Omotenashi, le principal défaut de l’hospitalité à la japonaise ?

Par Sonny Bardot

Sur toutes les lèvres depuis que Takigawa Christel 滝川クリステル l’a utilisé pour promouvoir Tôkyô comme ville d’accueil des Jeux olympiques de 2020, omotenashi serait (sic) un sens profond de l’hospitalité irréprochable, désintéressée, « ancestrale » et inhérente à la société japonaise.

Ainsi, par cet attribut, Tôkyô est « la ville la plus sûre du monde, la plus propre, et où les chauffeurs de taxi sont les plus aimables » selon la présentatrice de télévision qui cite un « récent sondage ».

L’argument a sans doute été entendu car la ville a été sélectionnée pour organiser les prochains Jeux. S’en est alors suivi une tornade médiatique centrée sur le concept d’omotenashi.

Celui-ci devient un atout touristique de très grande envergure, mais aussi une fierté nationale et un pilier central dans l’organisation des J.O. Certaines villes offrent dorénavant chaque année un « grand prix de l’hospitalité » (ou omotenashi taishô おもてなし大賞) à des organismes qui ont contribué à la qualité de l’accueil japonais. On peut aussi citer Toyota qui propose un taxi omotenashi spécialement conçu pour les touristes étrangers avec un coffre de grande taille pour pouvoir transporter aisément les valises. D’ailleurs un site de conseils financiers a établi une liste des entreprises à suivre en bourse et qui concentrent leurs plans économiques sur le concept d’omotenashi L’hospitalité à la Japonaise est donc bien un des points centraux de l’organisation des J.O. Pourtant, beaucoup d’opinions dubitatives commencent à surgir quant à l’emploi de cette nouvelle obsession nippone. À trop vouloir en faire, ne passons-nous pas à côté de ce qui est essentiel à un bon accueil ?

C’est en tout cas l’opinion du journaliste Philip Brasor qui publie sur le Japan Times une critique très vive sur cette caractéristique japonaise : « [son] principe n’est pas que le client a toujours raison, mais plutôt que celui qui fait le service sait ce qui est le mieux pour lui ». L’Omotenashi n’est pas à propos de l’invité mais plutôt de l’hôte où le rôle du premier est d’admirer les splendides manières du second. Ce que veut le client est alors accessoire.

Et les exemples de projets bancals sur le perfectionnement de l’accueil commencent à foisonner. Ainsi, afin d’améliorer le confort des futurs spectateurs qui viendront de tous les pays, on propose le paiement par empreintes digitales. Il suffira alors d’enregistrer ses données biométriques à l’aéroport et de les lier à sa carte bancaire afin de bénéficier de ce système. Un système que Newsphere qualifie de « la pire des idées » au vue des problèmes de sécurité que cela pourrait potentiellement générer.

Par ailleurs, à force d’essayer d’anticiper les besoins du client, ne sombrons-nous pas rapidement dans une infantilisation à la limite de condescendance ? Nous autres étrangers oublions-nous si souvent notre carte bancaire au point qu’il faille que le gouvernement japonais nous trouve un moyen plus simple ? Dans le même ordre d’idées, les diverses simplifications des sigles présents en ville peuvent rapidement faire penser que la culture japonaise est inaccessible aux voyageurs. Que penser de la suppression des svastikas sur les plans des villes ? Le touriste européen lambda est-il vraiment incapable de distinguer le symbole bouddhique de la croix gammée ?

Enfin, quid de l’automatisation de l’accueil des visiteurs ? On projette l’utilisation de robots polyglottes qui porteront les bagages, héleront les taxis, voire qui conduiront eux-mêmes ces derniers. Les touristes pourront-ils alors toujours apprécier l’omotenashi lorsqu’elle viendra d’une machine ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *