Au-delà du nationalisme : Les Jeux olympiques et les tentatives japonaises de communication internationale

Par Suzuki Kenzô

Les Jeux olympiques, auxquels on fait souvent référence comme le festival de la paix, ont été commencés pour établir l’idée du « véritable internationalisme » par baron de Coubertin (1863-1937). Pourtant, on a parfois bénéficié de cet événement sportif aussi pour le nationalisme ou l’idéologie comme à Berlin en 1936, à Moscou en 1980 et Los Angeles en 1984. Autrement dit, les JO devraient être idéalement une réalisation du multiculturalisme, mais sont en réalité souvent empreints de nationalisme. Dans cette perspective, comment s’organise concrètement la communication autour des JO de 2020 ?
Si on consulte les articles sur internet, nombreux sont ceux qui critiquent les tendances nationalistes au Japon. Par exemple ces derniers pointent certains phénomènes comme retransmission télévisée exclusivement centrée sur les athlètes japonais ou bien proposent des analyses générales et abstraites, qui portent sur le rapport actuel entre multiculturalisme et nationalisme. Certes nous devons préciser le nationalisme qu’ils ont discuté, pourtant il nous semble que même si le titre de ces publications évoque les JO, elles ne traitent pas concrètement des JO de 2020.
Il faut donc trouver un autre chemin pour poursuivre notre enquête. Nous nous focaliserons sur les interactions entre les collectivités locales (chihôkôkyôdantai 地方公共団体) et les équipes étrangères, qui y séjournent pour se préparer. Ces communes hôtes sont appelées « Host town », programme qui a fait son apparition au moment de la coupe du monde de football en 2002, ce qui nous fournit nombres d’anecdotes à analyser.
L’objet de cette recherche sera ainsi de démontrer que le programme de Host town permet de dépasser le discours nationaliste au profit des expériences concrètes et immédiates avec les athlètes étrangers. Dans ce cas, il ne s’agit pas de relations à l’échelle nationale mais à une échelle plus humaine, plus personnelle qualifiée en japonais de kusa no ne kôryû 草の根交流.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *