Tôkyô 2020 : Faites vos Jeux !

Par Nathan Naïb

Le 15 décembre 2016, la Chambre des représentants (shûgi-in 衆議院) a approuvé le projet de loi sur les casinos (kajino hôan カジノ法案), malgré les protestations de l’opposition, notamment du Parti démocrate (minshintô 民進党) de Murata Renhô 村田蓮舫 qui a déclaré que les casinos « nuiront à la dignité nationale ».

Abe Shinzô 安倍晋三 propose depuis 2012 de légiférer sur cette manne de profits potentielle. L’ambition du premier ministre est d’envisager l’après-Jeux olympiques de Tôkyô 2020 car, en effet, si le projet aboutit, la concrétisation commerciale de cette loi ne débutera qu’en 2021 d’après Koike Takayoshi 小池 隆由, PDG du cabinet Capital et Innovation. Ce dernier, défenseur du projet, y voit un marché potentiel des casinos évalué à 200 milliards de yens (env. 1,67 milliards d’euros) pour la région du Kantô, et un marché probable de 100 milliards de yens (env. 83,5 millions d’euros) pour la région du Kansai. Il poursuit en estimant que les bénéfices retomberont autant sur les grandes villes que sur les régions. Tandis que le gouvernement se chargera de délibérer sur la loi de mise en vigueur des IR (IR jisshi hô IR実施法) [1], les collectivités locales et les entreprises s’occuperont de l’implantation et de la commercialisation des casinos. Le projet soutenu par le Parti libéral démocrate (PLD) et d’autres partis de la Diète devrait avoir des retombées économiques supérieures à celles de Singapour et de Macao. En comparaison avec les prévisions données par Koike, en 2015, à Singapour, le Marina Bay Sands a fait un chiffre d’affaires de 130 milliards de yens (env. 1,08 milliards d’euros) et le Resorts World Sentosa, de 43,3 milliards de yens (env. 361 millions d’euros), le The Venetian Macao de Macao a gagné 101,9 milliards de yens (env. 851 millions d’euros) [2]. A l’heure actuelle, il s’agit des casinos qui produisent le plus de bénéfices dans le monde, mais depuis sa visite à Singapour en 2013, Abe envisage de se servir de ce modèle pour renforcer l’économie du territoire et dynamiser le tourisme local. Koike met notamment l’accent sur les bénéfices que pourront réaliser les régions du Hokkaidô, Tôhoku, Shikoku et Kyûshû, puisqu’en effet, si l’on examine le PIB par région au Japon, on constate que ce sont ces régions qui peinent à être productives, y compris celle du Chûgoku dont Koike n’a étrangement pas fait mention.

On peut se demander dans quelles perspectives, le premier ministre Abe Shinzô souhaite intégrer son projet de loi au regard du Plan d’Action pour l’Héritage des J.O. (akushon to regashî puran アクション&レガシープラン) qui consacre un pôle de recherche au « développement urbain et à la durabilité » ainsi qu’au « sport » et à la « santé ». En effet, et pour plusieurs raisons, nous pouvons émettre certains doutes quant aux répercussions sur le long terme de cette loi. En comparaison avec les salles de pachinko dont on constate une diminution de la fréquentation de ces jeux depuis la fin des années 1990 [3], on peut s’interroger sur l’évolution de l’engouement qu’auront les joueurs pour les casinos. Il faut aussi souligner que ce sont, pour le Japon, les fabricants de machine de pachinko qui vont apporter des financements aux futurs casinos. De plus, d’après un sondage de la NHK, 44% des Japonais seraient contre la légalisation des casinos par crainte de l’emprise de la pègre sur ceux-ci, à l’instar des pachinko actuellement. Sur le plan sanitaire, des problèmes d’addiction sont également à craindre : d’après une étude conduite par Higuchi Susumu 樋口進 du centre hospitalier de Kurihama spécialisé dans les addictions (Kurihama iryô sentâ 久里浜医療センター), « environ 5,36 millions de Nippons de 20 ans et plus (dont 4,4 millions d’hommes) ne peuvent s’empêcher de jouer, essentiellement au ‘pachinko’ et ‘pachinslot’ [4]». Il estime qu’en comparaison avec les adultes des autres pays du monde (1% env. par pays), « la proportion au Japon est très élevée », ajoutant également que l’autorisation par le gouvernement de salles de casinos « pourrait aggraver la situation ». Malgré les mesures qui devraient être prises pour enrayer ces points négatifs [5], il nous semble légitime de remarquer l’antagonisme de la vision donnée aux J.O. de 2020 et les politiques actuelles et futures du gouvernement japonais sur les questions sociales, sanitaires et touristiques du pays.

[1] Le terme « Integrated Resort » (IR) est utilisé à Singapour pour décrire les complexes comprenant des centres de jeux d’argent, des hôtels, des spectacles de divertissement, des parcs à thème, de la vente de luxe et des restaurants haut de gamme, etc.

[2] Voir l’article de Koike Takayoshi du journal Tôyô keizai. (consulté le 24 février 2017).

[3] Les conclusions du Livre blanc sur les loisirs (rejâ hakusho レジャー白書) de 2016 montre bien la diminution du nombre de joueurs dans les salles de pachinko. (consulté 6 mars 2017).

[4] Types de machine à sous japonaise.

[5]  Le gouvernement envisage d’appliquer à la loi sur la mise en vigueur des IR une réglementation sur le nombre de zone de IR du pays, la sélection des zones et la manière de sélectionner les entrepreneurs, sur l’intérêt public, la redevance, le coût social (dépendance au jeu, suppression des forces anti-sociales, protection des jeunes, mesures contre le blanchiment d’argent).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *