Omotenashi : une hospitalité désintéressée ?

Par Sonny Bardot

La sélection de Tôkyô aux Jeux Olympiques a été très fortement associée à un mot en particulier. Il s’agit de omotenashi おもてなし, l’hospitalité désintéressée et généreuse qui refléterait un sens de l’accueil humble et inhérent à la culture japonaise.  Le discours de présentation de candidature de la ville de Tôkyô par la présentatrice Takigawa Christel 滝川クリステル, qui en a fait l’argument principal des qualités de la ville, fut alors très médiatisé. Elle le présente comme un sentiment « qui remonte à l’époque de [leurs] ancêtres » et le terme sera au centre des projets d’aménagement de la ville . En effet, les Japonais semblent penser que l’organisation des J.O. passent autant par le bon déroulement des événements sportifs que par un accueil exemplaire des athlètes et des visiteurs.

Ainsi, consciente que sa sélection aux jeux fut en partie due à cet élément considéré comme représentatif de la culture japonaise, Tôkyô mettra en valeur les innovations notamment technologiques qui ont pour but de faciliter le séjour des visiteurs étrangers. Des projets divers et variés sont alors annoncés : l’universalisation, la modification ou la suppression de sigles, la présence de robots humanoïdes qui accueilleront les étrangers, une recherche pharaonique dans la traduction instantanée ou encore la possibilité de payer en utilisant son empreinte digitale… Un effort de plusieurs milliards de yens dans l’accueil des visiteurs étrangers est visible dans le but de rassembler le pays entier sous ce sentiment national. Car si omotenashi est autant médiatisé, c’est qu’il contribue à rendre au Japon, et notamment à sa jeunesse, une fierté et de l’espoir qui pourrait être regagné au travers des jeux olympiques. C’est en tout cas ce que les organisateurs transmettent dans l’explication de leur slogan.

Cependant, si ces innovations proches de la science-fiction intriguent et serviront sans aucun doute de vitrine technologique imposante, serviront-ils véritablement à bâtir un héritage post-jeux olympiques ? Par ailleurs, au-delà des doutes grandissants quant à l’utilité de chacune de ces innovations qui sonnent pour beaucoup comme des gadgets, on s’interroge sur la mise en valeur de l’omotenashi. N’est-il pas paradoxal de faire de l’hospitalité désintéressée une fierté nationale dans le but d’améliorer son image? Dans quelle mesure les Japonais pourront-ils se rassembler au travers de l’orgueil d’être les hôtes les plus généreux du monde ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *