Black Tidings: Recevoir ou acheter les J.O. ?

Par Lauren Quilès

Malgré l’image de neutralité que promeuvent les Jeux olympiques, ces derniers ne sont pas épargnés par la corruption. Déjà, en 1999, plusieurs membres du Comité international olympique (CIO), ont été révoqués pour cause de malversations financières afin que la ville de Salt Lake City accueille les J.O. d’hiver en 2002. En 2017, The Guardian révèle une affaire de corruption quant au choix de Tôkyô comme ville d’accueil pour les Jeux de 2020.

L’affaire de corruption éclate au grand jour en mai 2017. Dans l’article de The Guardian, on apprend que la sélection de Tôkyô pour 2020 n’est peut-être pas liée qu’à la qualité de son dossier En effet, la demande de Tôkyô comme ville d’accueil aurait été appuyée par un membre du CIO peu scrupuleux. Lamine Diack (né en 1933), ancien athlète sénégalais et membre du CIO (1999-2013), qui a déjà été mouillé dans une affaire de corruption liée au dopage russe [1] (2012), aurait favorisé le résultat en échange d’une forte somme d’argent (1,3 millions d’euros), qu’il aurait fait passer sur un compte offshore de la banque Black Tidings à Singapour. Si Diack a offert son « soutien » à Tôkyô c’est parce qu’un sponsor japonais a signé un contrat avec l’Association internationale des fédérations d’athlétisme, dont il est membre. Lamine Diack aurait accepté cette somme argent et l’aurait basculé sur le compte de son fils Papa Massata Diack (date de naissance inconnue). Le père et le fils Diack sont loin d’être des débutants en matière de corruption, comme ce fut le cas pour Rio 2016 [2] ou encore l’affaire de dopage des athlètes russes. Ils utilisent toujours le même modus operandi : Lamine rend « service » en compensation d’une forte somme d’agent et Papa Massata blanchit cet argent sur son compte à Singapour.

Face à ce scandale, le Japon réagit de manière controversée. Sans pour autant réfuter l’accusation, Takeda Tsunekazu 竹田 恆 (né en 1947), membre du CIO et président actuel du Comité olympique japonais (COJ), a refusé de fournir des détails sur ce contrat « douteux », invoquant la clause de confidentialité. Néanmoins, Endô Toshiaki 遠藤 利 (né en 1950), ministre des Jeux olympiques et paralympiques de Tôkyô 2020, a insisté pour que les deux parties, Lamine Diack et le COJ, s’expliquent publiquement.

En retour, Takeda affirme que l’argent versé pour la candidature de Tôkyô était légitime. Quant à l’implication du Premier Ministre Abe Shinzô 安倍 晋 (né en 1954) dans cette affaire que certains journaux, comme The Guardian ou encore le Yomiuri Shinbun 読売新聞, auraient abordé, rien n’a été prouvé à ce jour.

Bien qu’à ce jour, l’affaire n’est toujours pas réglée, ce scandale éclabousse d’un côté, les Jeux olympiques qui ne cessent de vouloir véhiculer une image juste et honnête, et d’un autre côté, le Japon et ses institutions, qui manquent de transparence.

[1] En 2012, pour les J.O. de Londres, Lamine Diack aurait fermé les yeux sur une affaire de dopage des athlètes russes contre un versement financier.

[2] En 2006, un homme d’affaire brésilien aurait donné une forte somme d’argent à Lamine Diack, qui l’aurait fait passer sur le compte offshore de son fils, trois jours avant l’annonce de l’attribution des J.O. 2016 à la ville de Rio de Janeiro.

Bibliographie

Bouchez Yann, « Exclusive: evidence of corruption over Rio’s bid for the 2016 Olympic games », Le Monde, 2017, consultée le 6/03/2017.

Gibson Owen, « Tokyo 2020 Olympic bid leader refuses to reveal Black Tidings details », The Guardian, 2016, consultée le 21/01/2017.

Gibson Owen, « Tokyo Olympics: €1.3 m payment to secret amount raises questions over 2020 Games », The Guardian, 2016, consultée le 21/02/2017.

Gibson Owen, « Tokyo wins race to host 2020 Olympic Games », The Guardian, 2013, consultée le 21/02/2017.

Ingle Sean, « Rio Olympics: Lamine Diack’s son’paid $2m by brazilan’ as vote loomed », The Guardian, 2017, consultée 6/03/2017.

Le Monde, « Dopage et corruption dans l’athlétisme: première incarcération dans l’enquête en France », Le Monde, 2016, consultée le 6/03/2016.

The Japan Times, « JOC chief signed off on Black Tidings payment after bid office said it was “necessary”», The Japan Times, 2016, disponible sur , consultée le 21/02/2017.

The Japan Times, « As Olympic bribe claims widen, ex-Tokyo bidding committee head says payments were legitimate », The Japan Times, 2016, consultée le 21/02/2017.

Yomiuri Shinbun 読売新聞, JOC, Gorin shôchikin “ihôseinashi” mo ketsuron futômei JOC、五輪招致金˹違法性なし˼も結論不透明 (JOC, le manqué de transparence quant à la légitimé de l’argent versé pour accueillir les J.O.), Yomiuri Shinbun, 2016, consultée le 22/02/2016.

Yomiuri Shinbun 読売新聞, Gorin Chôsa chîmu ga shokaigô…ihôsei no umu nado chôsa, 五輪調査チームが初会合…違法性の有無など調査 (Enquêtes sur la pseudo illégalité et sur la première reunion de l’équipe de candidature), Yomiuri Shinbun, 2016, consultée le 23/02/2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *