen en terme d’utilité (le Maglev, train du futur faisant des pointes à 600 km/h, ne devrait pas voir le jour avant 2027…). Il ne reste plus qu’à savoir si ces idées, aussi farfelues qu’elles puissent paraître, sortiront du cadre du gadget technologique ou de l’anecdote rigolote.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *