Les médailles des J.O. 2020 : du kokutai recyclé ?

Par Nathan Naïb

Jeudi 16 février 2017 était organisée à Tôkyô une collecte de vieux téléphones portables dans le cadre des projets environnementaux des Jeux olympiques de Tôkyô 2020. Pour l’occasion, la gouverneure de Tôkyô, Koike Yuriko 小池百合子, est venue elle-même montrer l’exemple en faisant don de son téléphone.
Cet événement fait en quelque sorte office de pré-annonce au réel projet établi par les membres du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Tôkyô, puisque ce dernier, intitulé « Tous ensemble pour le projet de médailles fabriquées avec les mines de nos villes ! » (toshi kôzan kara tsukuru ! minna no medaru purojekkuto 都市鉱山からつくる!みんなのメダルプロジェクト) ne commencera qu’en avril 2017. Le titre « mines de nos villes » peut paraître un peu étrange au premier abord, il sous-entend en fait qu’à long terme, du fait de leur extraction totale, toutes les ressources naturelles se retrouveront en ville, et notamment les métaux… Le projet envisage une participation nationale. Les boutiques de NTT Docomo [1] mettront en place 2400 points de collecte dans tout le pays et des « boîtes de récupération » seront installées par les collectivités locales ; non seulement les métaux des téléphones portables, mais aussi ceux des ordinateurs, des appareils photos et tout objet électronique seront également collectés.
Durant les J.O. de Rio 2016, environ 30% des médailles provenaient déjà de métaux recyclés ; le Japon souhaite atteindre 100% de médailles issues du recyclage. L’enjeu du projet est de promouvoir l’« héritage » d’une société durable même après les J.O. Komiyama Hiroshi 小宮山宏, président du comité sur la durabilité des J.O., directeur du centre de recherche de Mitsubishi et président de l’université de Tôkyô, y voit une occasion pour le Japon de promouvoir une « société de platine » (purachina shakai プラチナ社会), c’est à dire privilégiant avant tout la qualité du mode de vie. Il pense aussi que les J.O. permettront au Japon de montrer aux pays en voie de développement, comme la Chine ou l’Inde, entre autres, ses capacités technologiques et ses idées en matière environnementale.
L’idée du projet de médailles écologiques est originale mais pas tellement innovante. En effet, le recyclage des métaux des appareils électriques fait déjà partie de la politique environnementale du gouvernement depuis la fin des années 1990 au travers de la Loi sur le recyclage des appareils électriques des foyers (kaden risaikuru hô 家電リサイクル法). En 2009, le ministère de l’Environnement a aussi promu une campagne de récupération des téléphones portables usagés (shiyô sumi keitai denwa kaishû sokushin kyanpên 使用済携帯電話回収促進キャンペーン).
Le projet des J.O. va probablement prolonger ces mesures mises en place depuis plus d’une décennie par le gouvernement, mais on peut se demander si l’entreprise du Comité d’organisation des J.O. est pertinente et si elle ne cacherait pas là plutôt une sorte de forme recyclée du « corps de la nation » (kokutai 国体) [2] dont chaque citoyen serait doué de l’ « esprit du recyclage » [3]? De même, au regard des politiques environnementales déjà menées sur le recyclage des métaux, n’y aurait-il pas des combats écologiques plus importants à soutenir depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011 [4] qui a provoqué, non seulement des milliers de réfugiés, mais aussi la perturbation – pour ne pas dire destruction – de tout un écosystème sur le territoire japonais, terrestre et marin, de la zone contaminée ?
Le Japon, s’il désire transmettre un héritage fondamental à ses habitants futurs, ne devrait-il pas plutôt dès lors se préoccuper des principaux problèmes majeurs qui « minent » son territoire et sa population au lieu de se lancer dans une sorte de compétition olympique avant l’heure qui n’aurait d’autres objectifs que de produire une nouvelle « vitrine » du Japon, dont le pari des 100% de médailles « écolos » en semblent être un exemple.

 

[1] Principal opérateur en téléphonie japonais.

[2] Le terme remonte un peu avant l’époque Meiji (1868-1912) sous la plume d’Aizawa Seishisai 会沢正志斎 (1782-1863) et vise à signifier un esprit japonais de la nation concentré dans les efforts de tous les Japonais. Le concept est repris et développé jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; le SCAP dirigé par le général Douglas MacArthur (1880-1964) interdit la diffusion du manuel Kokutai no hongi 国体の本義 (Les principes fondamentaux du corps de la nation) publié en 1937 et dans lequel il est fait l’éloge d’une identité, d’une particularité et d’une politique nationales japonaises fondées sur la position de l’empereur. Cette « mobilisation nationale » de la population japonaise autour des médailles ne s’ordonnerait-elle pas, sous un aspect plus dilué, dans le prolongement des notions du kokutai et des idées du mouvement national de mobilisation spirituelle (kokumin seishin sôdô.in undô 国民精神総動員運動) de 1937, qui souhaitait rallier la nation entière à l’effort de guerre ?

[3] L’expression « mottainai » tirée ici de mottainai seishin もったいない精神 (esprit du recyclage) est reprise par Wangari Maathai (1940-2011) en 2005 pour en faire le slogan de sa campagne pour l’environnement. Depuis, le mot a pris un sens écologique qui s’est transmis dans la langue japonaise. Le lien met l’accent sur le prétendu « esprit mottainai » des Japonais, dans lequel nous voyons un outil idéologique propre à favoriser un regain du corps de la nation.

[4] Voir le message d’une habitante de Fukushima, Muto Ruiko, résumant la situation à Fukushima.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *