Les medias pro-J. O. seraient-ils les porte-paroles du nationalisme japonais ?

Par Suzuki Kenzô

Nombreux sont les journalistes ainsi que les hyôronka 評論家 [1] à avoir exprimé un avis négatif depuis que Tôkyô a été désignée comme ville hôte des J.O. de 2020. Leur point de vue est souvent perçu comme de gauche ou libéraliste. Parmi ces derniers, Saitô Minako, s’est exprimée à ce sujet sur son blog, en proposant un compte-rendu de trois livres. Deux de ces livres concernent les effets économiques négatifs des J.O. L’un de ceux-ci exprime également la crainte que les dettes engendrées par les Jeux olympiques n’engloutissent entièrement les aides allouées à l’après-Fukushima. Selon elle, le troisième livre a pour thèse que les J.O. étaient à l’origine centrés sur l’individualisme et elle précise que : « originairement, les Jeux olympiques ne sont pas une compétition entre les Nations, mais repose sur la participation individuelle comme c’est clairement précisé dans la Charte olympique. […] Si bien que la comparaison entre les nations du nombre de médailles et, à plus forte raison, le fait, comme dans le cas du Japon, que le gouvernement brandisse comme objectif d’obtenir un grand nombre de médailles sont aberrants. ». Toutes ces remarques sont pertinentes, toutefois il nous semble que, dans sa conclusion, qu’elle sonne un peu vite le tocsin contre le nationalisme en employant le mot taiseiyokusankai 大政翼賛会, qui désigne la création d’un parti unique lors de la montée du militarisme, et qui renvoie donc immédiatement au totalitarisme de l’Empire japonais des années 1930. Elle souligne que la presse est en fait sous contrôle et précise d’ailleurs que l’auteur de ce dernier livre a perdu son travail suite à ses publications. Selon elle, c’est parce que tous les grands journaux, tels que l’Asahi, le Yomiuri et le Mainichi apportent leur soutien aux JO. Elle fait encore le parallèle entre l’attitude des bureaucrates vis-à-vis des J.O. et celle qu’ils avaient adoptée lors de la seconde guerre mondiale : en effet, les J.O. apparaissent surtout comme un prétexte pour mener à bien leurs propres projets, tel que la reconstruction de la ville. Ainsi, c’est avec audace qu’elle compare l’enthousiasme de l’organisation des J.O. au nationalisme japonais d’Avant-Guerre.

Dans la même veine, cet autre article sur un site résolument de gauche et dont le titre est déjà percutant : Ces médias pro-olympiques qui vantent le nationalisme : à ce rythme les Jeux de Tôkyô serviont uniquement au « prestige national »!? (Nashonarizumu o aoritateta orinppikuhôdô konomamadato Tôkyô gorin ha “kokuihatsuyô” isshokuni, ナショナリズムを煽りたてたオリンピック報道 このままだと東京五輪は“国威発揚”一色に.) Or, cette expression : kokuihatsuyô 国威発揚, a souvent été employée pendant la Guerre du Pacifique. Cet article commence par une accusation portée par un professeur honoraire de l’université de Tôkyô reprochant à un commentateur de la NHK l’utilisation de ce mot, tandis qu’il énumérait les différents apports des Jeux. Suite à cette accusation, la NHK a immédiatement remplacé ce mot par « kokumin no jishin to hokori » (国民の自信と誇り, la confiance et la fierté du peuple), sans pour autant satisfaire ce professeur. Ce dernier a à nouveau interpellé la NHK sur la différence qu’elle faisait entre les deux expressions ?
En ce qui nous concerne, nous souhaiterions en retour poser une question à ce professeur : faut-il donc interdire aux Japonais d’éprouver « kokumin no jishin to hokori », en cas de succès de leurs représentants ? Si le problème venait de l’utilisation du mot kokuihatsuyô, pourquoi avoir insisté après le remplacement de cette expression ? Il nous semble que ce professeur associerait toute manifestation patriotique à une volonté totalitaire ou à de l’ultranationalisme. A l’instar de Saitô, cet article rappelle aussi que les J.O. doivent être organisés pour les athlètes et non pour les Nations. Si cet aspect est, certes, important, pourquoi nous alerter sur le nationalisme latent dans les Jeux olympiques ? Ne pouvons-nous pas considérer que cet aspect est intrinsèque à toute manifestation sportive ?

Or, il nous semble que, dans ces deux articles, les arguments peuvent se résumer en ce que n’importe quel comportement ou quelle émotion patriotiques suscités par les JO reviendrait inévitablement au nationalisme du Grand Japon. Si on retourne le problème : ils reprennent ces mots en lien avec le régime pour entâcher les J.O. Mais sur quoi ce raisonnement se base-t-il ? Et même si elles apparaissent fondées, plus qu’au constat, est-ce que ces analyses ne devraient pas plutôt nous servir à trouver des solutions pour dépasser ce problème ?

 

[1] Personne médiatique commentant les faits sociaux ou d’actualité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *