Le golf et les femmes ne feraient-ils donc pas bon ménage ?

Par Lauren Quilès

 

Le golf n’a été réintroduit, qu’après une courte apparition dans les Jeux olympiques de 1900 puis de 1904, comme une discipline olympique seulement en 2016, pour les Jeux de Rio. Cela pourrait être la fin heureuse d’un combat et pourtant l’histoire est bien loin d’être finie.

En effet, le golf pose problème, avant même le début de la compétition, pour les Jeux olympiques de Tôkyô. Le Kasumigaseki Country Club, 霞ヶ関カンツリー倶楽 (Kawagoe, département de Saitama), aurait une politique quelque peu  « sexiste » envers les joueuses. Ce club de golf, très réputé, n’autorise que ses membres officiels à taper dans la petite balle blanche. Or, la politique de ce club n’autorise pas les femmes à devenir membres et ne les autorise qu’à  jouer seulement le dimanche. Comble de l’absurde ?

Commence un bras de fer entre le club de golf et le Comité olympique japonais, ainsi que la gouverneure de Tôkyô, Koike Yuriko 小池百合 (née en 1952). Derrière cette lutte, se cache un combat plus grand, celui du sexisme dans le sport, notamment dans le golf.

Tout d’abord, la politique du club est en totale contradiction avec le chapitre 5 de la charte olympique, qui concerne les modalités de participation aux Jeux et dans laquelle, il n’est jamais question de différences entre les hommes et les femmes.

Le 2 février 2017, quatre membres de l’équipe nationale de golf ont fait une demande au club pour qu’il change ses règles d’admission, afin que les femmes puissent devenir membres officiels. Mais le club n’en démord pas et reste campé sur ses positions. Le Comité international olympique est, lui aussi, intervenu, en signalant à la Fédération internationale de golf cette situation. La Fédération a enjoint, à son tour, le club de changer ses règles d’admission.

Malgré toutes ces demandes, le club ne fait rien. De ce fait, l’Association japonaise de golf (Nihon gorufu kyôkai 日本ゴルフ協) a demandé aux organisateurs des Jeux de choisir un autre club, notamment en avançant l’argument de la distance. En effet, le Kasumigaseki Country Club se trouve à une quarantaine de kilomètres du village olympique. L’autre club envisagé serait le Wakasu golf links (Wakasu gorufu rinkusu 若洲ゴルフリンクス), qui se trouve près de la zone Tôkyô Bay (Tôkyô bei zôn 東京ベイゾーン).

Le Wakasu golf links présente un double avantage : la proximité avec le village olympique et une politique d’admission « non sexiste ». Ainsi, l’Association japonaise de golf tente de faire pression sur le Kasumigaseki country club avec ces deux arguments.

A l’heure actuelle, le litige n’est toujours pas réglé. Plusieurs organisations telles que le CIO[1] ou encore le COJ[2] continuent d’enjoindre le club à changer sa politique vis-à-vis des membres officiels. Au-delà d’une question de logistique pour le déroulement de l’épreuve lors des J.O. en 2020, il s’agit plus d’une remise en question du respect de la parité homme-femme dans le sport et de l’image de tolérance que veulent véhiculer les Jeux olympiques.

 

  • [1] CIO : Comité international olympique.
  • [2] COJ : Comité olympique japonais.

Bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *