Uchi-Soto : pont ou démarcation ?

Par Sonny Bardot

Comment introduire les notions de uchi 内 et soto 外 sans être caricatural ou, à l’inverse, sans s’éterniser sur les nuances que le concept exige d’expliquer ? Il est évidemment question d’une barrière séparant ce qui nous semble familier (uchi, soit « l’intérieur ») de ce qui nous est étranger (soto, soit « l’extérieur ») [1]. Elle est synonyme de frontière mais elle permet aussi cohérence entre les groupes.

On lui attribue par exemple l’incroyable respect des règles et la solidarité observés lors de la catastrophe du 11 mars, et dans un même temps les brimades dans les écoles sur les enfants réfugiés des zones sinistrées, appelés « migrants de l’intérieur » par Le Point.

Cette notion, considérée parfois comme unique à la culture japonaise, s’applique à différentes échelles telles que la hiérarchie entre individus, la relation entre les membres d’une entreprise différente, mais également à l’échelle géopolitique.

Déjà, on remarque que le concept d’uchi-soto se trahit dans le mot même qui désigne l’étranger venant d’un autre pays. En effet gaikokujin 外国人 (dont le premier caractère peut également s’écrire soto) se traduit littéralement par « personne d’un pays extérieur » et s’oppose donc à ceux qui sont à « l’intérieur ». L’idée est alors profondément liée au sentiment d’insularité qu’on attribut volontiers aux Japonais. Le shimaguni konjô 島国根性 (« l’esprit insulaire ») vient du fait que, le Japon étant une « île » et ses frontières naturelles difficiles à franchir, ses habitants, peu habitués aux migrations, sont d’avantage reclus sur eux-mêmes.

Dans ce même ordre idée, ne pourrions-nous pas juxtaposer le concept d’uchi-soto à l’omotenashi, cette hospitalité typiquement japonaise, dans le cadre des J.O.. En effet, dans ces deux notion, ne s’agit-il pas de créer une ligne de démarcation entre, dans le premier cas soi et l’autre, et, dans le second, celui qui accueille et celui qui est accueilli, séparation d’autant plus nette lorsque l’autre vient d’un pays extérieur ?

Si nous nous en tenions à ceci, nous pourrions effectivement affirmer que les deux concepts (uchi-soto et omotenashi) relèvent à des pensées typiquement japonaises et répondent à des critères dont seuls les habitants du « Pays du soleil levant » semblent se préoccuper. Les Japonais, dans leur culture basée sur l’uchi-soto, appréhenderaient le monde par le biais de leur insularité. Ainsi, les J.O. serait l’occasion de mettre en valeur l’omotenashi afin de montrer au monde entier une partie de leur culture, quitte à dresser cette barrière entre « eux » et « nous ». Étrangers à cette culture, nous n’aurions pas les outils pour l’apprécier.

Néanmoins, il est important de préciser que le shimaguni konjô tient davantage du déterminisme géopolitique que d’une véritable conséquence due à l’environnement dans lequel la société japonaise s’est développée [2]. Premièrement, le Japon n’est en aucun cas une île, mais un archipel extrêmement étiré ayant vécu diverses migrations et mélanges ethniques. Par ailleurs, les îles éloignées ont été des lieux d’exil ou d’expériences sociales qui ont contribué à façonner des frontières sociales et culturelles à l’intérieur même du territoire [3]. Le Japon et les Japonais ne sont donc pas si homogènes qu’on veut bien le penser. Si nous voulons appliquer la notion d’uchi-soto à l’échelle nationale, il nous faut alors occulter une grosse partie de la réalité historique du pays.

Pour Philippe Pelletier, le shimaguni konjô, est « une pression culturelle, idéologique et politique » [4]. L’insularité, soit la distinction entre « eux » et « nous », renverrait alors à la création de l’État-nation, celui qui s’est émancipé du joug occidental et visait à exporter son modèle de civilisation au reste de l’Asie durant la période d’avant-guerre. L’insularité d’un Japon homogène est pourtant une idée artificielle. Elle se confond dans des simplifications socio-historiques et des caricatures, et est à rapprocher du concept de kokutai. 国体 [5].

Que penser alors de la valorisation dans le cadre des Jeux olympiques de l’omotenashi en tant que fierté nationale : exacerbation ou apaisement du couple uchi-soto ?

[1] Si nous abordons ici avant tout la notion internationale du concept uchi-soto, il est bon de noter qu’il s’applique également à des échelles bien plus réduite. Ainsi, uchi peut désigner la maison, mais aussi soi-même, la dimension intérieur-extérieur varie donc énormément suivant les situations.

[2] http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/doc34-08/010017037.pdf

[3] Ibid., p. 106.

[4] Ibid., p. 105.

[5] Ce terme renvoie au discours nationaliste d’avant-guerre. Il s’agit de rassembler le peuple sous la souveraineté d’un empereur tout puissant au travers de mythes nationaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *